Un peu de bois et d’acier de Chabouté

29.05
2013
cop. Vents d'ouest

cop. Vents d’ouest

 

Le concept est simple. Il suffisait d’y penser, à mettre en scène un banc, fait de bois et d’acier, dans un parc public. Au rythme des saisons, de la météo, des années, des gens passent devant lui, s’y assoient pour partager une pâtisserie, pour attendre ou s’ignorer, s’y allongent pour dormir, viennent y graver leur amour, y inscrire « La bêtise est infinie » ou le repeindre.

On retrouve avec plaisir Chabouté et sa maîtrise du noir et blanc dans ce roman graphique de 327 pages aux planches muettes, assez souvent décomposées en trois à quatre cases panoramiques. En dépit des prouesses invraisemblables du skateur, on se laisse gagner par le déroulé poétique, parfois humoristique ou au contraire mélancolique, de ces heurs et malheurs de la vie ordinaire autour d’un banc, qui finit, lui, par partir à la retraite…

 

Partagez

Tags:

Laisser un commentaire