Mots-clefs ‘Patrice Ordas’

Les naufragés du Métropolitain : 2. Station Assassins

27.07
2016
cop. Bamboo

cop. Bamboo

Suite et fin des aventures de Louise et de l’inspecteur Delaroche : lire la chronique du premier tome.

Après l’assassinat de son patron, Valentin se rebelle et se retrouve en mauvaise posture entre les mains des malfrats. Peu après, Louise et l’inspecteur Delaroche, qui lui a dévoilé sa véritable identité, découvrent le joaillier assassiné et partent à la recherche de ses assassins…

Alors que dans le premier tome, les personnages semblaient « sans surprise, et sans grand enjeu », cela se confirme pour presque tous les personnages, y compris Valentin, pris de remords, mais la surprise autour de la Louise, qui crée la chute, parait bien artificielle, et insuffisamment amenée par des implants. Assez décevant.

 

Les naufragés du Métropolitain : 1. Les rats de Saint-Eloi

08.06
2016
cop. Grand Angle

cop. Grand Angle

 

Paris, au début de la grande crue de la Seine en 1910. Orpheline, Louise travaille chez son père adoptif, Monsieur Morchard, joaillier de la Place Vendôme. Tous deux se montrent indulgents envers l’attitude rebelle du jeune apprenti Valentin. Mais, tandis que l’inspecteur Delaroche vole au secours de Louise sous une fausse identité, la tirant d’un mauvais pas dans le Métropolitain, Valentin se laisse entrainer par Le Fennec, qui le pousse au vol et au meurtre de son patron…

Dans le Paris de la Belle Epoque, Patrice Ordas imagine une affaire policière autour d’une joaillerie de la place Vendôme, avec d’un côté les méchants, petite bande pseudo-anarchiste qui tue le bourgeois comme s’il se fût agi d’une mouche, de l’autre un gentleman justicier, et au coeur de tout ceci deux orphelins de la vie, une bonne petite jeune fille et un adolescent attiré par l’aventure et la facilité. Les personnages pour l’instant semblent sans surprise, et sans grand enjeu. Malgré tout, on est curieux de connaître la suite et de voir si l’histoire peut nous révéler des rebondissements inattendus ou aller droit vers un happy end. Nathalie Berr fait le choix de mettre davantage l’accent sur ses personnages, sur leurs actions et expressions, que sur le décor qui apparait comme en arrière-fond. Je pense me laisser tenter par le second tome qui devrait sortir ce mois-ci.