Mots-clefs ‘discrimination raciale’

Olympe de Gouges de Catel & Bocquet

28.12
2015
cop. Casterman écritures

cop. Casterman écritures

 

Fruit de l’amour défendu entre « un noble et une roturière », Marie Gouzes aime lire et écrire, et, libérée des liens d’un mariage de raison par un veuvage précoce, elle décide d’élever seule son fils et de se faire appeler Olympe de Gouges. Côtoyant quelques grands noms de la littérature et de la révolution, grande amie de Louis-Sébastien Mercier, amante de Jacques Biétric de Rozières, Olympe de Gouges commence par défendre les droits des noirs, notamment à travers une pièce de théâtre, avant de rédiger la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, en 1791. Ses attaques virulentes par voie d’affichage du nouveau régime de la Terreur l’amènent droit à la guillotine.

Connaissant la biographie d’Olympe de Gouges dans ses grandes lignes, j’étais curieuse de voir de quelle manière elle serait traitée… De façon linéaire, chronologique, très (trop) détaillée sûrement (plus de 400 pages) avec chronologie et galerie de portraits célèbres en fin d’ouvrage. Un travail très sérieux donc, mais un récit qui aurait pu gagner en densité et en intensité en se concentrant sur les étapes majeures de son parcours de citoyenne soucieuse des droits de chacun.

 

Corto Maltese : Sous le soleil de minuit

30.09
2015
cop. Casterman

cop. Casterman

Alors que Corto Maltese vient de quitter son ami Raspoutine qu’il a failli incinérer vif, il reçoit une lettre de Jack London qui lui promet un trésor et lui demande un dernier service, celui de remettre une autre lettre à une dénommée Waka Yamada, militante contre la traite des blanches en Alaska…

Beau défi que de faire renaître de ses cendres ce héros libertaire, sans foi ni drapeau, dont l’ironie mordante tord le cou aux préjugés et aux conflits d’intérêt de l’époque. Une nouvelle aventure pleine de rebondissements et de personnages, trop peut-être.

Juan DIAZ CANALES, Ruben PELLEJERO

Sous le soleil de minuit

Casterman (Corto Maltese, 13 ; 2015)

82 p. : ill. En coul. ; 24*30 cm.

EAN 13 9782203092112 : 16 €

Sarah Thornhill de Kate Grenville

27.07
2014
cop. Métailié

cop. Métailié

« Pour ceux qui avaient fait fortune, comme Pa, on parlait plus de « banni » ni d’avoir « porté la casaque ». Il était maintenant de ceux qu’on appelait les « vieux colons ». Restait encore du grand monde qui refusait de mettre les pieds sous la table d’un affranchi ou de l’inviter sous son toit. Impossible pour ces gens d’effacer la souillure du bagne. Vous portiez la souillure, vos enfants aussi et les enfants de vos enfants. Mais pour d’autres, l’argent lissait la rudesse du passé et l’habillait de mots nouveaux. » (p. 14)

Dolly, alias Sarah Thornhill, est la fille cadette d’un de ces anciens bagnards devenus propriétaires terriens le long du fleuve Hawkesbury. Elle se souvient peu de sa mère, décédée, que son père a remplacée par une femme psychorigide et pleine de préjugés. Sarah grandit heureuse, jusqu’au jour où son frère disparaît en mer et que Jack, un métisse, son fiancé de coeur depuis sa plus tendre enfance, ramène de Nouvelle-Zélande la fillette à demi maorie de ce dernier. Quand Jack et Sarah déclarent ouvertement leur intention de se marier, Jack apprend de la bouche de sa belle-mère un terrible secret, qui lui fait fuir aussitôt et Sarah et le pays pour reprendre le bateau à tout jamais…

Inspirée de l’histoire familiale de Kate Grenville, cette tragédie met en scène des personnages complexes, tiraillés par leurs désirs et leurs contradictions. On peut certes s’étonner du renoncement rapide de Sarah à l’amour, qu’on croyait plus entière, mais la suite semble lui donner raison. L’écriture, tantôt poétique, tantôt oralisée, épouse la pensée de cette jeune femme dont le désir vierge de tout préjugé se heurte violemment au passé sanglant de son père, bourré de remords. Un beau roman.

GRENVILLE, Kate. – Sarah Thornhill / trad. de l’anglais par Mireille Vignol. – Métailié, 2014. – 254 p. – EAN13 978-2-86424-944-3 : 22 €.

Continent perdu de Norman Spinrad

06.07
2014
cop. Le Passager clandestin

cop. Le Passager clandestin

 

États-Unis, XXIIe siècle. 200 ans après « La grande panique ». Les Etats-Unis ne sont plus qu’un champ de ruines, qu’un groupe de riches touristes d’Afrique subsaharienne visite à bord d’un hélicoptère piloté par un descendant Américain indigène. Malgré eux, ils sont éblouis par la démesure de cette civilisation du tout technologique disparue, anéantie par la pollution qu’elle a engendrée. Leur guide et pilote Mike Ryan les amène voir les derniers survivants, dans le monde souterrain du métro…

Publiée aux États-Unis en 1970 dans le recueil Science Against Man (« La science contre l’homme »), cette nouvelle tire certes la sonnette d’alarme sur l’ambition exponentielle des Etats-Unis sur Terre et dans l’Espace avec sa démesure technologique dévastatrice en moyens de transports ruinant l’équilibre écologique, mais elle opère surtout un retournement de situation radical en inversant la discrimination raciale, le Blanc Américain étant au service des Noirs d’Afrique. Et tiens, prends ça comme avertissement !

SPINRAD, Norman. – Continent perdu / trad. de l’américain par Michel Deutsch. – Le Passager clandestin, 2013. – 115 p. ; 11*17 cm. – (Dyschroniques). – EAN 13 978-2-916952-98-7 : 7 €.

Autres lieux et autres nouvelles ** de Didier Daeninckx (1993)

20.03
2011

Copyright Librio

On sait combien les lieux sont importants pour Didier Daeninckx. Il se crée une interaction entre ses personnages et les quartiers où ils vivent.

Quartier du globe. A partir d’une vieille photo datant des années 50, représentant un jardin ouvrier et une bicoque, le narrateur reconstitue le puzzle des identités des personnes qui y figurent, et exhume le parfum d’un paradis perdu… Sur une île de la Seine, un homme a été assassiné, l’enquête piétine tandis qu’on déloge une SDF de la tanière qu’elle s’est façonnée en récupérant de l’électroménager… Un fou s’installe un jour dans la maison abandonnée au bord de la falaise et lui redonne vie, jusqu’au jour où il se fait agresser par un adolescent… En Alsace, le corps d’Isabelle Fisch est retrouvé dans la forêt, frappé, soûlé, violé, puis attaqué par les animaux de la forêt où on l’a laissé : ses parents refusent d’accepter le non-lieu d’une enquête bâclée… En pleine guerre, le survivant d’une escouade se retrouve enfermé dans un blockhaus… Un taulard sort de prison et conduit ses acolytes à la cache de leur butin… Une vieille femme meurt, laissant un cent cinquante mètres carrés à un célibataire qui le vide entièrement et tombe sur une pile de 437 lettres de dénonciation, commençant en 1937… Rodolphe, Marie-Claire et leurs enfants habitent une tour dont ils se font déloger un beau matin par les CRS, alors qu’ils payaient un loyer…

Didier Daeninckx gratte le non-dit de ce qui ne mérite jamais que trois-quatre lignes parmi les faits divers, et lève le voile sur une réalité sociale et politique pas très glorieuse… Huit nouvelles situées aux quatre coins de la France composent ce recueil, parlant d’hier et d’aujourd’hui, huit nouvelles qui tirent autant de flèches contre la bétonnisation des banlieues, l’exclusion sociale, la discrimination raciale, les violences sexuelles, la délation, etc.

Didier Daeninckx a réussi son coup : il est difficile de ne pas sortir révolté par une telle lecture.

Autres lieux :  nouvelles / Didier Daeninckx. - Paris  : J’ai Lu , 1995.- 93 p.  : couv. ill. en coul.  ; 21 cm .- (Librio  ; 91). - ISBN 2-277-30091-8 (br.) : 10 F

Cab Calloway * de Cabu et Pitet (2010)

28.02
2011

Copyright BDMusic-Cabu

Cabu, féru de jazz, et Jean-François Pitet, qui a consacré un documentaire et un site internet à ce jazzman, se sont associés pour ce nouvel opus des éditions BDMusic.

Par le biais d’une rencontre imaginaire entre le Grand Duduche et « Monsieur Calloway », Cabu relate à grands traits vifs et colorés, de sa naissance en 1907 à sa mort en 1994, le parcours de cet amoureux des femmes, des canassons, des belles voitures et des belles fringues, en passant par ses débuts à Chicago avec Louis Armstrong, son succès au Cotton Club grâce à la chanson Minnie the Moocher et sa tournée mondiale en jouant dans l’opéra de Gerschwin, Porgy and Bess.

A la suite de ce récit est proposé un extrait illustré du lexique d’argot des musiciens de jazz imaginé par Cab Calloway.

Jean-François Pitet complète cette BD biographique par cinq pages documentaires illustrées d’affiches, de programmes et de partitions de l’époque, doublées d’une version en langue anglaise.

Deux CD de 72 et 75 minutes donnent un aperçu de son oeuvre entre 1930 et 1953, dont vous pouvez écouter l’intégralité sur la playlist ci-dessous.

Une BD idéale pour une première découverte de ce jazzman, dont les titres sont particulièrement joyeux et dansants.

Découvrez la playlist Cab Calloway

Billie Holiday * de Claire Braud (2003)

14.02
2011

copyright BDMusic

Quoi de plus émouvant que d’écouter Billie Holiday chanter une  » love song » ?

C’est ce que permet cette série, proposant, bien calé dans son fauteuil, d’écouter quarante chansons de cette grande chanteuse de jazz, tout en découvrant un épisode marquant le début de sa carrière traduit à l’aquarelle en bande dessinée.

Sa vie commence tragiquement, avec une enfance difficile livrée à la prostitution, le premier CD en reflétant le côté sombre, tandis que devenue célèbre, elle s’abîme à coups de drogues et de stupéfiants.

Le second CD évoque un autre trait de son caractère, son énergie, son envie de « swinger ».

L’anecdote relate comment Billie Holiday se fait engager par le big band blanc du clarinettiste Artie Shaw, et sort victorieuse d’un marché qu’elle propose au propriétaire raciste, qui refuse la présence d’une « négresse » dans son dancing, même pour nettoyer son hôtel.

Mais écoutons plutôt trois de ses titres :

Découvrez la playlist Billie Holiday avec Billie Holiday
Billie Holiday / [dessins et dialogues de] Claire Braud ; Billie Holiday, chant. – Paris : Éd. Nocturne, impr. 2003. – 1 vol. (23 p.) : ill. en coul., couv. ill. en coul. ; 26 cm. – 2 disques compacts (1 h 02 min 55 s, 58 min 07 s). – (BD jazz ; 4).
Comprend : Bluesy Billie (CD 1) ; Swingin’ Billie (CD 2). – Prod. : Paris : Nocturne, P 2003
Bibliogr. Discogr. p. 21
ISBN 2-84907-004-1. – EAN 9782849070048