Mots-clefs ‘naturaliste’

Calpurnia de Daphné Collignon

26.09
2018
cop. Rue de Sèvres

cop. Rue de Sèvres

Par un bel été 1899 au Texas, Harry offre un carnet pour y noter ses observations scientifiques à la seule fille de sa fratrie de six garçons, Calpurnia Virginia Tate, que tout le monde appelle Callie. C’est décidé, avec l’aide de Bon-Papa, passionné de science, elle va devenir naturaliste…

Le dessin délicat de Daphné Collignon, aux tons beige et ocre, sert admirablement ce récit d’apprentissage d’une petite fille intelligente, observatrice et curieuse, que sa famille laisse s’épanouir librement.

Une délicieuse bande dessinée, à offrir dès l’âge de onze ans.

Une histoire en deux volumes, d’après Calpurnia, le roman de Jacqueline Kelly, publié à l’Ecole des Loisirs (2009).

COLLIGNON, Daphné. Calpurnia / D’après le roman de Jacqueline Kelly. Rue de Sèvres, 2018. 87 p. : ill. en coul.. EAN13 978-2-36981-377-4 : 14 €

Reçu en service de presse

Sur les ailes du monde, Audubon de Grolleau & Royer

27.12
2017
cop. Dargaud

cop. Dargaud

L’an dernier mon beau-frère m’avait offert ce biopic d’un grand ornithologue. Le sujet m’intéressant peu, je l’avais un peu oublié dans mon immense pile à lire jusqu’à la semaine dernière.

En ce début du XIXe siècle, John James Audubon voue une passion peu ordinaire pour les oiseaux, qu’il peint plus vrais que nature. Hélas, aux Etats-Unis, il est précédé par un confrère, Alexander Wilson, à qui on lui préfère les planches « plus scientifiques » et moins artistiques. Audubon ne désespère pas et poursuit ses expéditions toujours plus loin, délaissant femme et enfants pour satisfaire sa passion dévorante pour l’observation des oiseaux de tout le continent, la passion de toute une vie. Ce n’est qu’à Londres que ses planches connaissent enfin le succès qu’elles méritent.

Ignorant tout d’Audubon, l’un des rares Français pourtant célèbre dans son domaine et aux Etats-Unis, j’ai lu avec plaisir ce biopic particulièrement bien dessiné par Jérémie Royer, aux couleurs un peu rétro, et au scénario de Fabien Grolleau inspiré de ses récits d’explorateur. Le fait qu’il parte plusieurs années en laissant derrière lui sa famille peut choquer de nos jours, tout comme sa méthode de collectionneur qui consiste à tirer et à massacrer les espèces rares pour mieux les mettre en scène et les peindre : à l’évidence, il lui importait peu d’éteindre une espèce qu’il admirait et répertoriait. Alors qu’on décimait les dernières tribus d’Indiens d’Amérique, on était loin à l’époque de se préoccuper du problème de l’extinction des espèces !