Un printemps à Tchernobyl d’Emmanuel Lepage

30.11
2016

Un printemps à TchernobylDans le train qui le mène à Tchernobyl, le narrateur lit La supplication de Svetlana Alexievitch, l’une des survivantes à la plus grande catastrophe nucléaire du XXe siècle, qui perdit et son mari et son bébé. Deux vies rappelées parmi les dizaines de milliers de victimes. A l’époque, Alain Madelin annonçait au journal qu’ »il n’y a aucun problème de sécurité en France » et que le nuage radioactif s’était arrêté à la frontière. C’est sur l’invitation de l’association les Dessin’acteurs qu’Emmanuel Lepage a décidé de se rendre sur place pour pouvoir raconter ce qu’il reste 22 ans après…

On est saisi tant par l’originalité du récit-témoignage que par la beauté du dessin, parfois glaçante, glissant du noir et blanc vers des couleurs éclatantes, mystérieuses, presque plus inquiétantes. L’un d’ailleurs, forcément, ne va pas sans l’autre : parti plein de préjugés sur ce qu’il va trouver à Tchernobyl, le narrateur est surpris par la vie foisonnante qu’il y découvre, tant dans les zones interdites où faune et végétation ont repris leurs droits, que dans les villages proches où les habitants rient, dansent et jouent, à la frontière de cette menace invisible. On sort subjugué par l’authenticité de ce témoignage du narrateur qui ne cherche pas à tout prix comme tant d’autres à montrer ce qu’il est parti trouver, et par la noirceur de ce joyau au coeur d’une des pires catastrophes générées par l’être humain lui-même. Terrible et magnifique.

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire