Mots-clefs ‘France’

Dheepan de Jacques Audiard (2015)

02.02
2016

Dheepan-O-Refúgio-posterAprès son magistral Un Prophète, Jacques Audiard s’est vu récompensé pour Dheepan en 2015 par la Palme d’or avec un jury présidé par les frères Coen.

L’histoire

Dheepan est un Tigre, un soldat de l’indépendance tamoule au Sri Lanka. Après avoir brûlé les cadavres de ses compagnons d’armes, il récupère les passeports d’une famille disparue pour laisser derrière lui cette vie sans avenir, seul désormais. Seul ? Non, pas vraiment, une jeune femme s’arrange pour le suivre, emmenant avec elle une fillette de neuf ans orpheline. Avec cette fausse épouse et cette fausse fille, Dheepan choisit la France comme terre d’accueil, au grand dam de la jeune femme qui a une cousine en Angleterre. Mais cette dernière obtempère : il a les passeports, ils forment une famille aux yeux de l’administration, ils auront bientôt des papiers. En attendant, Dheepan devient le gardien d’un immeuble HLM dans un no man’s land d’une banlieue parisienne, où de jeunes caïds font leur petit trafic…

Mon avis

Jacques Audiard nous surprend, une fois encore : d’abord en mettant en scène ces trois individus tellement isolés, qui semblent former une famille au regard de tous, et donc trouver un réconfort dans leur affection ; or la petite fille réclame en vain auprès de sa fausse mère un peu de tendresse, laquelle ne pense qu’à sauver sa propre peau. Ensuite en montrant que même si la France n’est pas en guerre, elle baigne dans la violence dans certaines banlieues que le gouvernement a abandonnées, une violence qui fascine Dheepan, et réveille en lui ses fantômes, alors qu’il l’observe la nuit depuis sa fenêtre. On tremble pour lui, pour elle, pour cette petite fille. Jusqu’au bout on appréhende, et non, Jacques Audiard n’a pas le glauque facile, et c’est tant mieux, mais le spectaculaire, si, caron n’a encore jamais vu autant de morts autour d’une barre d’immeubles. Un bon film, mais pas du niveau d’Un prophète, ça non.

Le Morvan

29.06
2015
MONT BEUVRAY

MONT BEUVRAY

 

Week-end au vert en partant pour le parc naturel régional du Morvan !

En pleine canicule, il fait bon marcher et rouler à vélo dans les sous-bois du Haut Morvan, et se baigner dans l’eau claire du lac des Settons.

A voir, à faire

- La balade sur le mont Beuvray, le pique-nique dans le sac à dos. Se procurer un plan au musée situé au niveau du parking.

- Passez Château-Chinon : la mecque de « tonton » présente peu d’intérêt.

- Alors que la ville de Vézelay, autant que sa basilique, mérite le déplacement.

 

 

 

 

LAC DES SETTONSOù se baigner ?

Le lac de Settons où l’on s’est trouvé un petit hâvre de paix en marchant un tout petit peu, avec un grand rocher à fleur d’eau en guise de hamac rafraîchissant….

Où loger ?

Le camping de la Plage du Midi, au bord du lac des Settons, propose des roulottes, des « chalets » et une cabane sur pilotis, avec quelques emplacements pour des tentes et campings-cars. Un emplacement idéal pour vadrouiller, une petite piscine couverte, un « chalet » spacieux (faisant davantage songer à un mobil-homme à l’intérieur) en font un bon compromis au manque de chaleur de l’accueil et au prix pas si donné comparable à celui d’une chambre d’hôte.

LAC DES SETTONS

LAC DES SETTONS

La famille Bélier

19.06
2015

 

Comédie française

Scénariste : Victoria Bedos et Stanislas Carré de Malberg

Réalisateur : Eric Lartigau

Producteur : Jerico – Mars films

L’histoire

Alors que ses parents fermiers et son frère sourds et muets comptent sur son aide pour gagner les prochaines municipales, une adolescente s’entraîne tous les soirs en secret avec son professeur de musique pour passer le concours de Radio France à Paris…

Mon avis

Cette comédie se laisse gentiment regarder. Malgré tout, il ne s’agit absolument pas d’un film sur les sourds et muets : bien au contraire, non seulement les acteurs ne le sont pas (sauf le fils), mais le personnage de la fille ne l’est pas non plus, et rien ne nous permet de mieux les découvrir ; pire, sa famille, dans le film, constitue le frein qui empêche l’adolescente de voler de ses propres ailes (la chanson finale le dit carrément) et tout est fait pour montrer à quel point ses parents et son frère ne peuvent pas se débrouiller tout seuls sans elle. On comprend sans mal pourquoi ce film a pu agacer les sourds et muets ! D’ailleurs, le mauvais goût serait de décliner ce contraste : une famille aveugle avec une fille peintre, une famille d’handicapés avec une fille athlète, etc… Une grosse erreur aussi : difficile de croire que cette adolescente ait attendu le lycée pour avoir ses règles, et encore moins les réactions suscitées à son âge !

 

Le petit Larousse des grands écrivains français

18.01
2013

 

cop. Larousse

De Tristan et Iseult à Le Clézio, ce Petit Larousse des Grands Écrivains français aborde 75 écrivains et poètes majeurs de la littérature française : cinq pour le Moyen Âge, autant pour le XVIe siècle, le double pour le XVIIe siècle, neuf pour le suivant, le double pour le XIXe siècle, et vingt-huit pour le seul XXe siècle. Pour chaque auteur présenté, cet ouvrage relié propose quatre pages relatant sa vie et une ou deux oeuvres, enrichies de photographies, reproductions, anecdotes et extraits emblématiques, comme Zola, qui mourut asphyxié chez lui, probablement victime d’un accident criminel commis par un antidreyfusard. En fin d’ouvrage : lexique et repères chronologiques.

Un bien bel outil pédagogique, agréable à consulter, pour les collégiens voire les lycéens.

 

MORY, Catherine. - Le petit Larousse des grands écrivains français. – Larousse, 2012. – 320 p. : ill. en coul. ; 25 cm. – (Le Petit Larousse de…). – EAN 9782035861030 : 25,50 €.

 


L’Histoire de France pour ceux qui ont tout oublié

27.07
2012

cop. Larousse

 

Cet ouvrage épais passe en revue en cinq chapitres chronologiques toute l’Histoire de France, dont le premier, plus court, sur la Préhistoire et l’Antiquité, et qui tous s’achèvent sur un tableau chronologique et un bilan des legs de ces périodes. Synthétique et plaisant à lire, truffé de dessins humoristiques, d’anecdotes et de citations, il relate ainsi les grands événements comme les grands personnages qui ont marqué la France.

Un ouvrage de référence qui trouvera toute sa place dans nos bibliothèques.

L’Histoire de France pour ceux qui ont tout oublié. – Larousse, 2012. – 543 p. : ill. n.b. ; 24 cm. – EAN13 9782035874191 : 20,90 €.

Serge de Régis Loisel & Tripp

21.03
2012

cop. Casterman

La veuve Marie Ducharme emmène chez elle Serge Brouillet, en panne à moto. Impossible de repartir avec toute cette neige. Au village de Notre Dame des Lacs, cela fait jaser. Alors Serge part dormir dans le cabanon qui jouxte la maison. Fin cuisinier, il propose un repas de Noël qui restera à jamais gravé dans la mémoire de ses convives. Lui vient alors une idée…

On commence à bien connaître la personnalité de tous ces habitants du village québécois, et même l’histoire des trois vieilles bigotes, dans cette intrigue qui prend son temps, se déploie au rythme de la vie des villageois, servie par un graphisme plein de chaleur et de tendresse. Serait-ce les prémisses d’une histoire d’amour ? Pas sûr. Le nouvel arrivant, serviable et bourré de qualités, remplit les yeux de Marie de rêves, et son estomac de mets délicieux inspirés de chez Maxim’s, mais ne répond pas à ses voeux pour l’instant…

Toujours un vrai régal cette série !

Retrouvez dans Carnets de SeL les chroniques de :

1. Marie

4. Confessions

La côte d’Azur (1993-Noël 2011)

30.12
2011

Oui, oui, trop bétonnée à mon goût, trop peuplée, et par des gens cultivant leur paraître pour la majorité, mais que voulez-vous, elle demeure malgré tout une belle région…

Cliquez sur le diaporama pour le voir en plein écran.
Où se promener ?

De la frontière italienne à Théoule :

  • Menton, pour sa fête du citron et ses ruelles fleurant déjà bon l’Italie !
  • Eze, dont vous aurez un point de vue magnifique de la route, mais pas du village : allez donc boire un verre en terrasse afin de pouvoir contempler la mer !
  • Au plus bel endroit de la côte, sur la presqu’île du Cap Ferrat, où le béton n’a pas fait de ravages puisque seuls les riches semblent y avoir élu domicile.
  • Promenez-vous dans les 7 jardins (espagnol, exotique,…) de la Villa Ephrussi de Rothshild, et visitez la Villa Kerylos de Beaulieu-sur-mer, reconstitution exacte d’une villa de la Grèce antique.
  • Dans les ruelles du vieux Nice pour y goûter une pissaladière « chez Thérésa » et croquer dans un fruit en passant au marché du cours Saleya,
  • Sur la promenade des Anglais, à Nice, avec le palais de la Méditerranée dont seule la façade a été conservée, son palace Negresco de la belle époque et son immeuble jumeau dans lequel on aimerait bien avoir un appartement avec vue sur la mer…. Ah doux rêve….
  • Tentez d’éviter la foule en déambulant très tôt le matin ou après dîner dans Saint-Paul-de-Vence.
  • Découvrez, après avoir contemplé le panorama, de magnifiques pièces au musée d’Arts Décoratifs du château de Gourdon, spécialisé dans l’art déco et l’art nouveau,
  • Arrêtez-vous au village de Bar-sur-Loup, aux ruelles bordées de hautes maisons anciennes.
  • Faites donc une petite promenade dans le vieux village de Biot,
    • Prenez l’apéritif sur la place des Arcades dans le vieux Valbonne,
  • et dînez dans le Vieux Mougins, sur sa place à la fontaine,
  • Prenez plaisir à vous croire seuls au monde dans les ruelles tortueuses du village méconnu d’Auribeau sur Siagne,
  • Flânez dans les vieilles rues d’Antilles, visitez le musée Picasso, à l’intérieur du château Grimaldi, qui offre une superbe vue depuis sa terrasse sur la mer Méditerranée,
  • Longez la côte, cheveux au vent, à moto ou en cabriolet, le long du Cap d’Antibes,
  • Passez une journée sur l’île Sainte-Marguerite : faites-en le tour, sans négliger quelques haltes pour vous baigner en face de l’île Saint-Honorat : l’eau est turquoise, la flore et la faune protégées et bien expliquées, les sentiers pédestres bien aménagés, offrant quelques fontaines bienvenues pour étancher notre soif et remplir nos gourdes.
  •  

  • Passez-en une autre sur l’île Saint-Honorat, plus petite, moins propice à la baignade, mais tout aussi préservée, où vous découvrirez un monastère fortifié surplombant la mer.
  • Baignez-vous dans les calanques du magnifique massif de l’Esterel ou à la pointe l’esquillon de Théoule sur mer : un sentier aquatique vous est proposé, vous permettant d’admirer avec masque et tuba une variété intéressante de la faune et de la flore sous-marines : oursins, étoiles de mer, murènes, barracudas.
  •  

  • Promenez-vous sur le massif de l’Esterel, jusqu’à Notre-Dame-d’Afrique. Vous achevez ainsi votre découverte de toute la côte des Alpes-Maritimes !
  •  

    Où se loger ?

    Si vous êtes très riches, prenez donc une suite vue sur la mer à

    L’hôtel CARLTON ****

    Indubitablement le plus beau de France, du moins sa façade de la Belle Epoque.

     

    Où se restaurer ?


    Un coup de coeur pour le restaurant

    La Zucca Magica (http://www.lazuccamagica.com/)

    Ne cherchez pas le menu ni son prix : c’est la même chose pour tout le monde, le menu du marché, et vous en aurez pour à peine seize euros pour un repas (le midi uniquement) que vous n’êtes pas prêt d’oublier. Ici, on vert sert une cuisine végétarienne, à base de cucurbitacées qui décorent la petite salle (on se croirait à Halloween), de pâtes, de pois chiches et de gorgonzola… Car ce sont des Italiens qui tiennent la boutique, et, midi et soir, la salle est toujours comble, qu’il s’agisse de touristes ou d’habitués.

    et pour le bar à soupe d’Antibes, une adresse totalement improbable dans cette jet-set de la frime, où une grande tablée de 10 personnes, surtout pas plus, vous accueillera à un prix défiant toute concurrence pour une cuisine simplicissime avec de bons produits, souvent italiens : pour 7 euros vous avez votre bol d’une soupe excellente, une assiette de charcuterie et de fromages et un dessert, le tout servi par une patronne qui n’ouvre que les 6 mois hors-saison, pour fuir les touristes l’été. Une cuisine chaleureuse et conviviale, sans chichi, fortement appréciée des locaux. Là-bas, c’est comme à la maison !

     

     

    A quelle librairie faire ses provisions intellectuelles ?


    - la librairie Privat Sorbonne de Cannes

    - la librairie Masséna de Nice.

    Où lire ?


    - sur le banc de pierre au coeur d’Auribeau sur Siagne,

    - sur la plage de Théoule sur mer.