Mots-clefs ‘imaginaire’

Hilda et la forêt de pierres de Luke Pearson (2017)

16.01
2017
cop. Casterman

cop. Casterman

 

Dans la ville de Trollbourg, Hilda passe son temps à mentir à sa mère pour ne pas l’inquiéter, alors qu’elle enfreint toujours les interdits. Mais cette fois-ci, elle va entraîner sa mère malgré elle dans ses aventures et se retrouver dans un repaire de trolls….

Ce cinquième tome des aventures de Hilda, à l’imaginaire toujours aussi foisonnant et au superbe graphisme, invite à une suite qu’on a bien hâte de lire ! Une série à offrir aux enfants à partir de 8 ans.

A lire du même auteur dans la série : Hilda et la parade des oiseauxHilda et le trollHilda et le géant de minuit et Hilda et le chien noir.

PEARSON, Luke. - Hilda et la forêt de pierres / trad. par Basile Béguerie. – Casterman, 2017. – n.p. : ill. en coul. ; 31 cm. – EAN13 978-2-203-09756-8 : 16 €.

 

L’histoire de la dernière image de Fred

23.04
2014
cop. Dargaud

cop. Dargaud

La dernière image, c’est celle que l’on voit juste avant de rendre son dernier soupir. Et ce dernier soupir, un représentant en dés à coudre et en enclumes vient de le rendre au cours d’une partie de billard, dans un bar, qui a mal tourné. Paniqués, le tenancier et le meurtrier déplacent l’homme dans la vitrine d’une boutique apparemment vide, « La dernière image ». Mais au contraire, celle-ci est tenue par un certain Baron tzigane, qui récupère le dit mort, lequel se réveille sur un radeau-violon, sur un océan de note, au milieu des requins-cigares…

Quelle aventure, mes aïeux ! Encore une fois, Fred nous embarque dans un rêve qui aurait pu être macabre s’il n’avait été aussi plein d’humour, de fantaisie et d’imagination, dans la même veine que sa série Philémon. Magique !

Retrouvez les autres albums de Fred, avec Philemon, dans Carnets de SeL :

- Le Château suspendu

Le Piano sauvage

Le Naufragé du A

Avant la lettre

Philemon : Le château suspendu de Fred

12.02
2014
cop. Dargaud

cop. Dargaud

 

Me voilà au 4e tome des aventures de Philémon, publié en 1973, et donc il y a plus de 40 ans maintenant !

Philémon croise Barthélémy, qui est devenu tout triste depuis qu’il est revenu des lettres de l’Océan Atlantique. Barthélémy regrette son île et souhaite retourner sur le « A ». Félicien propose alors d’employer un coquillage gonflable géant pour l’y ramener, seulement Philemon l’y suit par accident. A leur grande surprise, ils se retrouvent sur le point du « I », où siège le gardien du phare-hibou. Ce dernier leur conseille de marcher sur le faisceau lumineux de son phare pour quitter l’île. Mais au lever du jour, ils tombent dans la mer et ils atterrissent sur une baleine-galère, à l’intérieur de laquelle, semblable à un vaste métro, on les force à ramer…

Nos deux comparses ne sont pas au bout de leurs surprises… Une fois de plus, Fred nous étonne par la puissance de son imaginaire. On prend plaisir à découvrir cet univers plein de fantaisie où toutes les lois de la nature sont bafouées. Vite, le prochain tome !

Retrouvez Philemon dans Carnets de SeL :

- Le Piano sauvage

- Le Naufragé du A

- Avant la lettre

Philémon : Le piano sauvage de Fred

02.10
2013
cop. Dargaud

cop. Dargaud

 

Rentré de l’Atlantique, le monde parallèle trouvé au fond du du puits, Philémon trouve une oreille attentive en la personne de l’oncle Lucien, dont le puisatier Barthélémy est le meilleur ami. Grâce à sa lorgnette (cf. Avant la lettre), il permet à Philémon de rejoindre Barthélémy pour l’aider à s’échapper du second « A ». Pour ce faire, il devra traverser l’Atlantique sur les épaules d’un routard marchant sur l’eau, puis à bord d’une montgolfière, être emprisonné à l’intérieur d’un zèbre-geôle, et même affronter dans une corrida un piano sauvage…

A la fois plein d’humour et de poésie, la suite des aventures de Philémon est de plus en plus jouissive : les trouvailles sont géniales, le monde onirique complètement farfelu. J’ai hâte de lire la suite de ses aventures !

Du même auteur dans Carnets de SeL : Avant la lettre et Le Naufragé du « A ».

 

Philémon : le naufragé du « A » de Fred

18.09
2013

philemon

Le Naufragé du « A » inaugure réellement le voyage de Philémon sur les îles – lettres de lAtlantique. Ainsi, allant chercher de l’eau à un puits abandonné, il tombe au fond, se trouve happé par un océan et se retrouve sur une île peuplée d’une faune et d’une flore mythologique ou farfelue, où il rencontre Barthélémy le puisatier, qui y vit depuis 40 ans avec Vendredi. un centaure. Celui-ci lui demande de l’aider à retrouver la sortie de ce monde parallèle…

Nous voilà plongés dans une aventure complètement délirante où Fred commence à prendre la mesure de ses possibilités…

Une histoire clôt cette première aventure, revisitant dans un étang le thème du voyage dans le temps.

Du même auteur dans Carnets de SeL : Avant la lettre.

 

Philémon : avant la lettre de Fred

11.09
2013
cop. Fred/Dargaud

cop. Fred/Dargaud

 

Le jeune Philémon vit à la campagne et passe son temps à rêver en compagnie de son âne Anatole. Au cours de ses promenades, il vit des aventures incroyables, que son père a bien du mal à croire…

Cet album regroupe deux histoires de Philémon, Le mystère de la clairière des trois hiboux et Par le bout de la lorgnette, qui annoncent avant la lettre - A !- la célèbre série de ses aventures dans l’Atlantique. Cet univers onirique est sorti de l’imagination de Fred en 1965 pour le magazine Pilote. Nonobstant ses récits fantastiques très farfelues, la mise en page reste classique, mais on sent bien qu’il se cherche encore et que bientôt il va faire éclater quelques codes de la bande dessinée.

Le Japon n’existe pas d’Alberto Torres-Blandina

15.07
2012

 

cop. Métailié

 

Salvador, à quelques semaines de la retraite, accoste à chaque chapitre, dans l’aéroport où il balaie, les passagers qui attendent leur vol, ou d’autres employés, comme la vendeuse de journaux. Pour les premiers, il devine sans peine la destination, prodigue des conseils et raconte des histoires passionnantes qui, parfois, se poursuivent quelques chapitres plus loin :

« Il y a cinq ans, je sortais de l’aéroport pour prendre un bus lorsqu’une femme s’est approchée par-derrière et m’a pris la main en me disant : « Je pensais que tu ne viendrais pas. »

Je me suis retourné. J’ai une très bonne mémoire des gens. J’ai su aussitôt que je ne l’avais jamais vue.(…) » (p. 98)

Quelle perle que ce petit roman plein d’imagination, d’humour et d’esprit ! D’un chapitre à l’autre, on tombe sous le charme de ces histoires abracadabrantesques et surtout de ce conteur hors pair.

Un vrai coup de cœur.

 

TORRES-BLANDINA, Alberto. – Le Japon n’existe pas / trad. de l’espagnol par François Gaudry. – Métailié, 2012. – 158 p. ; 19 cm. – (Suite hispanique). – EAN13 9782864248743 : 9 €.