Un homme meilleur ** à *** d’Anita Nair (2000)

10.12
2006

traduit de l’anglais (Inde) par Marielle Morin (2003)

A sa retraite, Mukundan retourne dans son village natal du Kerala, dans une maison familiale désertée par un père tyrannique parti vivre avec sa maîtresse juste en face. S’insurgeant mollement contre les fonctionnaires de l’électricité ou du téléphone, il est hanté par l’image de sa mère chutant dans les escaliers. Rongé par la culpabilité, il se tourne vers Bhasi, un ancien professeur de littérature reconverti en peintre en bâtiment, qui va le délivrer de fantômes de son passé. Bientôt il découvre l’amour avec une jeune femme de vingt-deux ans sa cadette. Amitié, amour, il semble tout avoir pour être heureux, mais une chose lui manque : la reconnaissance des notables du village comme étant l’un de leurs pairs…

Ce destin en dents de scie, au travers duquel le lecteur découvre les mœurs et rouages de l’Inde du Sud, est savoureusement servi par l’écriture subtile et délicate d’une romancière qui, déjà, avec Compartiment pour dames, avait attiré mon attention, et dont c’est en fait la véritable première œuvre. Elle écrit là un magnifique roman d’apprentissage, dont, chose singulière, le protagoniste n’est autre qu’un homme âgé et y soulève, avec tendresse, intelligence et ironie, les multiples problèmes d’identité, de déracinement, de sentiment d’appartenance à une communauté, et de rapports entre père et fils, auxquels à tout âge un être humain peut être confronté. Par-delà le cas précis de l’Inde, c’est donc tout l’humanité, avec ses conflits intérieurs exacerbés par la pression sociale, qu’elle embrasse du regard.

Un homme meilleur. – éditions Philippe Picquier, 2006. – 478 p.. – (Picquier poche ; 275). – ISBN : 2-87730-870-7 : 10 €.
Service de presse
Autres romans d’Anita Nair chroniqués ici : Compartiment pour dames ** (2004) et Le chat karmique * (2005).

Partagez

Tags: , , ,

Laisser un commentaire