Mots-clefs ‘Lewis Carroll’

Alice au pays des merveilles de L. Carroll vs Walt Disney

28.02
2016
cop. GF-Flammarion

cop. GF-Flammarion

 

Après La Petite Sirène, penchons-nous sur l’adaptation cinématographique (1951) des Aventures d’Alice au pays de merveilles (1865) et de l’Autre côté du miroir (1871) de Lewis Carroll, qui n’ont jamais cessé d’inspirer écrivains, psychanalystes, philosophes, musiciens et réalisateurs.

Les frontières entre le réel et le rêve y sont ténues, l’absence de logique implacablement logique, et les jeux de langage propices aux quiproquos.

L’histoire

Qu’arrive-t-il à la petite Alice qui s’ennuie ? Toute une série de rencontres avec des personnages tous plus ou moins fous (Le Chapelier fou), dès l’instant où elle suit dans son terrier ce lapin en retard, consultant sa montre à gousset, et atterrit dans un monde où les animaux (Le Lièvre de Mars, le chat du Cheshire, le Bombyx) et les fleurs parlent et raisonnent, où l’on peut grandir ou rapetisser à volonté suivant ce que l’on mange ou boit, un monde onirique gouverné par une reine despotique dont les sujets ne sont autres qu’un jeu de cartes. Aussi, dans ce monde illogique, tout devient très relatif… de quoi aiguiser son esprit critique.

Mon avis

Difficile d’adapter l’humour britannique et son art du non-sense… Cette libre adaptation du roman de Lewis Carroll ne me semble pas si mauvaise, cherchant à rendre linéaire un récit particulièrement original et décousu, et à ne retenir que quelques vingt personnages emblématiques sur les 80 existants (et en ajoutant un, la poignée de porte). En revanche, de nombreuses chansons, emblématiques de Disney, émaillent le récit. Pas d’histoire de fille attendant patiemment son prince charmant ici, mais une petite fille de bonne famille refusant une éducation austère et l’apprentissage par les livres pour s’évader seule, poussée par la curiosité, dans un imaginaire débridé et fantasque. Si vous souhaitez lire son interprétation psychanalytique, lisez ceci.

A garder donc dans la vidéothèque des enfants.

Tout Alice *** de Lewis Carroll (1865)

26.06
2011

 

cop. GF-Flammarion

Souvent à tort inclues dans la seule littérature enfantine, les Aventures d’Alice au pays des merveilles n’ont jamais cessé d’inspirer écrivains, psychanalystes, philosophes, musiciens et réalisateurs. Car si cette oeuvre se relit bel et bien et se découvre à plusieurs niveaux et à tout âge, c’est parce qu’elle interroge la réalité : dans ces aventures, les frontières entre le réel et le rêve n’ont jamais été aussi ténues, l’absence de logique implacablement logique… comme elle joue avec ce qui la met en mots, ce qui permet de la désigner, le langage, donnant naissance à des quiproquos très amusants.

 

A l’origine, pourtant, c’est bien pour une fillette que Lewis Carroll, Charles Dodgson de son vrai nom, imagine ces aventures, et précisément pour une petite Alice avec laquelle il prend le thé au bord de l’eau…

 

« Assise à côté de sa soeur sur le talus, Alice commençait à être fatiguée de n’avoir rien à faire. Une fois ou deux, elle avait jeté un coup d’oeil sur le livre que lisait sa soeur ; mais il n’y avait dans ce livre ni images ni dialogues : « Et, pensait Alice, à quoi peut bien servir un livre sans images ni dialogues. Elle était donc en train de se demander (dans la mesure du possible, car la chaleur qui régnait ce jour-là lui engourdissait quelque peu l’esprit) si le plaisir de tresser une guirlande de pâquerettes valait la peine de se lever pour aller cueillir les pâquerettes, lorsqu’un lapin blanc aux yeux roses vint à passer auprès d’elle en courant. » (incipit)


Qu’arrive-t-il à cette petite Alice qui s’ennuie ? Toute une série de rencontres avec des personnages tous plus ou moins fous (Le Chapelier fou), dès l’instant où elle suit dans son terrier ce lapin en retard, consultant sa montre à gousset, et atterrit dans un monde où les animaux (Le Lièvre de Mars, le chat du Cheshire, le Bombyx) et les fleurs parlent et raisonnent, où l’on peut grandir ou rapetisser à volonté suivant ce que l’on mange ou boit, un monde onirique gouverné par une reine despotique dont les sujets ne sont autres qu’un jeu de cartes. Aussi, dans ce monde illogique, tout devient très relatif… de quoi aiguiser son esprit critique.

Pour chasser de votre imaginaire les images véhiculées par les diverses adaptations de ce classique, rien de tel que de se plonger dans le texte : c’est un vrai plaisir à lire !

 

Dans cette édition ont été réunies les différentes versions des Aventures d’Alice : Les Aventures d’Alice sous terre, Les Aventures d’Alice au pays des merveilles, De l’autre côté du miroir et de ce qu’Alice y trouva, La Chasse au Snark, Alice racontée aux petits enfants, Alice à la scène, Une devinette d’Alice, Lettres à Alice Liddell.

Tout Alice / Lewis Carroll ; trad. par Henri Parisot ; chronologie, préface et bibliographie par Jean-Jacques Mayoux. – Paris : Garnier : Flammarion, 1979. – 442 p. : couv. ill. ; 18 cm. – (Garnier-Flammarion ; 312). - Bibliogr. p. 37-40 (Br.) : 12,50 F.

Vous pouvez lire les Aventures d’Alice en intégralité sur Google Books, ou l’écouter conter gratuitement sur Bibliboom.com.