Mots-clefs ‘dystopie’

Soumission de Michel Houellebecq

18.07
2017

 

cop. J'ai lu

cop. J’ai lu

On se souvient du vacarme que fit la sortie du roman Soumission, à la campagne de publicité savamment orchestrée par les éditions Flammarion – il fut même piraté !-, et qui tomba le jour-même de l’attentat au siège de Charlie-hebdo le 7 janvier 2015. Michel Houellebecq chercha alors à se faire oublier durant plusieurs mois, mis sous protection policière et probablement dépassé par la violence de cette réalité terroriste qui donnait un écho terrifiant à sa fiction.

De quoi son sixième roman parle-t-il ?

François, professeur d’université, spécialiste de Huysmans, vivote entre ses heures de cours avec ses étudiants, son suivi laborieux des doctorants, la cuisson au micro-ondes de ses repas tout prêts, industriels ou achetés chez le traiteur, et sa relation sexuelle avec Myriam, jeune étudiante juive en lettres modernes. La solitude lui pèse. En toile de fond, les élections présidentielles de 2022 et des attentats dans Paris étouffés par les médias et le gouvernement, commis soit par des identitaires, soit par des salafistes. Le pays se trouve au bord de la guerre civile. Au premier tour, la droite est éradiquée, la gauche dépassée, et c’est le jeune parti de « La Fraternité musulmane » qui va affronter le FN de Marine Le Pen, qui a remporté le plus de voix. Autant les électeurs de droite se tournent vers le FN, autant ceux de gauche s’allient alors au chef charismatique musulman. François, comme tous les Français, a peur du déclenchement d’une guerre civile et prend la fuite vers le sud, près de Rocamadour. Mais après le second tour, et l’arrivée au pouvoir du parti musulman, tout semble apaisé, les problèmes résolus, le chômage éradiqué par le retrait des femmes de la vie active : chacun y trouve son compte, ou presque…

Inutile de s’attarder sur l’écriture de Michel Houellebecq, ce qui compte, chez lui, c’est sa lucidité visionnaire. Il réussit à donner une image fidèle de ce que pourrait devenir la société française dans un futur proche. Moins extrême parce que moins lointaine que le 2084 de Boualem Sansal, cette dystopie n’en est pas moins angoissante. En effet, Macron a été élu car une certaine partie de la population en a eu assez de ce va-et-vient entre deux partis vieillissants et a voté pour un emballage rajeuni, propulsé par les médias et les multinationales, porteur des mêmes idées ultra-libérales qui tentaient de tirer les ficelles des deux partis, mais pas assez vite à leur goût. Houellebecq a donc vu juste à ce propos, et aussi sur bien des aspects, notamment sur le fait que dénoncer le port du voile peut être perçu comme raciste, sinon islamophobe, si bien qu’un parti musulman pourrait séduire certains électeurs de gauche. Et enfin, surtout, le personnage principal, qui se voyait déjà vieillir seul dans son appartement dans le 13e, va jusqu’à se convertir, non pas par foi ou par peur, mais par opportunisme  : contrairement à Huysmans, on lui offre une deuxième vie, et la possibilité de trouver son bonheur – égocentrique – dans un confort bourgeois, dans une maison cossue, avec une femme de son âge qui lui fait la popote et une adolescente qui comble ses désirs sexuels. What else ? Et si la soumission de la femme à l’homme et de l’homme à Dieu rendait tout le monde heureux, pourquoi tenter de résister à cette vague religieuse ? Voilà le message de cette politique-fiction satirique, qui brosse un portrait extrêmement individualiste des Français, même parmi les intellectuels, ici les universitaires, qui brillent davantage pour leur intérêt pour des écrivains passés à la postérité depuis plus d’un siècle – sans aucune prise de risque – et pour leur propre personne, que pour leur altruisme, leur intelligence et leur vision globale et instruite de l’actualité sociale et politique…

Le testament d’un enfant mort de Philippe Curval

05.05
2013

cop. Le Passager clandestin

Quel titre horrible ! A la mesure du récit d’anticipation imaginé par Philippe Curval en 1978, nouvelle de 70 pages écrite en 1978 et republiée ici par les éditions du passager clandestin, qui commence ainsi :

« J’ai enfin découvert le moyen de comprendre pourquoi, depuis quelques générations, un grand nombre de nouveau-nés meurent de façon mystérieuse. »

Alors que la Terre est surpeuplée, arrive une épidémie chez les nouveaux-nés qui inverse le phénomène tant et si bien que l’on finit par avoir peur de l’extinction de l’espèce.

Dans la première partie, ménageant le suspens de manière assez classique, le narrateur écrivant à la première personne, un scientifique, nous livre les conclusions de sa découverte : à défaut de maîtriser leur être dans l’espace, les nouveaux-nés, qu’il appelle « hypermaturés », accélèrent le temps pour se suicider, en vieillissant très vite en quelques semaines, voire quelques mois. Pourquoi refuser de vivre ? Selon le scientifique, leur malheur est d’avoir des pouvoirs télépathiques leur donnant accès à l’inconscient collectif :

« En même temps qu’il apprenait à lire l’univers dans la mémoire encore informelle de ses compagnons, Camille Félix découvrait en moi toutes les motivations nécessaires à refuser sa vie. Dès qu’il a pu inventer le moyen de le faire, il s’est mis à accélérer, pour fuir dans le temps ce dont il ne pouvait s’affranchir dans l’espace. » (p. 22)

Le journal du foetus puis du bébé, qui lui aussi écrit à la première personne, commence page 25, dans une deuxième partie plus longue ; atrocement désespérée, il est extrêmement intéressant, voire poétique, surtout page 57, où le narrateur essaie d’appréhender le monde à travers le regard d’un nouveau-né, ce monde qu’il peut toucher, voir, sentir, goûter, mais surtout un monde instable, où les objets peuvent changer de place, se rapprocher, se transformer.

Dans cette dystopie, Philippe Curval trouve une solution à la future surpopulation de la planète. L’humanité va se réguler d’elle-même à la source, c’est-à-dire que sa forte natalité va aller de paire avec une forte mortalité dès les premiers mois de la naissance. Mais il pousse le vice très loin puisque ce n’est pas ici une maladie qui provoque la mort des bébés, mais leur vision désespérée de leur propre avenir, de leur sentiment d’immense solitude dans ce monde où leur vie compte si peu. Quel besoin de vivre si l’on n’existe pour personne ? Un texte original, cruel, dur et dérangeant.

CURVAL, Philippe. – Le testament d’un enfant mort. – Le passager clandestin, 2013. – 73 p. : couv. ill. ; cm. – (dyschroniques). – EAN13 9782916952772 : 6 €.

La planète des singes ** de Pierre Boulle (1963)

20.09
2005

Trois hommes,  parmi lesquels Ulysse Mérou un journaliste, finissent un voyage spatial vers une lointaine planète d’un autre système solaire. Avant d’atterrir, ils ont eu le temps d’apercevoir des villes et des routes comme sur la Terre. Mais, arrivés dans la jungle, ils s’attendaient à tout sauf à découvrir une superbe créature, certes, mais néanmoins une femme comme celles qu’ils viennent de quitter… Comme elles ? Non, ils découvrent très vite qu’elle et le reste de sa tribu d’humains sont peu évolués, craignent rires, langage et artefact, et cherchent désespérément une lueur d’intelligence dans leurs yeux. Mais sur cette planète, l’intelligence existe. Ils l’apprendront bientôt à leurs dépens, chassés et traqués comme des bêtes, tués ou emprisonnés pour servir de cobayes à des expériences, par des… singes !

L’esprit du roman se retrouve dans le premier film du même nom (version de 1968 réalisée par Franklin J. Schaffner). Ce que le film n’a pu faire, c’est bien sûr ouvrir et fermer cette histoire par deux singes lisant cette histoire. L’histoire du roman est plus intelligente car pour mieux mettre en évidence le renversement de situation, les singes ont atteint le même degré de civilisation que nous, dont on saura plus tard que ce n’est que par imitation… a contrario les hommes sont chassés et servent de cobayes à des expériences que l’on jugerait horribles. Autre différence : le héros peut toujours parler, seulement il ne parle pas la même langue que ce peuple d’une autre planète. Mais cette différence s’explique dans le film puisque là il s’agit en fait de la Terre. L’homme se fait une place dans cette société malgré tout. Mais il découvre là aussi que les hommes ont créé une civilisation avant celle des singes dont ceux-ci se sont emparé par imitation. Ulysse, avec sa femme et son fils, ne sait donc plus où aller. De retour sur Terre, il découvre avec horreur qu’il s’est passé la même chose. Le défaut du livre qu’a corrigé le film, c’est cette similitude tout à fait extraordinaire entre les deux planètes, accompagnée d’une cause à conséquence assez difficile à avaler, puisque les hommes auraient été trop lâches devant le soulèvement des singes et se seraient réfugiés dans la nature.

Une excellente dystopie néanmoins qui a ouvert de nombreuses voies à la science-fiction philosophique.

BOULLE, Pierre. – La planète des singes. – Paris : Pocket, 1990. – 189 p.. – (n° 1867). – ISBN 2-266-11828-5.