Mots-clefs ‘Jean-Pierre Melville’

L’armée des ombres

15.04
2014

Mardi cinéma


Sortie en salle : 1969

Réalisateur :  Jean-Pierre Melville

l’armée des ombres (1969) bande annonce par dictys

Idées et scénario : adapté par Jean-Pierre Melville du roman du même nom de Joseph Kessel.

L’histoire

20 octobre 1942, en France occupée, Philippe Gerbier, ingénieur distingué des Ponts et Chaussées soupçonné de résistance, est arrêté par la police de Vichy, placé dans un camp, puis remis entre les mains de la Gestapo, à Paris. Gerbier réussit à s’évader et retourne à Marseille où est basé le réseau qu’il dirige effectivement. Son bras droit, Félix Lepercq, a identifié le jeune Paul comme étant le traître qui l’a dénoncé. Avec l’aide de Guillaume Vermersch, dit « Le Bison « , Félix et Gerbier conduisent Paul dans une maison inhabitée de Marseille pour l’y exécuter, non sans mal. Marqué par l’exécution, Félix tombe sur un ancien camarade de régiment, Jean-François Jardie, qui accepte de s’engager auprès de lui dans la Résistance, à la fois par ennui et goût de l’aventure. Ce dernier mène avec succès plusieurs opérations d’importance croissante. Lors de sa première mission à Paris, il fait la connaissance de Mathilde, pilier du réseau. Sa mission accomplie, il rend une visite-surprise à son frère aîné Luc. N’ayant pas vu son frère depuis longtemps, et ne se sentant plus assez proche de lui, Jean-François résiste à la tentation de lui faire connaître son engagement. Gerbier embarque avec le Grand Patron, le chef de leur groupe, dont l’identité est un secret jalousement gardé, sur un sous-marin britannique, jusqu’au quartier général de la France libre à Londres. Or le Grand Patron n’est autre que Luc Jardie. Gerbier écourte cependant son séjour lorsqu’il apprend l’arrestation de Félix par la Gestapo. Mathilde met au point un audacieux plan d’évasion, mais doit pouvoir prévenir Félix pour garantir le succès du plan. Or elle n’en trouve pas le moyen. Jean-François, sans rien dire à personne, rédige une lettre de démission à Gerbier et se dénonce à la Gestapo par une lettre anonyme, avec l’espoir d’être enfermé avec son ancien camarade de régiment…

L’analyse

Ce film historique des heures sombres de l’Histoire de France s’inspire de faits et de personnages ayant réellement existé. Sans avoir de trame forcément classique, il surprend toutefois par ses nombreux rebondissements et ses révélations. Cette histoire met particulièrement en scène la difficulté d’être résistant, la souffrance de tuer ceux et celles qui ont trahi la cause, quelle qu’en soit la raison. Car être un Résistant, un héros aux yeux de nos contemporains, c’est aussi s’obliger à la violence et au sang pour pouvoir lutter contre l’envahisseur. D’où une affection particulière pour ces hommes et ces femmes qui ont donné leur vie pour libérer la France, parfois « gratuitement » hélas. Un bon scénario, aidé par l’interprétation magnifique des acteurs.