Le monde de Zhou Zhou 1 & 2 de Golo Zhao & Bayue Chang’an

10.01
2018
cop. Casterman

cop. Casterman

La mère élève seule Yu Zhouzhou, âgée de 6 ans, dans un quartier populaire. Quand sa petite fille est en âge d’entrer à l’école, elle est obligée de l’envoyer vivre chez sa grand-mère avec ses deux cousines, pour lui permettre d’avoir une scolarité correcte. Zhouzhou doit donc quitter son seul ami, Benz-Benz, qui pleure toujours car son père le bat, pour partir partager la même chambre avec deux cousines qui ne lui réservent pas un très bon accueil. A l’école, elle se retrouve la plus mauvaise élève de la plus mauvaise classe, la CP7. Heureusement, elle ne manque pas de répartie et s’évade en compagnie de ses amis imaginaires. Bientôt elle rencontre Yang Lin, un garçon de la première classe, et se lance comme défi de remonter jusqu’à sa classe…

A travers la vie quotidienne de cette petite fille, on découvre l’inégalité sociale qui rejaillit sur le système scolaire, et l’extrême compétition mise en place dans chaque classe et entre les classes, avec des professeurs qui valorisent les meilleurs élèves et négligent les plus faibles. Le dessin, façon manga, l’origine sociale, et l’univers que s’est créé cette petite fille solitaire, qui a une approche de la vie et des autres différente, rendent l’héroïne très attachante.

On attendait la suite…

cop. Casterman

cop. Casterman

La voici :

Yu Zhouzhou a un déclic et comprend que le pinyin est la prononciation des mots : tout devient plus clair ! Non seulement Yu Zhouzhou sait lire, mais elle sait résoudre des problèmes, réciter : la maîtresse la félicite ! Mais elle se heurte à l’indifférence et à l’absence de sa mère. Bientôt elle est même sélectionnée par l’école pour participer au concours d’éloquence pour enfants !

On est de tout coeur avec cette petite Zhouzhou, qui loin d’être seulement une élève appliquée, semble faire preuve de beaucoup d’inventivité !

Article publié le 13 septembre 2017, mis à jour pour le second tome le 10 janvier 2018

L’Alsace

09.01
2018

L’Alsace, c’est d’abord Strasbourg ***, que vous avez pu découvrir dans un précédent billet.

Mais c’est aussi :

le Haut-Koenigsbourg **
Riquewihr ***
Kaysersberg **
Colmar ***


ainsi que Eiguisheim **, Turkheim *, Ribeauvillé *, Fréland, le parc naturel régional des Vosges.

Dans cette région, les maisons se font gaies en osant toutes les couleurs ; anciennes, elles n’ont pas été la cible des bombes allemandes. On y est traditionnellement catholique.

On y mange de la choucroute au Riesling, de la tourte à la viande et au Riesling, des tartes flambées, du Munster, du foie gras, beaucoup de charcuterie, de la truite des Vosges, et en dessert le kougelhopf, brioche aux raisins secs et aux amandes. Mais c’est surtout les vins d’Alsace qui attirent toute mon attention, notamment le pinot gris (Eiguisheim 2014) et les « alsace grand cru ».

Une région si belle et si riche qu’on ne se lasse pas de la visiter.

Découvrez le panorama légendé de l’Alsace en plein écran

en cliquant sur l’aperçu :

Adoré

Billet publié le 29 octobre 2011 lors d’une première visite en Alsace,

et mis à jour le 9 janvier 2018, après deux autres visites en Alsace, début août 2015 et début janvier 2018.

Bonne année 2018 !

01.01
2018

bonne annee

 

Bonne année 2018 !

Je vous la souhaite pleine

de lectures stimulantes,

de rencontres enrichissantes,

d’expériences heureuses, tout simplement.

Bilan de mes carnets 2017

31.12
2017
cop. éd. les impressions nouvelles

cop. éd. les impressions nouvelles

C’est l’heure des bilans pour ce blog qui existe depuis septembre 2005…. 12 ans déjà !

Force m’est de constater que le temps me manque de plus en plus, avec toutes mes activités et mes rôles divers et variés, pour lire et pour en rendre compte dans mes Carnets de SeL.

L’absence de commentaire, aussi, n’incite pas à continuer, l’idée étant bien de partager avant tout !

D’où l’absolue nécessité de commencer à partager aussi mes chroniques dans Télérama, Babelio et Libfly…. Sinon, à quoi bon ?

J’ai décidé néanmoins de poursuivre cette aventure de chroniqueuse, car cela m’est utile à moi-même, de formaliser mes lectures, mes expériences de spectatrice, et de conserver ainsi des traces personnelles qui font sens quand je les relis bien plus tard.

Voici donc l’état des lieux de mes chroniques 2017 :

Bilan de mes lectures

  • 39 bandes dessinées, voire mangas
  • 14 romans
  • 5 documentaires
  • 5 albums jeunesse chroniqués (mais au moins 1 lu par jour, acheté ou emprunté à la bibliothèque)
  • 2 essais sur la BD
  • 1 ouvrage de philo
  • 1 ouvrage de poésie

(avec sûrement quelques oublis, des livres lus mais pas chroniqués !)

  • 1 roman que j’ai subi, Danse avec la vie de Zoé Valdès,
  • 2 ouvrages que je vais vite oublier, L’étrange bibliothèque de Murakami et C.R.A.S.H. de Poipoi et Hervé Bourhis,
  • 20 ouvrages que j’ai appréciés,
  • 43 ouvrages que j’ai beaucoup aimés,
  • 7 ouvrages que j’ai adorés, dont 2 romans (dont 1 sur ebook, La moustache d’Emmanuel Carrère), 2 bandes dessinées, 3 albums jeunesse.

Bilan des scénarii

des séries et films : beaucoup, beaucoup de films et de séries vus, mais le temps me manque d’en faire la chronique à chaque fois ! Une seule série chroniquée, La servante écarlate, et deux films seulement, d’animation jeunesse : Vaïana et Ballerina !

Bilan des rencontres

Bilan des voyages

à venir le compte-rendu d’un séjour dans le Cantal en août 2017

The Handmaid’s Tale (saison 1)

30.12
2017

Genre : dystopie

Dans un futur proche, aux Etats-Unis, devenu un état totalitaire religieux, June offre ses services très particuliers au commandant Fred Waterford et à son épouse : c’est une servante écarlate, qui met son appareil reproductif à la disposition du couple pour lui donner un enfant.

cop. IMDb

cop. IMDb

Effectivement, il y a quelques années de cela, la conjoncture de pollutions et de maladies sexuellement transmissibles a rendu la quasi-totalité des femmes stériles dans le monde. Une secte religieuse protestante du nom des « Fils de Jacob » en a profité pour commettre un coup d’Etat et instauré un nouvel ordre, faisant régner la terreur, éradiquant les dissidents, les homosexuels et les opposants religieux. Désormais seuls les hommes sont au pouvoir dans la sphère politique, peuvent lire et s’instruire, tandis que les femmes sont classées en quatre catégories identifiables par la couleur de leur habit :  les Épouses en bleu, femmes de hauts dirigeants, les Martha en gris, les gouvernantes et les Servantes en rouge pourpre, servant littéralement uniquement à la reproduction, sous l’autorité de quelques Tantes en marron. Après avoir tenté de fuir les Etats-Unis avec son mari et sa fille, l’un tué, l’autre détenue dans un orphelinat, June est donc la « reproductrice » du commandant, soupçonné de stérilité par sa femme, et qui a bien des secrets condamnables…

 

Plus que le but de l’héroïne qui est de survivre au milieu de personnes qui peuvent la dénoncer, la violenter, la mutiler ou la tuer à tout moment, plus que son rêve de retrouver sa vie de famille loin de ce cauchemar, c’est ce cauchemar lui-même devenu réalité dans cette série qui est fascinant : en quoi l’extrémisme religieux peut-il être contraire aux penchants naturels humains, en quoi peut-il être même le contraire de l’humanisme, en quoi peut-il devenir un piège pouvant se refermer sur ceux-là même qui l’ont imaginé…

A la fin de la première saison (ne lisez pas ce qui suit pour ceux qui n’auraient pas vu la fin), on est galvanisé par la micro-révolution d’une petite vingtaine d’esprits en marche, mais on est surtout impatient de savoir si ceux-là même qui ont instauré son cauchemar en deviendront les victimes, ou le dynamiteront eux-mêmes…
Pour plus d’informations, lire l’article La Servante écarlate

 

 

 

 

La bande dessinée au tournant de Thierry Groensteen

29.12
2017
cop. éd. les impressions nouvelles

cop. éd. les impressions nouvelles

Dans le cadre des États généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, Thierry Groensteen brosse ici, dix ans après son premier point sur le statut de la bande dessinée, un état des lieux du neuvième art.

Sa situation semble à première vue s’être améliorée, en termes de visibilité, de reconnaissance culturelle et artistique, d’adaptation cinématographique, de parité auteurs/autrices, dessinateurs/dessinatrices, lecteurs/lectrices, de nombre d’éditeurs (de 60 en 1992 à 368 en 2015) et du nombre de titres publiés. Mais, à première vue seulement car désormais, la démultiplication des titres et des éditeurs rend l’exposition des BD en librairie plus éphémère, et son tirage chute. En outre, leurs marges baissent, entrainant avec elles les revenus des auteurs, qui se précarisent. Ainsi, les gros éditeurs, selon Thierry Groensteen, miseraient davantage sur les séries et les albums mainstream, que sur la créativité, produisant « des livres qui n’apportent rien mais qui encombrent les rayons et gonflent les catalogues. » (p. 14).

L’auteur s’interroge également sur les critères de sélection du comité de lecture du Festival d’Angoulême, même s’il se réfère sans cesse au blog du Neuvième Art, dont il se trouve être le rédacteur en chef.

Enfin, ce petit livre se félicite de l’essor de la non-fiction, sous la forme de BD-reportage dans la Revue dessinée par exemple, par le biais d’Etienne Davodeau ou sous la forme d’essais scientifiques, politiques, sociétaux, comme la collection la Petite Bédéthèque des savoirs du Lombard. Thierry Groensteen parle de la BD comme « investie d’une fonction didactique »(p. 35), mais cela n’a-t-il pas été le cas depuis toujours, en particulier dans les cathédrales ? Certes, il faut se réjouir de son décloisonnement dans toutes les disciplines, mais elle fait alors passer toute forme de créativité et d’expression artistique après l’efficacité de l’image.

Thierry Groensteen constate de même le succès des biopics, et l’évolution des supports, aussi bien dans la presse, que sous la forme de romans graphiques ou numérique, mais sans entrer dans le détail sur ce dernier point, hélas, mentionnant Thomas Cadène, Marc-Antoine Mathieu et Lewis Trondheim. Il est regrettable que le format planche reste dominant, même dans les créations numériques.

Il évoque aussi la lente et inexorable féminisation de la profession (21%), qui devrait inévitablement modifier les thèmes abordés par la BD et attirer un lectorat féminin intéressé par les sujets liés au corps, à la sexualité, à la vie intérieure, aux liens intergénérationnels, à la nature, au quotidien, en déconstruisant les stéréotypes.

Il défend les éditeurs alternatifs, confrontés au problème de la distribution/diffusion, souvent représentés par la société Belles Lettres Diffusion Distribution, et qui cherchent à s’affirmer parmi les arts visuels, tandis que les gros éditeurs misent sur la non-fiction.

La formation aussi évolue, multipliant les écoles privées et progressant jusqu’au doctorat à l’université, invitant de plus en plus les futurs auteurs à une véritable connaissance et réflexion sur la bande dessinée. En revanche, la bande dessinée s’invite encore peu dans les chroniques des magazines culturels. Thierry Groensteen signale tout de même le magazine spécialisé Kaboom.

Enfin une poignée de dessinateurs tirent leur épingle du jeu en proposant leurs planches originales dans les galeries et les ventes aux enchères, tel Joan Sfar.

A la fois Littérature et Art visuel, la bande dessinée se doit avant tout, pour s’affirmer, de rester exigeante.

 

Ballerina de Summer et Warin

28.12
2017

BallerinaFilm d’animation (France-Canada, 2016)

Scénario de Carol Noble, Eric Summer et Laurent Zeitun

A la fin des années 1880, en Bretagne, Félicie et Victor rêvent de s’enfuir de leur orphelinat pour accomplir leur destinée : lui veut être inventeur, et elle danseuse, à l’image de la ballerine de la boîte à musique avec laquelle elle a été retrouvée dans son berceau. Ils parviennent enfin à s’enfuir, au grand dam de M. Luteau, et se retrouvent séparés à Paris. Victor parvient à travailler dans les bureaux de Gustave Eiffel, tandis que Félicie usurpe l’identité d’une petite bourgeoise qui lui a cassé sa boîte à musique par pure méchanceté et rentre à l’Opéra concourir pour un rôle dans Casse-noisette

Saluons d’abord la prouesse technique de ce film d’animation qui nous offre des vues magnifiques du Paris de la fin du 19e siècle. Même si le scénario reste prévisible, ce film se regarde néanmoins avec plaisir, l’héroïne étant attachante, pleine d’énergie et de volonté, bien distincte avec sa chevelure rousse et sa voix grave des autres petites danseuses brunes interchangeables et de sa concurrente blonde. Le message est clair : attention jeunes filles de ne pas désobéir à sa mère, et d’aller voir les garçons au lieu de réviser avant un examen : à force de travail et de « coeur », on arrive à réaliser son rêve !

En revanche la bande originale du film est épouvantable, complètement anachronique et d’un mauvais goût absolu. De même, il n’était pas nécessaire d’inventer un personnage de « sorcière » aussi méchant que Cruella : la différence de classes sociales était une difficulté suffisante, sauf que… tout est faux ! En effet, à l’époque, ce sont les familles pauvres qui proposaient leurs filles à l’opéra pour faire de la figuration comme petits rats contre menue monnaie, lesquelles trouvaient un protecteur aux mains baladeuses…

Ce récit initiatique nous offre un bon moment malgré ces petites imperfections. Optimiste et galvanisant !