Mots-clefs ‘Chine’

Tao-tö king de Lao-Tseu

08.06
2015

Livre de bambou chinois, By vlasta2, bluefootedbooby on flickr.com [CC BY 2.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/2.0)], via Wikimedia Commons

Bible fondatrice du taoïsme, le « livre de la voie et de la vertu » présente la doctrine monothéïste de Lao-Tseu (570-490 avant J.-C.). Il s’agit d’un recueil d’aphorismes sibyllins et elliptiques qui ont fait l’objet d’innombrables commentaires et interprétations.
Partie d’un a priori plutôt positif, j’ai été rapidement déçue par ce que j’ai pu y lire entre les lignes : certes, il s’inscrit à un degré beaucoup moindre que je ne l’aurais cru dans une pensée proche de l’épicurisme :
« Qui prend conscience de son erreur ne commet plus d’erreur. »
Mais il prône surtout l’existence d’un esprit supérieur, le Tao, et l’absence de trouble dans une société en se gardant bien d’élever la conscience du peuple… Et cela ne lasse pas de me déranger aux encoignures.
Tao-tö king de Lao-Tseu

Trad. du chinois par Liou-Kia-hway

Gallimard (Folio Sagesses ; n° 5956), avril 2015

198 p.

Les pieds bandés de Li Kunwu

13.08
2014
cop. Kana

cop. Kana

Forcée par sa mère, qui souhaite lui offrir sa seule chance par un beau mariage de s’élever au-dessus de sa condition, Chun Xiu doit renoncer à l’insouciance et aux jeux de son enfance, et à l’amour de son camarade de jeu Magen, pour souffrir le martyr : désormais elle ne peut plus sauter ni courir, ni même marcher comme les autres. Hélas, à peine est-elle en âge de se marier, que la révolution éclate : à bas les coutumes féodales ! De convoitée, Chun Xiu est soudain transformée en paria. Fuyant la violence de la ville, elle se réfugie avec Magen à la campagne. Mais dès le premier jour d’absence de son fiancé, qui n’a encore pas osé la toucher, Chun Xiu subit un viol collectif, et ne peut plus enfanter. Le déshonneur est tel qu’il lui faut alors également renoncer à Magen…

 

Longtemps j’ai tardé à acheter ce one-shot chinois dont Joël de l’ACBD m’avait fait l’éloge : je savais que ce serait terrible… Ce le fut. Aucun doute là-dessus : impossible de retenir une larme à la lecture de l’histoire tragique de cette pauvre femme qui ne connut, à vrai dire, quasiment que peine et douleur tout au long de sa vie… et tout ceci à cause de l’impitoyable tradition millénaire des pieds bandés, que l’on dit alors « aériens », ressemblant à la belle gazelle, mais qui sont tout bonnement horriblement atrophiés, jusqu’à ne mesurer que 7,5 cm ! Si cette histoire mérite d’être connue, la virtuosité de l’auteur, déjà plébiscité pour Une Vie chinoise, mérite d’être, elle, saluée : la page 72, par exemple, renouvelle la mise en page de l’héroïne, cible de tous les regards. Un manhua incontournable.

Xi’An * (avril 2011)

16.07
2011

Xi An

ancienne capitale au bout de la route de la Soie

Impression générale : On nous avait vendu cette ville comme agréable à vivre, au rythme lent, encore parée de son passé d’ancienne capitale de la route de la soie. C’est donc un peu déçus que nous avons découvert une mégalopole qui n’a conservé de son passé que ses remparts, les quelques ruelles de son quartier musulman et celles autour du musée de la Forêt des Stèles. Au final, à moins de vouloir voir l’armée de terre, la ville ne mérite plus un déplacement de 1000 kms, voire 10 000.

 

Que peut-on faire dans l’ancienne capitale de la Chine ?

  • faire du tandem ou du vélo sur ses remparts (40 Y l’accès) **,
  • faire son marché dans le quartier musulman**, y goûter les spécialités en vente à emporter,
  • voir la grande mosquée *,
  • aller au Xi’an Beilin Museum*,
  • monter sur les tours de la cloche et du tambour.

A ne pas manquer à 30 kms l’armée des soldats de terre cuite **à*** : plusieurs milliers de guerriers d’argile y ont été enterrés avec leurs chevaux, le dos tourné à un tombeau inviolé dont le mystère entier demeure.

(Comptez une journée. Evitez les excursions touristiques, car vous perdrez du temps et de l’argent. Prenez le bus près de la gare tôt le matin).

Voir le diaporama géolocalisé.

Où dormir ?

Dans une auberge de jeunesse qui prend des allures d’hôtel trois étoiles : Qixian (7 sages) Youth Hotel

 

Budget :
Transports : Billet aller simple Xi An : train (couchettes 2 places de luxe, avec chambre et salle de bains privative) CNY 1957.86 (298 $) = 212,47 € pour 2 = 106,23 € / personne
Logement :
3 nuits à Xi’ian en chambre privative d’auberge de jeunesse : CNY 480

Le B.A.Ba de la communication

Bonjour : Ni Hao

Au-revoir : Zai Jiàn

Merci : Xie Xie

Je n’en veux pas : Puyao

Pardon : Dubicci

Toilettes : Cicuo (ou se frotter les mains)

Sans sel : Puyao wei jing

 

Bibliographie des documentaires
Chine. – Lonely Planet, 2010. – 8e édition. – 1048 p. : ill. en coul.

Bibliographie des œuvres de fiction présentes dans Carnets de SeL

Amour dans une petite ville * de Anyi Wang (2007)

Baguettes chinoises **de XINRAN (2008)

Balzac et la petite tailleuse chinoise ** de Dai Sijie (2001)

Chroniques de l’étrange * de Pu Songling (1766)

Le complexe de Di * de Dai Sijie (2003)

Contes chinois racontés à Helen ** de Jacques Pimpaneau (2007)

English ** de WANG Gang (2008)

La joie * de MO YAN (2007)

La joueuse de go ** de Shan Sa (2001)

Le pousse-pousse ** de LAO She (1936)

Le rêve du village des Ding * de YAN Lianke (2005)

Tête-bêche *** de Ychang LIU (1972)

Une canne à pêche pour mon grand-père ** à *** de Gao Xingjian (1989)

 

A lire aussi dans Carnets de SeL pour préparer un voyage en Chine : Shanghaï * (avril 2011) et  Pékin et la grande muraille ** à *** (avril 2011).

 

Pékin et la Grande muraille ** à *** (avril 2011)

09.07
2011

Beijing (Pékin)

 

Bien évidemment, Pékin est beaucoup plus riche au niveau du patrimoine et plus agréable à vivre que Shanghaï.

Promenades au bord de lacs, dans des parcs, habitations plus basses, rues arborées, créent une sensation moins grande d’étouffement. Les habitants aussi sont beaucoup moins agités et pressés qu’à Shanghaï.

Nous n’y avons consacré que 4 jours, en suivant les conseils des uns et des autres. Hélas, le premier jour nous sommes arrivés si tard à l’auberge de jeunesse de Pékin, en nous étant pourtant levés à 5h à Shanghaï pour prendre l’avion, qu’il aurait fallu prendre le train de nuit le jeudi soir et arriver à midi, plutôt que de prendre le vol du vendredi matin ! Grave erreur à ne pas faire !

Consacrez-y 5 jours pleins, pour ne pas « courir », voire davantage…

Pour avoir davantage d’informations

et voir une sélection de photos géolocalisées et en plus grand,

cliquez ici.

A quoi ressemble Pékin aujourd’hui ?

  • la place Tian’an men (de l’autre côté de la route, en face de la Cité interdite)
  • l’ancien quartier des légations
  • les nouvelles tendance de l’art contemporain chinois au 798 Art District

Que peut-on encore voir du vieux Beijing ?

  • la Cité interdite ** (8h30-16h30) :

- énorme citadelle dans la capitale, gigantesque poumon au calme. Une ville dans la capitale, parcourue de 9h à 14h15, dans un bain de foule.
- Conseils : être à 8h30 aux portes samedi matin. Y consacrer 5 h environ au minimum. Payer en sus l’accès au trésor. La salle des horloges pour les fans, uniquement. Terminer par le parc et la colline du Charbon vers 18h, au coucher du soleil pour admirer les toits dorés de la Cité interdite.

  • la colline de Charbon et le parc de la Mer du Nord
  • une promenade dans les hutong *
  • le Palais d’été ** (8h30-17h) : être à 8h30 aux portes dimanche matin (y consacrer 4 heures au minimum) : l’ensemble s’étend entre la crête de la colline de la Longévité millénaire et le lac Kunming (promenade en bateau).
  • les tours du Tambour et de la Cloche (9h-16h40) : monter sur l’une des deux tours.
  • les vieux temples bouddhiques ou taoïstes, et en particulier : le temple du Ciel ** (8h30-17h : y consacrer 3 heures – attention : les sites sont éparpillés dans le parc, véritable havre de paix, sans les touristes bien sûr), le temple de l’intellectualisation, le temple des Lamas * (lequel ne présente pas trop d’intérêt, dans la mesure où l’architecture est similaire à celle de la Cité interdite, à moins que vous ne soyez curieux de voir le Bouddha haut de 18 mètres)), le temple de Confucius, le temple de l’Etang et des Mûriers sauvages, le temple du Nuage blanc (8h30-16h), le temple de la Joie solitaire et sa statue géante.

Que peut-on voir aux alentours de Beijing ?

  • La grande Muraille, à Jinshanling *** (6h de route en bus, aller-retour : si vous en avez l’occasion, passez une nuit sur place et reprenez le bus du lendemain, pour pouvoir faire un trek le long de la grande muraille)

 

Où se loger

Les auberges de jeunesse sont nombreuses en Chine, et leur rapport qualité/prix est imbattable. Vous n’avez pas besoin d’avoir une carte d’adhérent pour y accéder. Toutes les générations s’y côtoient, et vous pouvez même réserver une chambre privée !

Notre adresse, coquette, se nichait dans les hutongs, dans un quartier populaire, en face d’un marché couvert : INNer City
NO.20, Da Cha Ye Hutong, Xicheng District, Beijing, Chine

 

A quoi goûter ?

Hélas, à Pékin, nous n’avions pas d’ami pour nous conseiller les bonnes adresses, et les guides sont vite dépassés. En général nous avons donc été déçus par rapport à Shanghaï.

Un soir, nous avons tout de même goûté au canard laqué, célèbre spécialité pékinoise : la dégustation commence par la peau croustillante du canard et les lamelles de viande, accompagnées de ciboule hachée, de crudités, de pommes tranchées et de différentes sauces. Le tout se déguste roulé dans de petites crêpes de blé.

 

Budget

Transports

Préférer le train de nuit

Avion : Billet aller simple Pékin : vol de 2h30 = 220 euros pour 2 personnes = 110 € / personne

Vous pouvez rapidement et à bon marché rejoindre le centre-ville de l’aéroport, en prenant un train express dans l’aéroport qui vous amène toutes les 15 minutes à une correspondance sur la ligne de métro.

Taxi peu cher, mais lui préférer le métro, à cause des embouteillages terribles dans Pékin. D’ailleurs, la plupart des taxis ne s’arrêtent pas pour prendre des touristes occidentaux.

Eviter les pousse-pousse qui n’hésitent pas à vous arnaquer, de peu cher, il est vrai, en fin de compte, mais tout de même…

Logement

3 nuits à Pékin en chambre privative d’auberge de jeunesse : CNY 780 soit 91,54 € environ

 

Les bonnes idées en Chine que l’on ferait bien d’imiter !

- adopter le vélo et le scooter électrique (silencieux et pour tous),

- faire en sorte que nos besoins élémentaires (se nourrir, se déplacer) soient très peu chers.

- installer en accès libre des appareils de gym dans chaque quartier, dans chaque square : il y a bien des jeux pour les enfants, pourquoi pas des appareils d’exercice pour nous maintenir en bonne santé sans avoir besoin d’aller dans une salle de gym !

- se décomplexer en investissant les parcs le soir pour y prendre des cours de danse, pour y chanter,

- pouvoir faire sa gymnastique n’importe où sans être dévisagé, même en marchant !

- adopter le principe de la carte de métro (et non du ticket jetable) sur laquelle chacun de nos passages déduit une somme en fonction de la longueur du trajet,

- faire ressembler nos salles d’attente de gare et nos affichages à ceux de nos aéroports.

 

 

Le B.A.Ba de la communication

Bonjour : Ni Hao

Au-revoir : Zai Jiàn

Merci : Xie Xie

Je n’en veux pas : Puyao

Pardon : Dubicci

Toilettes : Cicuo (ou se frotter les mains)

Sans sel : Puyao wei jing

 

Bibliographie des documentaires
Chine. – Lonely Planet, 2010. – 8e édition. – 1048 p. : ill. en coul.
Pékin et Shangaï. – Hachette, 2002. – (Evasion). – 312 p. : ill. en coul.

 

Bibliographie des œuvres de fiction présentes dans Carnets de SeL

Amour dans une petite ville * de Anyi Wang (2007)

Baguettes chinoises **de XINRAN (2008)

Balzac et la petite tailleuse chinoise ** de Dai Sijie (2001)

Chroniques de l’étrange * de Pu Songling (1766)

Le complexe de Di * de Dai Sijie (2003)

Contes chinois racontés à Helen ** de Jacques Pimpaneau (2007)

English ** de WANG Gang (2008)

La joie * de MO YAN (2007)

La joueuse de go ** de Shan Sa (2001)

Le pousse-pousse ** de LAO She (1936)

Le rêve du village des Ding * de YAN Lianke (2005)

Tête-bêche *** de Ychang LIU (1972)

Une canne à pêche pour mon grand-père ** à *** de Gao Xingjian (1989)

 

 

A lire aussi dans Carnets de SeL pour préparer un voyage en Chine : Shanghaï * (avril 2011)

Shanghaï * (avril 2011)

18.06
2011

SHANGHAÏ !!!

 

A quoi ressemble Shanghaï aujourd’hui ?

 

A une métropole trépidante et branchée !

A voir :
Suivre la rue de Nankin du musée de Shanghaï au Bund, aux façades ostentatoires des années 1930, entrer dans le hall du Peace Hotel ou dans Pudong Development Bank pour en admirer le plafond. Se promener tout le long du Bund : c’est un peu la Croisette regards vers le futur !

Impressions :

Il suffit d’aller au Bund pour se rendre compte à quel point les Shanghaïens sont complètement tournés vers leur futur. C’est assez fascinant…. et angoissant, car tout touriste occidental peut craindre que l’on aille vers cet urbanisme à tout crin à tout va.

On a beau essayer de s’échapper de Shanghaï. Cette mégalopole ne présente plus aux alentours que des paysages urbains et industriels. Il n’y existe presque plus d’arbres ni de parcs. L’ultra-technologie est reine, les Chinois sont fiers de leurs transports de pointe. Leurs trains de banlieue vont jusqu’à 300 km/h pour relier l’équivalent Orléans-Tours. Un train aérien allant jusqu’à 451 km/h relie en un quart d’heure le quartier de Pudong à l’aéroport international.

Le matraquage publicitaire est omniprésent, sur TV même dans le taxi ou dans le métro. Les pubs H&M, L’Oréal, etc. présentent des mannequins souvent occidentaux, auxquels les Chinois veulent ressembler par des teintures, par exemple.

La vie sur place n’est finalement pas très chère (se nourrir, se déplacer, entrer dans les monuments), même si la Chine pourtant communiste est foncièrement libérale.

On peut être surpris par le comportement des Chinois dans les lieux publics, dans la mesure où ils ne semblent en général n’avoir aucun souci de l’autre. Sans cesse on voit des bousculades pour obtenir des places assises ou pour aller aux toilettes. Le principe de la file d’attente semble méconnu.

Pourtant de grands sourires et des éclats de rire peuvent aussi faciliter la rencontre.

Les touristes occidentaux sont encore rares : quand ils voyagent individuellement, ils sont dévisagés, parfois photographiés et admirés.


Que reste-t-il du vieux Shanghaï ?


A voir, à faire :


- prendre un thé aux chrysanthèmes à la maison de thé du jardin Yu, au pavillon Huxing

- se promener dans l’ancienne concession française

- découvrir les dédales des lilong qui n’ont pas encore été rasés

- voir les collections du musée de Shanghaï.

Les seuls sites préservés (rarissimes) ressemblent à Eurodisney. La rénovation qu’on leur a prodigué leur a fait perdre de leur authenticité : trop beaux, trop neufs, avec des chaînes comme Mc Do ou KFC en rez-de-chaussée !



 

Que peut-on voir aux alentours de Shanghaï ?

A voir :

Tongli, bourgade de canaux et de venelles, près du lac Tai, jolie ville au calme, très touristique, seule (?) ville « préservée », piétonnière et payante : l’entrée dans la « vieille ville » est payante, mais le billet comprend toutes les entrées intérieures.

Anecdote : Ce fut le parcours du combattant pour y accéder : levés à 7h, partis à 8h15, ayant pris le taxi jusqu’à la station la plus proche puis le métro pour arriver en gare, nous avons pris le train de 10h10, sans bénéficier d’ aucune information. Il fallait se débrouiller seul et ne compter que sur soi, arrivés à Suzhou. Nous avons fini par prendre le taxi à 110 Y pour Tongli, distant de 30 kms, alors que le bus du retour ne coûtait que 8 Y par personne. Il faut savoir parler chinois ! A l’aller on nous a mal renseignés ou pas renseignés : nous n’avons jamais su où il fallait le prendre ! On est d’abord parti en taxi à la gare routière (inaccessible à pied de la gare ferrovière) pour s’entendre dire qu’il n’y avait pas de bus pour Tongli. Nous avons pris un taxi en évitant les faux taxis privés, lequel nous a déposés dans un faux parc privé, à la mauvaise adresse, et on ne s’en est rendu compte que plus tard. Nous sommes finalement arrivés à Tongli à 13h30, et nous devions en repartir à 16h maximum pour avoir des places pour le prochain train.


Suzhou, pour ses parcs seulement

Les guides peuvent être révisés pour ce « Village » de 5 millions d’habitants, dit « Venise de l’Orient » : ses canaux ont été remblayés pour faire des six voies. Exceptés ses parcs payants et leur accès, rien n’a été conservé de cette « jolie » ville d’amoureux : tout y est laid, en construction. Quelle déception !

 

Astuce : Prenez le bus qui part de Shanghaï jusqu’à Tongli. Passez-y toute la matinée et le déjeuner. Puis prenez le bus jusqu’à Suzhou, et ensuite un taxi qui vous amène directement au Jardin de la politique des simples et au Jardin de la forêt du lion. Repartez par le train jusqu’à Shanghaï.



Voyager, c’est aussi goûter


- au petit-déjeuner sucré composé de soja chaud et de churros *

- à la fondue de légumes et de viande dans de l’eau bouillante

- aux multiples plats de nouilles fraîches maison *

- aux excellents raviolis de boeuf à la vapeur **, en face de la maison de thé

- au riz cantonnais au curry *, au riz avec poulet et pousses de bambou *

- aux petits soufflés à la citrouille **

- au dessert de riz sucré avec fruits/légumes confits *


 

Les bonnes idées en Chine que l’on ferait bien d’imiter !

- adopter le vélo et le scooter électrique (silencieux et pour tous),

- faire en sorte que nos besoins élémentaires (se nourrir, se déplacer) soient très peu chers : 0,20 euros le trajet en métro, 1,20 euros en taxi, 4,60 euros les 80 kms de train, et une addition de 1,50 euros pour 2 pour du thé, deux énormes bols de nouilles aux petits morceaux de boeuf.

- sortir manger à l’extérieur, bon et pas cher (pâtes maison, etc.), car cela revient encore moins cher que de faire la cuisine chez soi,

- installer en accès libre des appareils de gym dans chaque quartier, dans chaque square : il y a bien des jeux pour les enfants, pourquoi pas des appareils d’exercice pour nous maintenir en bonne santé sans avoir besoin d’aller dans une salle de gym !

- se décomplexer en investissant les parcs le soir pour y prendre des cours de danse, pour y chanter,

- pouvoir faire sa gymnastique n’importe où sans être dévisagé, même en marchant !

- adopter le principe de la carte de métro (et non du ticket jetable) sur laquelle chacun de nos passages déduit une somme en fonction de la longueur du trajet,

- faire ressembler nos salles d’attente de gare et nos affichages à ceux de nos aéroports,

- améliorer nos trains : le moindre train de banlieue à Shanghaï est l’équivalent de nos TGV neufs, et les couchettes dites « dures » sont l’équivalent de nos fauteuils de TGV… Alors les « molles »… Et les trains roulent jusqu’à 441 km/h, bientôt davantage…

 

 

Le B.A.Ba de la communication

Bonjour : Ni Hao

Au-revoir : Zai Jiàn

Merci : Xie Xie

Je n’en veux pas : Puyao

Pardon : Dubicci

Toilettes : Cicuo (ou se frotter les mains)

Sans sel : Puyao wei jing

 

Budget (compter 10 Yen = 1 euro)

Transports pour une personne :

Billet aller-retour Shanghaï : 775 euros / personne
Visa : 210 euros pour 2 personnes = 110 € / personne

Métro (achat de 2 cartes magnétiques sur lesquelles on ajoute une somme selon les déplacements) : 80 Yen

Taxi (compter 12 Y la petite course à Shanghaï) : 205 Yen

Train jusqu’à Suzhou : 82 AR (à deux reprises)

Bus Tongli : 8 Y

Pousse-pousse : 5 Y

Nourriture pour 2 personnes :

Déjeuner : 100 Yen + Thé : 80 Yen + Dîner : 45 Yen + Déjeuner : 2 Y + Pâtisseries : 10 Y + Eau : 10 Y + Déjeuner : 40 Y + Thé : 60 Y + Resto Rongli : 30 Y + Bar : 80 + dîner : 40 + déjeuner : 55 ou 60 Y.

Petites courses : 40 Y

Entrées sur les sites touristiques pour 2 personnes :

Jardin Yu : 80 Yen + Garden Temple Mystery : 20 Y + double pagode : 20 Y + jardin aux filets : 60 Y + jardin Suzhou : 140 Y + entrée Tongli : 200

Souvenirs

- Robes en soie taillées sur mesure : 200 Y les deux, au marché aux vêtements.

- Thé en vrac : rien à voir avec la France !!! Et tout ce qui l’accompagne : tasses, théières.

 

Bibliographie des documentaires
Chine. – Lonely Planet, 2010. – 8e édition. – 1048 p. : ill. en coul.
Pékin et Shangaï. – Hachette, 2002. – (Evasion). – 312 p. : ill. en coul.

 

Bibliographie des œuvres de fiction présentes dans Carnets de SeL

Amour dans une petite ville * de Anyi Wang (2007)

Baguettes chinoises **de XINRAN (2008)

Balzac et la petite tailleuse chinoise ** de Dai Sijie (2001)

Chroniques de l’étrange * de Pu Songling (1766)

Le complexe de Di * de Dai Sijie (2003)

Contes chinois racontés à Helen ** de Jacques Pimpaneau (2007)

English ** de WANG Gang (2008)

La joie * de MO YAN (2007)

La joueuse de go ** de Shan Sa (2001)

Le pousse-pousse ** de LAO She (1936)

Le rêve du village des Ding * de YAN Lianke (2005)

Tête-bêche *** de Ychang LIU (1972)

Une canne à pêche pour mon grand-père ** à *** de Gao Xingjian (1989)


 

Une canne à pêche pour mon grand-père ** à *** de Gao Xingjian (1989)

31.05
2011

Avant le succès de son roman La Montagne de l’âme, et son Prix Nobel de littérature en 2000, Gao Xingjian, romancier, dramaturge proche du théâtre de l’absurde, peintre et poète, n’a cessé de s’interroger sur le langage et l’écriture romanesque, et de publier des nouvelles et des romans dans lesquels il s’essaie à de nouveaux procédés littéraires.

Ce recueil en constitue un excellent exemple, en particulier avec sa dernière nouvelle, la plus récente, proche du Nouveau Roman.

« Une idée me traversa soudain l’esprit :

- Et si on allait y faire un tour ?

Fangfang était assise en face de moi, elle me regardait avec douceur. Elle hocha légèrement la tête. Elle parlait avec les yeux. Nos nerfs sympathiques vibraient à l’unisson. Sans un mot de plus, nous avons descendu subitement nos bagages des filets et nous avons couru vers la sortie du wagon. Une fois sur la quai, nous avons éclaté de rire (…) » (Le Temple, p. 11)

Sa première nouvelle, Le Temple **, parvient à appréhender ces instantanés de bonheur, ces pulsions de vie, qui peuplent simplement le quotidien. Ainsi deux jeunes mariés en voyage de noces sortent de leur train en arrêt pour y découvrir la ville. D’abord déçus, ils décident de poursuivre leur escapade en gagnant un temple en ruines en pleine campagne, celui de la Parfaite Bienveillance… Un pur moment de quiétude poétique.

Dans L’accident ***, l’événement est habilement retranscrit sous les regards et réactions des témoins de la scène. Un chauffeur de bus ne freine pas au passage d’un vieux cycliste tirant un petit garçon dans sa carriole, le renverse et le tue sur le coup dans un bain de sang.  Après l’effervescence des premières heures, le calme revient peu à peu… Cette scène de vie quotidienne dénonce la cruauté du progrès technologique et de l’avènement de la société moderne, notamment lors d’un accident de la circulation. Cette nouvelle n’est pas sans me rappeler la dangerosité de la circulation à Shanghaï, où les voitures et bus côtoient ou évitent sans cesse les deux roues qui survivent désormais sur une piste cyclable parallèle.

La crampe * met en scène un homme seul pris de l’envie de partir au loin nager en début de soirée. Quand il est saisi d’une crampe, il croit son heure arrivée et rejoint tant bien que mal la rive, sans que personne ne s’en soit aperçu.

Dans un parc *, un homme retrouve une femme dont il était amoureux enfant. Mais ces retrouvailles sont décevantes. La conversation reste superficielle en apparence, et tourne vers leur métier, leurs enfants, la jeune fille seule sur un banc à qui un garçon a dû poser un lapin,…

Dans Une canne à pêche pour mon grand-père ***, un homme achète une canne à pêche toute neuve pour son grand-père, se sentant toujours coupable de lui avoir casser la sienne, enfant, qu’il chérissait tant. Cet objet fétiche lui rappelle la maison de ses grands-parents, leur quartier, le pont, le lac de son enfance, tous ces lieux qui ont irrémédiablement disparu : le lac aux eaux pestilentielles a fini par être asséché, le pont détruit, d’autres maisons construites. La Chine moderne a effacé les traces de son enfance. Peu à peu les souvenirs se mêlent inextricablement à la réalité… Une nouvelle qui n’est pas sans rappeler, là encore, la triste destruction de leur patrimoine par les Chinois, peu soucieux de leur passé.

Instantanés, enfin, comme son nom l’indique, nous donne à lire des instants de vie capturés un peu au hasard des personnes et des lieux, sans ordre aucun. Alors que la nouvelle précédente conservait toute sa logique d’alternance entre le réel et le passé, celle-ci est déroutante, presque surréaliste ou Nouvelle Vague, telle la technique employée par Alain Resnais dans son film Je t’aime je t’aime.

Ces six nouvelles sans chute (même les témoins dans L’Accident si l’on peut dire), puisque les protagonistes poursuivent ensuite leur vie comme à l’ordinaire, décrivent des instantanés de la vie quotidienne, certains un doux moment de bonheur, d’autres le deuil d’un amour révolu, d’inconnus qu’on oublie, d’une ville, d’une société que l’on ne reconnaît plus… Admirable reflet de ce que j’ai pu vivre le mois dernier en Chine, ce recueil distille les regrets d’une société moderne prônant l’égoïsme issu du libéralisme, la destruction massive pour laisser place au neuf, et donc celle du passé pour faire le grand bond en avant vers le futur…

Vous pouvez aussi regarder une présentation vidéo de ce recueil ici.


XINGJIAN, Gao. – Une canne à pêche pour mon grand-père / trad. du chinois par Noël Dutrait. – Editions de l’aube, 2001. – 121 p.. – ISBN 2-87678-881-0.

Le pousse-pousse ** de LAO She (1936)

17.04
2011

 

Copyright Picquier

Pour réussir dans la vie, Siang-tse n’a qu’un but, celui d’économiser suffisamment pour pouvoir posséder un jour son propre pousse-pousse. Alors que ce jour tant attendu arrive, Siang-tse commet l’erreur d’accepter une course qui l’emmène en-dehors de l’enceinte de Pékin, alors en pleine guerre, et se retrouve sans rien. A son retour dans la ville, tout est pour lui à recommencer, un peu de santé, d’assurance et de fierté en moins. Hélas, ce n’est qu’un début, et il tombera de désillusion en désillusion…

« Dans son lit, il n’arrivait pas à fermer l’oeil. Les idées lui entraient et lui sortaient de la tête, comme des abeilles qui venaient une à une le piquer de leur dard.

En songeant aux paroles de Tigresse, il eut l’impression de tomber dans un piège et d’avoir bras et jambes pris dans un étau. Il ne parvenait pas à trouver la moindre faille à ses propos : ils formaient un véritable filet ; le plus petit poisson ne pouvait s’en échapper. Tous les événements se ressemblaient en un bloc compact qui l’écrasait de tout son poids. Il comprit enfin que le destin d’un tireur se résumait en un seul mot : déveine ! » (p. 87)

Difficile de s’identifier à Siang-tse, tant cet humble tireur de pousse-pousse semble bien un peu naïf, obstiné et asocial. Nonobstant, son honnêteté et sa persévérance le rendent sympathique, et le lecteur peut compatir à ses mauvais coups du sort et à sa détresse. C’est aussi le Pékin des années 20-30 que Lao She nous fait découvrir, celui de ces petites gens qui vivotent d’un bol de riz, ces colporteurs, prostituées et tireurs de pousse-pousse demeurant chez le loueur. Un petit monde où un dur labeur les laisse dans la misère, les vouant à une mort certaine au moindre problème de santé voire au suicide.

Le Pousse-Pousse, le plus célèbre roman de Lao She, constitue un véritable tournant aussi bien dans la carrière littéraire que dans la vie privée de Lao She, qui, par l’invasion japonaise, a été contraint de fuir et de s’orienter vers une littérature de résistance.

Le pousse-pousse /  Lao She  ; roman traduit du chinois par François Cheng et Anne Cheng. - Arles  : Philippe Picquier , DL 1995.- 220 p.  : couv. ill. en coul.  ; 17 cm .- (Picquier poche  ; 21). - Trad. de : « Luotuo xiangzi » . - ISBN 978-2-87730-211-1 : 7.50 €.