Mots-clefs ‘amitié’

Rox et Rouky de Walt Disney

13.03
2016
cop. Disney

cop. Disney

Rox, un renardeau devenu orphelin dès les premières minutes de l’histoire, est pris sous l’aile maternelle de la chouette Big Mama avant d’être adopté par une brave fermière, la veuve Tartine. Mais le voisin de cette dernière, Amos Slade, est chasseur. Pour seconder son vieux chien de chasse, il vient d’adopter lui aussi un chiot, Rouky. Les deux orphelins vont bientôt se lier d’amitié…

Rox et Rouky, sorti en 1981, est resté dans nos mémoires avec l’incontournable voix de Dorothée, à l’époque. Cette histoire d’amitié semble confronter la nature pacifique de ces jeunes animaux à la culture, c’est-à-dire au rôle qu’on leur attribue. Ainsi Rouky est destiné à vouloir la mort de son ami, Rox, alors que rien objectivement ne devrait l’y pousser, si ce n’est son maître. Les animaux comme les humains sont croqués avec tendresse. Un Walt Disney qui, pour une fois, montre le désenchantement de ses personnages principaux, très apprécié des petits encore aujourd’hui.

A proposer à partir de 3 ans.

Jean-Bark de Philippe Claudel

01.03
2015
cop. SL

cop. SL

Par ce petit ouvrage publié chez Stock, Philippe Claudel rend à sa façon un dernier hommage à son éditeur depuis 2001 et seul véritable ami, Jean-Marc Roberts, auteur et directeur des éditions Stock pendant 15 ans. Il s’était rebaptisé affectueusement Jean-Bark pour Philippe Claudel, d’après l’un des personnages fumeurs de sa Petite fille de Monsieur Linh. Décédé d’un cancer du poumon, ayant précisément abusé de cette cigarette qu’il tenait avec tant d’élégance, Jean-Marc Roberts était un éternel amoureux des auteurs, des livres et des femmes, parmi lesquelles les stockettes de sa maison.

A la suite du Jérôme Lindon d’Echenoz, Philippe Claudel écrit ici un beau témoignage d’amitié destiné à faire revivre les facettes connues d’un ami… et à faire son deuil aussi.

cop. Carnets de SeL

cop. Carnets de SeL

Pétronille d’Amélie Nothomb

21.09
2014

9782226258311g

« L’ivresse ne s’improvise pas. Elle relève de l’art, qui exige don et souci. Boire au hasard ne mène nulle part. » (incipit)

Au plaisir de l’ivresse procurée par une coupe de champagne, il ne manque à Amélie Nothomb qu’une comvigne – compagne de beuverie. Qu’à cela ne tienne, elle pêche dans l’une de ses dédicaces l’oiseau rare, une jeune prolo aux allures de garçon manqué qui étudie les contemporains de Shakespeare et la lit pour rire…

Le dernier Nothomb raconte l’histoire de cette amitié entre deux écrivaines, avec comme fil directeur leur passion immodérée pour le champagne, et le bon. Comme toujours, le dernier de la cuvée Nothomb se lit (se boit ?) d’une traite. Mais, si l’on n’a pas de barre au front, on n’a pas non plus le sentiment d’avoir vu briller quelque diamant… Tout au plus retient-on une perche pour animer une émission littéraire, ce qui serait loin d’être une mauvaise idée, et un coup de griffe contre les éditeurs parisiens bourgeois, ne frayant pas avec le prolo. En somme de l’Amélie Nothomb : fruité, léger et plein d’humour, on passe un bon moment en sa compagnie, et c’est déjà bien assez !

NOTHOMB, Amélie. – Pétronille. – Albin Michel, 2014. – 168 p. ; 20 cm. – EAN13 9782226258311 : 16 €

Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis de Sepulveda

24.03
2013

cop. Métailié

cop. Métailié

Max, l’enfant, et Mix, le chat, grandissent et vieillissent ensemble. Lorsque Max part vivre en appartement, sous les toits, il emporte Mix avec lui. Mais quand Mix devient aveugle, il n’est plus question pour lui de sortir sur les toits. Jusqu’à ce qu’un jour, Mix attrape une souris mexicaine…

Une très jolie fable sur le respect d’autrui, sur la solidarité et sur l’amitié, dans le même esprit que l’Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler.

SEPULVEDA, Luis. – Histoire du chat et de la souris qui devinrent amis / dessins de Joëlle Jolivet, trad. de l’esp. (Chili) par Bertille Hausberg. – Métailié, 2013. – 78 p. : ill. n.b. ; 23 cm.. – EAN13 9782864249108 : 11 euros.

Le dessin *** de Marc-Antoine Mathieu (2001)

22.06
2011

 

cop. Delcourt

Avant d’être enthousiasmée par les cinq tomes des aventures de Julius Corentin Acquefacques (de 1991 à 2004), Mémoire morte ** (2000), Les sous-sols du révolu ** (2006) et Dieu en personne ** (2009), j’avais découvert Le Dessin de Marc-Antoine Mathieu en 2001. Je l’ai relu dernièrement, et il n’a rien perdu de son impact, croyez-moi !

En effet, avec cet album, ce n’est plus l’univers kafkaïen ni celui de Jacques Sternberg (qu’il ne connaît d’ailleurs pas) qui auraient pu l’inspirer, mais celui, davantage mystérieux et métaphysique, de Borges. Excusez du peu !

Jugez plutôt : Emile vient de perdre Edouard, son meilleur ami, peintre lui aussi, qui lui laisse une lettre et la clé d’un garde-meubles, plein d’oeuvres d’art, parmi lesquelles il choisit une petite gravure anodine, qui curieusement l’intrigue. A y regarder de plus près, à la loupe puis au microscope, Emile découvre une infinité de détails dans ce dessin qui le persuade que son ami lui a légué une énigme. Il n’a de cesse de reproduire chacun de ces détails, et d’oeuvre en oeuvre, devient célèbre. Mais le mystère reste insoluble…

Marc-Antoine Mathieu excelle là encore dans le noir et blanc, les personnages anguleux, la mise en abîme et l’effet de surprise. Mais cette fois, il met en exergue le face à face silencieux entre le peintre et le mystérieux dessin, à tel point que dans mon souvenir cette bande dessinée était sans aucune bulle. Erreur, mais du coup, l’effet voulu est atteint. Ici, pas de rencontre, pas d’aventure physique : tout est dans l’introspection et le travail de précision du dessin. Le thème qui ressort le plus de ce scénario, plus que ceux du deuil et de l’amitié, c’est celui du processus artistique, du tâtonnement, de la création : une vraie réussite !

 

Découvrez ici toutes les chroniques de ses BD dans Carnet de SeL.

MATHIEU, Marc-Antoine Mathieu. - Le dessin. –  [Paris]  : Delcourt , 2001.- 43 p.  : ill., couv. ill. en coul.  ; 32 cm. - ISBN 2-84055-785-1 : 82 F

Petites éclipses ** de Fane & Jim (2007)

28.12
2010

Ils sont six à vouloir profiter d’une vieille et grande maison avec piscine dans le sud pour pouvoir assister entre amis à une éclipse totale. Un couple de trentenaires en crise, l’ancienne maîtresse de l’époux, leur meilleur ami marié accompagné d’une très jeune femme rencontrée sur le net, et enfin leur ami célibataire homosexuel : ces six personnages au bord de l’implosion vont sonder leurs propres failles au cours de ce rendez-vous explosif…

Mardi après mardi, Jim et Fane ont travaillé ensemble sur cette histoire simple, créant chacun trois personnages, avec des répliques au travers desquelles ils exprimaient tout leur vécu, souvent avec rage ou désespoir. La difficulté des rapports humains, le fil ténu qui permet à l’amitié de durer, la peur de vieillir qui déstabilise l’équilibre du couple, sont abordés avec justesse et légèreté, et même avec humour, à l’image de la simplicité du graphisme en noir et blanc.
De fugaces leçons de vie, faites des interrogations et des impasses de ces personnages trentenaires en huis clos. Très chouette.

One shot.

Petites éclipses [Texte imprimé] / Fane & Jim. – [Bruxelles] ; [Paris] : Casterman, DL 2007 (impr. en Espagne). – 1 vol. (292 p.) : ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm. – (Écritures). - ISBN 978-2-203-39630-2 (br.) : 15,95 EUR. – EAN 9782203396302.
Offert par Antoine & Céline.

L’invitation ** de Jim et Mermoux (2010)

22.09
2010

Scénario de Jim

Dessin et couleurs de Dominique Mermoux

« Tu te serais levé, toi, pour aller dépanner un pote à 3 h du matin ? »

Léo appelle son ami Raphaël au beau milieu de la nuit : sa voiture est tombée en panne et il lui demande de venir le secourir. Mais Raphaël apprécie moyennement la blague quand, arrivé sur les lieux à une heure de chez lui, en pleine campagne, il aperçoit tous les autres amis présents, buvant le champagne, que Léo a également appelés, pour tester leur amitié…

Jusqu’à quel point les amis dont vous êtes entouré sont-ils prêts à vous venir en aide, à être là quand il vous arrive un pépin ? Pire, quand vous allez mal , que vous êtes en train de divorcer ? N’est-ce pas dans ces moments-là que l’on peut distinguer ses vrais amis des simples connaissances qui gravitent autour de nous, pour les seuls bons moments ?

C’est la problématique soulevée dans le scénario de cette bande dessinée, dont Dominique Mermoux nous rend les personnages trentenaires très vite identifiables et sympathiques.

Étrangement, cette façon  qu’a Raphaël aussi d’accuser son ami de sous-entendre constamment qu’il est au-dessus de lui, et puis ce « ah« , m’ont fait penser, dans un tout autre registre, à la pièce en huis clos de Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, de cette confrontation entre deux amis d’enfance qui se déchirent parce que l’un a commenté un jour, sur un ton condescendant, ce dont l’autre se vantait, par un « C’est bien… ça… »

Une BD drôle et intelligente.

Vents d’Ouest, 2010. – 156 p. : ill. en coul. ; ISBN 978-2-7493-0529-5 : 17,99 euros.