Mots-clefs ‘Roumanie’

Un brillant avenir ** de Catherine Cusset (2008)

08.10
2008
GONCOURT des LYCEENS 2008

Le soir où Helen, agacée par les allées et venues de son mari devenu sénile aux toilettes qui l’empêchent de dormir, décide de faire chambre à part, elle retrouve Jacob  asphyxié, la tête enveloppée d’un sac plastique. A quoi peut bien rimer sa vie désormais, sans lui qu’elle a épousé en Roumanie contre la volonté de ses parents adoptifs, lesquels avaient offert les meilleures études à leur fille pour qu’elle réussisse sa vie, pas pour qu’elle se marie à un juif et parte en Israël ?! Certes, il lui reste son fils adoré, Alexandru, qui a fait Harvard, promis à un avenir brillant, à sa petite-fille et à sa belle-fille française. Mais leurs relations n’ont pas toujours été roses…
Unanimement salué par la critique et par la blogosphère, ce roman promettait une lecture enthousiaste. Or, si ses qualités sont réelles, il n’a pourtant pas comblé l’attente que j’en avais : ce n’est ni un roman inoubliable, ni le roman de l’année, ni un roman délicieusement surprenant ; c’est juste un bon roman, ce qui n’est déjà pas si mal, évidemment, sans aucun effet de style, traitant simplement, avec finesse et intelligence, les rapports inter-générationnels et plus précisément aussi ceux entre une mère et sa belle-fille. La déconstruction chronologique du destin de chacune d’entre elles permet de mieux faire résonner cet écho entre elles, extrêmement touchant et parfois révoltant. Il permet aussi de mieux appréhender le poids des attentes d’une mère ou d’un père vis-à-vis de son enfant, ce rêve pour lui d’un brillant avenir, en témoigne le parcours de la combattante née que fut l’Elena roumaine devenue Helen aux Etats-Unis, comme devrait l’être celui de son fils…

Un roman émouvant qui avait donc du potentiel… pour recevoir le  prix Goncourt des lycéens.

« Assise près du téléphone raccroché dans le bureau de son père, tandis que son regard erre par la fenêtre sur l’horizon de collines et de petits immeubles de la banlieue ouest de Paris, Marie se voit soudain du point de vue d’Helen : elle est cette femme qui passe ses étés sur les plages sauvages de Bretagne et danse le rock avec des étudiants en médecine dans le sud-est de la France pendant que son mari sue à New-York. Pour Helen, Marie aurait sans doute dû renoncer à ses vacances puisque Alex ne pouvait pas en prendre. L’idée ne lui en est même pas venue. Elle n’est pas capable d’un sacrifice. Alex ne le lui a pas demandé : il respecte trop la liberté d’autrui. Le résultat est là, sous ses yeux : elle va perdre l’homme qu’elle aime. » (p. 208-209)

CUSSET, Catherine. – Un brillant avenir. – Gallimard, 2008. –  369 p.. – ISBN 978-2-07-012198-4 : 21 €.

Voir les 3 commentaires sur l’ancienne version du blog

L’eau à la bouche ** de José Manuel Fajardo (2006)

24.09
2006

En Espagne, de son père, Omar a hérité son dégoût pour la police, et son goût pour les huîtres, le communisme et les femmes, et de sa mère, sa recette de poulet à la bière. En même temps qu’il prépare en cuisine des petits plats pour les clients de l’Arc-en-Ciel, il pense à Marina, roumaine, qui danse dans ce même cabaret et dont il est fou amoureux, à ses parents défunts, à ses débuts en tant que marin, à Lara, sa cousine bourgeoise, avec qui au Mexique il a commis une adultère, à La Reine, le chef cuistot d’une plate-forme pétrolière qui lui a tout appris du métier.

Plus qu’un roman, c’est un voyage politique et gastronomique que nous offre José Manuel Fajardo, tour à tour gai, sérieux, gourmand, nostalgique et gourmet. Ainsi, on évoque Belgrade bombardée, Ceausescu, comme on parcourt le cimetière Montparnasse peuplé de figures roumaines célèbres, comme on savoure une phrase avant le mélange de corps ou de saveurs. Chaque page en devient presque un plaisir gustatif, dont on meurt d’envie d’essayer les recettes glanées çà et là. A déguster sans tarder par tous les amoureux des plaisirs du palais.

« Quand la vie nous apporte des chagrins, il faut les inviter à manger ».

FAJARDO, José Manuel. – L’eau à la bouche. / traduit de l’espagnol par Claude Bleton. – Métailié, 2006. – 263 p.. – (Bibliothèque hispanique). – ISBN : 2-86424-588-4 : 20 €.

Commentaire sur l’ancien blog