Mots-clefs ‘Marc-Antoine Mathieu’

La 2,333e dimension *** de Marc-Antoine Mathieu (2004)

19.09
2005

Série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves : tome 5

1er chapitre : Deux gardiens de la réalité trouvent Julius Corentin Acquefacques chez lui en flagrant délit : il rêve. Ils profitent de son sommeil pour capturer ses rêves, mais l’un d’entre eux s’échappe, sous la forme d’une planche intitulée « Le rêve à ne pas faire ».

2e chapitre « Le rêve à ne pas faire » : Julius Corentin rêve. Il rêve de son appartement déplié, et au bout de l’horizon, d’un point de fuite qu’il perd dans le vide.

3e chapitre : Julius Corentin se réveille dans un monde désormais plat, sans perspective ni relief…

Vous l’aurez deviné : le scénario une fois de plus est on ne peut plus délirant… et intelligent. A travers Julius, le lecteur de bande dessinée  va être directement confronté aux problèmes de l’horizon, de la perspective, des points de fuite, du relief au moyen d’une paire de lunettes, des ébauches de mondes, des brouillons, des univers parallèles dessinés,… Impressionnant ! A DECOUVRIR ABSOLUMENT !

MATHIEU, Marc-Antoine. – Julius Corentin Acquefacques, tome 5 : La 2,333ème Dimension. – Delcourt, 2004.- 59 p.. – ISBN : 2-84789-160-9 : 12,50 €.

Le début de la fin ** de Marc-Antoine Mathieu (1995)

19.09
2005

Dans ce nouveau rêve, on demande à Julius Corentin de choisir entre pile ou face, en sachant que personne ne perd à ce jeu, ni ne gagne… A son réveil, il se rend compte qu’il fait absolument tout à l’envers : il se dérase, se remet en pyjama pour partir travailler, … Je n’en dis pas plus, ce serait encore trop.

C’est je crois le volume que j’ai le moins apprécié (cela reste un deux étoiles malgré tout) de cette série si étonnante (à quatre étoiles !), AHURISSANTE, GENIALISSIME, que je vous conseille une fois de plus de lire, même si d’ordinaire vous n’êtes pas particulièrement BD. Commencez par L’origine, vous verrez ! A lire les quatre autres critiques sur ce blog pour achever de vous en convaincre.

Le début de la fin ; La fin du début / texte et dessins, Marc-Antoine Mathieu. – [Paris] : Delcourt, 1995. – 23-25 p. : ill., couv. ill. en coul. ; 32 cm. – (Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves. ; 4).

Le Processus *** de Marc-Antoine Mathieu (1993)

19.09
2005

Série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves :  tome 3

Un matin Julius Corentin, habillé pour partir à une visite médicale de routine, aperçoit couché dans son lit son double qui le supplie en vain de ne pas s’y rendre. Hélas ! Il part et va être la victime d’une méprise, l’assemblée de docteurs le prenant pour un malade persuadé de l’inexistence des plafonds… Car sa pendule avançait de plusieurs minutes, et cette approximation va le faire tomber dans un terrible engrenage…   qui ne connaîtra pas de fin.

Une histoire fantastique, et ô combien déroutante : pourquoi, Marc-Antoine, n’avoir proposé que 5 volumes à cette série génialissime ?

MATHIEU, Marc-Antoine. - Le Processus. - Delcourt, 1993. – 48 p.. – ISBN 2-84055-011-3 : 12,90 €.

La qu… *** de Marc-Antoine Mathieu (1991)

19.09
2005

Série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves : Tome 2

Voici Julius Corentin Acquefacques projeté dans de nouvelles aventures ou plutôt dans le « noir »… du dessinateur. A son réveil, deux inspecteurs de l’espace vital l’emmènent pour être jugé au palais de justice où la rime règne. Il s’endort sans entendre la sentence et se réveille hors de « l’Enceinte » de la ville, avec pour mission de traverser le « Rien » pour atteindre la Gare. Mais sa qu…ête ne s’arrête pas là : il lui faut découvrir ce mot nouveau qui commence par « Qu… ».

Second tome de cette série absolument géniale, Julius Corentin Acquefacques, prisonnier de ses rêves, devient le héros malgré lui d’une mise en abîme de l’objet-bande dessinée dans la bande dessinée. Un scenario toujours aussi bluffant. Une de mes séries coup de coeur.

« (…) car si la plupart des histoires se terminent par une chute… n’était-il pas logique qu’un nouvel épisode commençât par une attraction vers le haut ? »

La qu…  / texte et dessins Marc-Antoine Mathieu. – Paris : Delcourt, 1991 (Impr. en Italie). – 46 p. : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 33 cm. – (Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves. ; 2). - ISBN 2-906187-69-0 (rel.) : 72 F. -

L’origine *** de Marc-Antoine Mathieu (1991)

19.09
2005

Série Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves : Tome 1

Plongé entre le fantastique et l’absurde, le personnage de Julius Corentin Acquefacques évolue dans un monde sternbergien, surpeuplé, géré par une omniprésente administration presque kafakaïenne. Lorsqu’il se réveille dans ce tome 1, il découvre une première enveloppe à son nom qui contient une page de bande dessinée correspondant vignette pour vignette à son propre réveil, son propre décor, et pire ses propres pensées…

En fait, JC Acquefacques (lire son nom à l’envers) se découvre peu à peu le héros d’un monde créé par un dessinateur, dans une magistrale mise en abîme. L’objet bande dessinée devient alors complètement cohérent par rapport au scénario, s’interpénétrant l’un l’autre. Ainsi, une vignette découpée dans l’objet bande dessinée permet à l’auteur de montrer que le temps peut se répéter dans le monde créé. Une série à découvrir absolument si vous aimez cet univers.
Intellectuellement jouissif. Purement génial !

Relecture (venant de l’acheter) : découvert en fait grâce à Delphine, en mars 2005, avec le reste de la série.
L’origine / texte et dessins Marc-Antoine Mathieu…. – Paris : Delcourt, 1991 (Impr. en Italie). – 46 p. : ill., couv. ill. en coul. ; 33 cm. – (Julius Corentin Acquefacques, prisonnier des rêves. ; 1). ISBN 2-906187-79-8 (rel.) : 72 F.
Lire les 2 commentaires sur l’ancien blog

Mémoire morte de Marc-Antoine Mathieu (2000)

17.09
2005

Firmin Ouf, moyen fonctionnaire, est chef de service à l’administration cadastrale. Or, depuis quelques temps, des phénomènes étranges se produisent à travers la cité, aux dimensions infinies : dès la tombée de la nuit, des murs s’érigent entre les quartiers, au milieu des routes, jusqu’à bientôt disséquer la ville de toutes parts. Ce n’est pas tout : les habitants commencent à chercher leurs mots, semblant oublier jusqu’à leur langue. Que fait donc ROM, l’ordinateur conçu pour décharger la population de ses souvenirs inutiles ? Firmin Ouf est le seul à réagir, à avoir l’idée de débrancher son portable, et une nuit d’aller trouver ROM…

Comme beaucoup, je suis certains auteurs, comme Paul Auster, certains scénaristes de BD, comme Benoit Peeters ou Marc-Antoine Mathieu. Dessins noir et blanc, petit fonctionnaire bedonnant à grosses lunettes ressemblant à Julius Corentin Acquefacques, ville tentaculaire, embouteillages humains, phénomènes absurdes,… voilà les points communs que cet album cumule avec la série de Julius Corentin. Toutefois le scénario n’est pas aussi génial…  Mais plus que les autres, on peut évidemment le rapprocher de l’univers kafakaïen et de La Fièvre d’Urbicande de Peeters et Schuiten, ce qui n’est vraiment pas si mal !

Voir aussi :

http://perso.wanadoo.fr/cicla/div/marc-antoine_mathieu.html

http://www.bdselection.com/php/?rub=page_dos&id_dossier=43