Traité d’athéologie ** de Michel Onfray

11.09
2005

Physique de la métaphysique

Être athée, être privé de Dieu, privé de croyance, comme privé de quelque chose : Michel Onfray montre combien est péjoratif même le terme choisi pour désigner ceux qui ont choisi la pulsion de vie, la raison, la liberté et l’intelligence. Au contraire, nous dit-il, les athées ont choisi de ne pas se bercer d’illusions sur une vie meilleure à venir dans l’au-delà, sur une âme immortelle, sur tout ce qui peut leur faire mépriser cette vie, les besoins et les désirs de ce corps ici-bas, et la confier à d’autres qui énoncent les interdits et ôtent à la vie tout plaisir. Car les autres, entendons les trois principales religions monothéistes, ont façonné notre esprit depuis deux millénaires, condamné les impies, brûlé des livres et bibliothèques, paralysé les découvertes scientifiques et réflexions philosophiques, et animé une pulsion de mort au moyen de croisades et de génocides. Point par point, Michel Onfray raconte la supercherie à l’origine de ces textes sacrés, son alliance avec la plupart des régimes dictatoriaux et le nazisme, sa haine de l’extrême-gauche, en dénonce leurs contradictions, et surtout la barbarie, chacune enjoignant de ne pas tuer son prochain au sein de sa propre communauté mais de tuer tous les mécréants afin d’espérer dans l’au-delà, après leur sacrifice, une vie meilleure, où sont alors permis tous les interdits que leur religion leur a seule imposés.


A l’appui d’innombrables arguments, Michel Onfray fera peut-être vaciller vos croyances. Cet essai, en tout cas, n’a fait que raffermir l’opinion de la convaincue que je suis, et mis en lumière les innombrables autodafés et censures de manuscrits par le clergé et les moines copistes, pratiquant autant de coupes sombres dans notre héritage culturel, autant de lectures dont hélas nous ne profiterons jamais.


Grasset, 2005. – 281 p.. – 18,50 €.

Voir les 7 commentaires sur l’ancien blog.

Partagez

Tags: , , ,

Laisser un commentaire