Un « Apostrophes » consacré à la science-fiction

01.11
2012

Y A-T-IL UNE NOUVELLE SCIENCE FICTION ?
Apostrophes – 30/06/1978 – 01h20min33s

Autour de Bernard PIVOT sont réunis

Jacques STERNBERG, auteur (entre autres) de Futur sans avenir, Mai 86, (cf. Jacques Sternberg : une esthétique de la terreur de Sandrine Leturcq, publié chez L’Harmattan)

Elisabeth GILLE, directrice de la collection « Présence du futur »,

Gérard KLEIN, directeur de la collection « Ailleurs et Demain » pour son Anthologie de la science fiction française,

Philippe CURVAL, auteur de Cette chère humanitéFutur au présent,

Bernard BLANC, auteur de Pourquoi j’ai tué Jules VERNE,

Robert LOUIT, directeur de la collection « Dimension S.F. »,

Jacques GOIMARD pour son ouvrage l’année 77.78 de la SF et du fantastique

et Michel POLAC auteur de Le QI ou le roman d’un surdoué.

Les participants essaient de définir ce qu’est la science-fiction, retracent son histoire à partir de 1950.

Gérard KLEIN critique brutalement le livre de POLAC, « mauvais ».

Bernard BLANC raconte comment et pourquoi il a tué Jules VERNE et présente la nouvelle génération d’auteurs de SF, plus militante. Pour lui il n’y a pas une nouvelle S.F. mais plusieurs courants disparates.

Philippe CURVAL, encore plus brutal : « pas un auteur du XXème siècle n’est influencé par Jules Verne, même le plus débile….Cendrars, Apollinaire ? Oui, des débiles« .

Elisabeth Gilles explique pourquoi il y a très peu de femmes auteurs de S.F.

Chaque directeur de collection présente deux ouvrages d’auteurs français et étrangers.

 

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire