Mots-clefs ‘Benoit Peeters’

La théorie du grain de sable – tome 2 ** de Schuiten & Peeters (2008)

19.12
2008
A Brüsel, un étranger, un guerrier Bugtis, meurt sous le tramway. Il sortait de la maison Autrique pour y vendre des bijoux, et venait d’y confier un splendide médaillon pour qu’il soit copié. Bientôt, d’étranges phénomènes se produisent : Constant Abeels trouve chaque jour une nouvelle pierre chez lui, sa voisine, elle, retire inlassablement le sable apparaissant chez elle, plus loin le patron et chef cuisinier d’une brasserie s’allège curieusement. Dépêchée de Pâhry,  spécialisée dans les phénomènes étranges, Mary Von Rathen, jadis surnommée l’enfant « penchée », va chercher à comprendre la cause de ces bouleversements…

Dans la lignée de la série des Cités obscures, François Schuiten et Benoit Peeters adoptent un format à l’italienne pour cette histoire en noir et blanc déclinée sur deux tomes, comme précédemment La Frontière invisible. On y découvre la magnificence des ponts aériens dressés à l’intérieur de la ville, l’intérieur sublime de la maison Autrique, conçue dans le pur style art nouveau, et puis, bien sûr, un récit fantastique qui nous immerge de nouveau dans l’ambiance étrange des Cités obscures.

Casterman, 2008. 117 p. : ill. n.b.. ISBN 978-2-203-34326-9 :  17,50 euros.
Voir le commentaire sur l’ancien blog

La théorie du grain de sable ** de François Schuiten et Benoit Peeters (2007)

05.11
2007

Un guerrier Bugti se rend chez Elsa Autrique, amatrice d’art, pour lui vendre quelques bijous recherchés de son peuple. Mais Elsa est surtout attirée par le magnifique objet qu’il porte autour du cou, une prise de guerre qu’il refuse de vendre, et lui demande par conséquent de le lui laisser afin qu’elle puisse en faire faire des copies. Hélas, le guerrier, peu adapté à la civilisation moderne, meurt accidentellement au passage d’un tramway. Peu après, d’étranges phénomènes se produisent : une mère voit son appartement envahi par du sable, un savant par des pierres de poids égal, tandis qu’un restaurateur se voit peu à peu échapper aux lois de la gravité. Mary Von Rathen, qui fut l’enfant penchée, arrive pour enquêter…

On replonge avec délices dans la ville de Brüsel, dont l’architecture mêle art nouveau et moyens de transport futuristes, passé et futur. Cette fois encore, le fantastiqueémerge dans cet univers décalé, sans explication rationnelle aux phénomènes encore inexpliqués. Pour connaître la chute, il nous faudra attendre le second tome, ce que la première de couverture ne nous avait pas laissé entendre. D’où la déception en arrivant à la dernière page ! Avec l’arrivée des mangas, nous ne sommes plus habitués à devoir attendre peut-être un an pour connaître la suite… Il nous faudra alors relire ce premier tome avant d’entamer le second.

Casterman, 2007. – 109 p. : ill. n.b.. – (Les cités obscures). – ISBN : 978-2-203-34323-8.

Dolorès * d’Anne Baltus, avec Schuiten et Peeters

10.09
2005

Georges Leterrier a mis des années à réaliser la maquette d’un avion top-secret. Mais lorsqu’il le présente enfin à « Universor », le chef d’entreprise a eu le temps de changer et l’avion en question est complètement dépassé. A la sortie, il la donne à un garçon, comblé, et rejoint sa maison où l’attend un frère qui vit à ses crochets. Dans l’intervalle, il avait un soir de forte pluie changer la roue d’une belle et célèbre actrice, inconnue pour cet homme coupé du monde. Et sa voiture vient justement le chercher pour l’amener jusqu’à une magnifique demeure d’architecte : elle lui confie alors la mission de réaliser à la perfection la maquette de cette maison qu’elle aime tant. Un jour, il croise l’enfant à qui il a offert la maquette de l’avion : cette dernière vole bel et bien…

Un homme ordinaire, obsédé par une activité minutieuse et solitaire, un monde qui dérape, laissant l’irrationnel prendre le pas sur le rationnel,… ces motifs rappellent l’univers auquel nous ont habitué Schuiten et Peeters, et que j’apprécie tant…