Mots-clefs ‘Yasushi Inoué’

La mort, l’amour et les vagues de Yasushi Inoué

24.09
2005

cop. Picquier

Trois nouvelles pour trois couples. Dans La mort, l’amour et les vagues, un homme choisit un petit hôtel près d’une falaise pour s’y suicider : il y rencontre une jeune femme résignée au même dessein. Le jardin de pierres fait se croiser et décroiser le destin de deux hommes et de deux femmes voyant se profiler à l’horizon leur union. Quant à l’Anniversaire de mariage, il met en scène un couple que soude l’avarice.

C’est un regard surtout ironique que jette Yasushi Inoué sur ses personnages, tous confrontés aux aléas de l’amour et de la mort. Une prose subtile dont la finesse psychologique avait éclaté dans son sublime Fusil de chasse.

INOU, Yasushi. – La mort, l’amour et les vagues. – Picquier, 2002. – 110 p.. – (Poche ; 107). – ISBN : 2-87730-414-0 : 5,50 €.

Webographie :
http://www.shunkin.net/Auteurs/?book=135

http://perso.wanadoo.fr/calounet/biographies/inoue_biographie.htm

Le fusil de chasse de Yasushi Inoué

14.09
2005

cop. Biblio

Un petit bijou de subtilité à découvrir absolument

pour seulement 2 euros et moins d’une heure de votre temps  !

Comme un éventail, le roman s’ouvre et se referme sur deux baguettes, deux hommes pour qui se déploient progressivement trois paysages psychologiques, trois lettres à la première personne, chacune écrite par une femme différente, dévoilant chacune davantage les multiples facettes d’un même secret, d’une même adultère. Cet amant, Misugi, n’est autre que le lecteur d’un poème que le narrateur a écrit sur commande pour une revue de chasse, dans lequel il s’est reconnu, et, sans plus d’explication, a envoyé au narrateur ces trois lettres qui lui étaient adressées : à elles trois, elles expliquent l’impression d’isolement et de mélancolie que dégage ce chasseur décrit dans le poème, seul avec son chien et son fusil de chasse, tant à l’écrivain-narrateur qu’au lecteur. De lettre en lettre, toute une vision de la réalité vole en éclats pour cet homme accablé par un secret lourd de treize longues années, et ce à travers le style dépouillé, le ton glacial et le message brûlant qu’offrent tour à tour dans ces lettres la fille de sa maîtresse, puis sa femme, et enfin, à titre posthume, sa maîtresse qui vient de se suicider.

« Qu’avais-tu voulu dire au juste ? Je ne t’ai jamais interrogé à ce sujet, mais tes paroles me parurent comme chargées de mystère et je n’ai jamais pu les oublier. Je me suis souvent interrogée sur ce serpent que chacun, selon toi, porte en lui, et j’ai conclu tantôt qu’il symbolisait l’égoïsme, tantôt la jalousie et tantôt le destin. » (p. 71)

Sous la plume poétique et sobre de Yasushi Inoué, jamais histoire d’adultère ne fut plus subtilement orchestrée, efficace jusque dans l’économie des mots et du récit, dégageant l’essentiel tout en réunissant les trois points de vue féminins les plus importants sur cette transgression morale. Un chef-d’œuvre.

 

INOUE, Yasushi. – Le fusil de chasse. – La Librairie Générale Française, 2004. – 87 p.. – (Le livre de poche ; 3171. Biblio). – ISBN 2-253-05901-3 : 2 €.

Date de publication : 1949

Biographie :

Yasushi Inoué (1907-1991) fit d’abord des études de philosophie avant de se lancer dans le journalisme puis de s’essayer à la littérature. En 1949, il obtenait le Prix Akutagawa , l’équivalent de notre Goncourt, pour « Le Fusil de chasse » qui devait être ensuite traduit dans le monde entier.