Réflexions sur les différents supports narratifs

Rédigé par S.L. le 21 décembre 2013 | Classé dans Univers dramatique
Mots clés : aucun

aucun commentaire

Le support est primordial lorsque l'on raconte une histoire.

Ainsi, écrire le scénario d'un court-métrage n'a rien à voir avec écrire un scénario de bande dessinée, une saynète ou une nouvelle.

Quelles potentialités les plus fortes offre chacun de ces médias ?

- le roman : le lecteur participe pleinement à la construction de l'univers dramatique de l'auteur, en imaginant les personnages, aux portraits plus ou moins détaillés, les décors, plus ou moins décrits. Aucun des cinq sens n'est imposé au lecteur, mais TOUS peuvent être pleinement utilisés. A l'écrivain de décider. Le narrateur et les personnages peuvent pleinement exprimer leurs pensées. Le roman est l'espace de liberté imaginaire la plus totale.

- la nouvelle : elle diffère du roman en ceci qu'elle exprime beaucoup en peu de pages, et s'achève souvent par une chute qui crée la surprise. Cela peut également être une tranche de vie.

- le court-métrage : proche de la nouvelle dans les intentions, comme le long-métrage, il donne corps aux personnages et réalité aux décors. Par son format court, il peut être la loupe qui met l'accent sur une situation, sur un événement, sur une tranche de vie, sans raconter forcément une histoire.

- le long-métrage : proche du roman dans les intentions, il donne corps aux personnages et réalité aux décors. Il impose au spectateur sa perception visuelle et sonore des actions et du contexte. Il conserve au contraire son pouvoir suggestif dans le choix du moment, du cadrage, de l'image, de ce qui est dit et montré, de ce qui est audible. On peut d'ailleurs s'amuser à montrer une chose (exemple : un évier) et entendre les personnages parler.

- le clip vidéo : le clip vidéo donne à voir, complète ce qu'il donne à entendre. Il ne doit pas être redondant, ou simplement illustrer le propos, mais doit au contraire donner plus de force au texte.

- la bande dessinée : la bande dessinée donne à voir et à entendre comme au cinéma, mais comme en littérature, elle se permet aussi parfois de donner à lire les pensées des personnages.

Écrire un commentaire




Quelle est la troisième lettre du mot yedq ?

Tout l'art de raconter des histoires Partenaires

Mon blog littéraire

Festival XUL

Sylvain Blocquaux

La revue InterCDI

Cacograph