Vestine, une légende noire ** de Virginie Jouannet Roussel

13.11
2009

« Je connais bien la mort. Elle a ses images figées. Il suffit que je les fixe et ça revient, intact. Le froid, la peur, et cette chose que je ne peux pas expliquer, cette fille qui n’est pas tout à fait là, flottant comme un fantôme entre terre saignée et ciel noir. » (p. 104)

Avec une jambe de bois, la vie n’est pas si facile, et il n’y a que Nine, sa voisine farfelue, pour l’aider à la dédramatiser. C’est que pour Vestine, tout ceci est une renaissance, ici en Alsace. Seule Velelia, sa mère, continue de lui parler, à ses côtés. Née de la grande pluie, Vestine se prénommait Mukagatare dans une autre vie, au Rwanda. Par le biais d’une longue thérapie avec le docteur Bernstein, prenant appui sur des dates et sur la réalité tangible de sa quinzaine de stigmates, dont cette jambe perdue, elle se remémore l’innommable, ce que sa mémoire a enfoui, la légende noire…

La légende noire, vous l’avez compris, c’est le récit d’une fillette rescapée du génocide Rwandais ; c’est une histoire vraie, que l’auteur a recueillie de la bouche de cette enfant amputée devenue grande, l’histoire de ces cinq jours où elle perdit sa mère et sa petite sœur. Toute la justesse et la puissance de ce récit tiennent au regard de cette fillette qui s’arrête alors sur les vaches alsaciennes placides avant de revenir sur ces diables noirs rieurs, ces bébés rouges qui pleurent sur la dépouille de leur mère et sur ces passants qui poursuivent leur route, indifférents, ne songeant qu’à leur propre survie. Pas d’explication ni d’accusation dans ce récit, juste des faits, la course pour survivre dans l’ignorance de l’identité et du motif de ses poursuivants, l’incompréhension.

Un monologue fort, porté par le souffle d’une plume concise et juste.

A partir de 13 ans et jusqu’à pas d’âge.

JOUANNET ROUSSEL, Virginie. – Vestine, une légende noire. – Actes sud junior, 2009. – 105 p.. – (D’une seule voix). – ISBN 978-2-7427-8599-5 : 7,80 euros.

Voir le commentaire sur l’ancien blog

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire