Un homme changé * à ** de Francine Prose (2008)

10.09
2005

Titre original : A changed man (USA, 2005)

Trad. de l’
américain par
Céline Schwaller.
Publié chez Métailié. Sortie le 14 février 2008.


Gardant en tête les leçons de La Voie du samouraï,
Vincent, un néonazi, entre, un sac de marin à l’épaule, le crâne rasé, le symbole SS sur un biceps et une tête de mort sur l’autre, dans les bureaux d’une fondation de défense des droits de l’homme, en plein Manhattan. Il vient y rencontrer son fondateur, un vieux juif survivant de l’Holocauste, Meyer Maslow, dont il a lu les livres, et lui annonce : « Je voudrais vous aider à empêcher des types comme moi de devenir des types comme moi. » (p. 28). C’est du pain béni pour la fondation qui peinait à récolter des dons pour libérer des réfugiés politiques ou sauver des enfants du génocide, et qui va être aux petits soins avec lui, en particulier Bonnie, l’assistante, qui va devoir l’héberger et expliquer à ses deux fils pourquoi un ex-néonazi couche dans leur chambre d’ami.

« Tout le monde est sûrement raciste, pense Meyer. Mais qui se soucie de ce qu’on est au fond de soi ? Ce qui compte, c’est ce qu’on fait.
- J’avoue que la colère, ça me branchait
un peu, dit Vincent. Et peut-être parce que je n’ai pas été élevé comme ça, je trouvais ça bon de laisser sortir toute cette rage. Ca aide toujours, d’avoir quelqu’un à accuser. Tout le monde le sait. »
(p. 122)

Sur les traces du film
American History X, réalisé en 1999 par Tony Kaye, ce roman a pour protagoniste un ex-néonazi, revenu sur cette haine qui l’a nourri dans les moments difficiles et qui charrie de nombreux paumés de l’Amérique profonde. Mais si le premier avait pour objectif de se sauver lui-même et son frère, le second, incarné par un Vincent Nolan lucide et intelligent, veut poursuivre sa métamorphose et s’engager totalement  aux côtés du Bien. Entier, attentif, généreux de sa personne, et désireux de bien faire, bien qu’encore sur ses gardes, Vincent Nolan devient un héros en réinventant son histoire pour qu’elle devienne ce que tous veulent entendre, manipulant ses auditeurs comme les médias, et un père de substitution fraternel pour les deux fils de l’assistante (pas toujours crédible d’ailleurs et cela donnera lieu à quelques scènes cocasses lorsqu’il est pris par l’aîné en flagrant délit du vol d’un peu de sa marijuana), qui aimerait bien l’avoir finalement dans son lit.

Adoptant tour à tour les pensées des uns et des autres, ce roman commence par celle d’un néonazi qui n’en a pas encore fini avec sa vision raciste d’autrui et s’achève sur celle d’un homme que d’aucuns pensent changé, mais qui peut encore se montrer très violent, donnant une leçon de morale à la remise des prix à l’école du fils aîné, Danny. Alors, qu’en penser ? L’auteur, elle, ne semble pas condamner ce dernier excès et achève son histoire d’amour qui se voyait à 2000 kilomètres par une happy end. Pour autant, elle n’a cessé durant tout le roman de dresser un portrait satirique des donateurs, de jeter le doute sur Meyer, qui semble rechercher aussi sa notoriété, et de discréditer totalement les médias.

Tour à tour drôle, cynique et émouvant, sans être non plus ni sur le fond ni sur la forme transcendant, c’est tout compte fait un bon roman, devenant très lisible après les premières pages, dès qu’on a compris à quel narrateur on avait affaire.

Lire aussi l’article Un homme changé : un nazi au grand coeur, excellent roman américain, posté par Myosotis le 11.02.08 sur Fluctuat.net.

PROSE, Francine. – Un homme changé / trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Céline Schwaller. – Métailié, 2008. – 428 p.. – (Bibliothèque anglo-saxonne). – ISBN 978-2-86424-639-8 : 21 €.
Partagez

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire