Mots-clefs ‘amitié’

Je vais rester de Trondheim et Chevillard

16.07
2018
cop. Rue de Sèvres

cop. Rue de Sèvres

 

Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances d’été. Roland a tout réglé, tout réservé, tout planifié dans son carnet, tout sauf le fait d’être décapité par un auvent quelques minutes à peine après être arrivé. Fabienne, choquée, répond alors sur le portable de Roland qui sonne que tout va bien, et qu’ils sont bien arrivés…

Trondheim nous régale ici d’un scénario en demi-teinte, douce amère : le déni d’une mort absurde et le vide qu’elle laisse sur l’horizon d’une autre vie qui doit se reconstruire, et la chaleur d’une amitié pourtant éphémère avec un type que Fabienne n’aurait probablement jamais fréquenté auparavant. A ce scénario touchant aux planches souvent muettes, comme une focalisation interne de Fabienne par rapport à ce qui l’entoure, et qu’elle observe, en retrait, détachée de toute cette vie qui continue sans lui, sans eux, s’ajoute la qualité d’un dessin savoureux, au grain sépia. Une excellente BD.

Flic & fun : deux flics amis de Pluttark, Bernstein

15.07
2018
cop. Fluide glacial

cop. Fluide glacial

Non, ce ne sont pas « deux flics à Miami » mais bien deux flics amis, que leur chef charge de filer discrètement sa femme qu’il soupçonne d’adultère, alors que celle-ci fait passer sous leurs yeux de la drogue et des armes. C’est dire à quel point ils manquent de jugeotte…

Des gags bien gros et bien débiles : on n’en attendait pas moins de ce second tome.

 

PLUTTARK, BERNSTEIN

Flic & fun : deux flics amis

Fluide glacial, 2018

47 p. : ill. en coul.

EAN 9782378780234 : 10,95 €

Momo : tome 2 de Jonathan Garnier & Rony Hotin

13.09
2017
cop. Casterman

cop. Casterman

 

Plutôt que de la placer en famille d’accueil, c’est le poissonnier, qui se révèle être un vieil ami de son père, qui prend Momo sous son aile, en attendant le retour de son père. Mais Momo fugue : elle a besoin de revoir la maison vide de sa grand-mère, et surtout son père. Françoise et « banane » vont la rattraper et l’accompagner…

La suite du premier tome continue à ressembler à une petite bulle de tendresse salée sucrée, avec cette petite boule de nerfs, qui réagit plutôt bien au deuil de sa grand-mère.

 

GARNIER, Jonathan, HOTIN, Rony

Momo

Casterman, 2017

83 p. : ill. en coul.

EAN13 9782203124301 : 16 €

L’appel de L. Galandon & D. Mermoux

05.04
2017

Couv_291686Cécile, mère célibataire, regarde un message vidéo laissé par son fils Benoît, parti faire le Djihad en Syrie auprès de ses « frères » de l’État Islamique. Elle tente de comprendre pourquoi lui, qui n’était même pas croyant, a pu se radicaliser à ce point, et espère, lors de leur prochain appel, pouvoir le récupérer.

La pertinence du récit commence par la polysémie de son titre, l’appel, celui qu’attend cette mère de son fils, celui avec qui tout commence, celui enfin avec qui tout se termine avec la radicalisation de sa foi en une autre cause. Le seul petit bémol que l’on pourrait faire à cette bande dessinée, c’est que le recours aux réseaux sociaux et aux témoignages contraignent les auteurs à favoriser le texte par rapport à l’image. Laurent Galandon ne tombe en effet dans aucun des pièges : de bout en bout, son histoire ne verse dans aucun cliché ni aucun préjugé, ni par le choix de son protagoniste (blanc et athée), ni par les raisons de sa radicalisation (forts sentiments d’amitié et d’injustice), ni par son issue. Il soulève justement les bonnes questions, à savoir les inégalités sociales et la violence des rapports entre les jeunes et la police. Néanmoins le choix du noir et blanc, parfois sépia, renforce la sobriété et la pudeur du propos : pas d’esclandre ici, pas de violence montrée, tout est (presque) suggéré.

Une excellente BD sur ce triste sujet d’actualité qui tourne déjà dans tous les C.D.I. de lycées de France, et qui constitue un excellent point de départ pour entamer un débat avec les adolescents.

 

 

 

Momo de Jonathan Garnier & Rony Hotin

15.03
2017

 

cop. Casterman

cop. Casterman

 

Momo, drôle de nom pour une fillette élevée par sa mamy, le père, marin, parti en haute mer durant des semaines. Sa grand-mère s’inquiète, trouve qu’elle n’a pas beaucoup d’amis. Alors Momo décide de se faire des amis au village, et fait la connaissance d’un trio de garçons de son âge, férus de mangas. Mais c’est plutôt avec Françoise qu’elle aime traîner, la jeune Parisienne, en roller, qui fume et qui a affublé du sobriquet « banane » le chef d’un groupe de gars de son âge…

Issu du métissage entre le manga et la BD franco-belge, le dessin de Rony Hotin semble tout droit sorti d’un film d’animation de Miyazaki, comme le souligne cette magnifique couverture tout en jeux d’ombres et de lumières. Il sert admirablement bien le scénario simple, d’inspiration autobiographique, de Jonathan Garnier, qui renoue avec les rivalités d’enfance, les amitiés naissantes et les amours tus. Une vraie madeleine de Proust.

 

GARNIER, Jonathan, HOTIN, Rony

Momo

Casterman, 2017

80 p. : ill. en coul.

EAN13 9782203095373 : 16 €

 

Dédale de Takamichi

16.11
2016
cop. Doki-Doki

cop. Doki-Doki

 

Un Seinen en deux tomes seulement, c’est une première bonne surprise ! Car à la longue les séries en une vingtaine de tomes épuisent et notre bourse et notre patience.

La seconde, c’est ce duo d’héroïnes, Reika, une jolie « perchée », mais pas tant que ça, et Yoko, une grosse « les pieds sur terre », mais pas tant que ça non plus. Si l’on excepte les très brèves apparitions de Tagami, le créateur de jeu, et de Akira, le fiancé de Yoko, ces deux jeunes étudiantes co-locataires qui travaillaient comme « dé-buggueuses » au sein de la compagnie de jeux vidéo « Klein Software », sont les seuls personnages de cette histoire, et ce sont de vraies héroïnes, qui font autre chose que de parler de mecs ou fripes : une histoire anti-sexiste au possible donc, chouette !

L’histoire démarre in medias res, alors qu’elles se retrouvent soudain toutes deux dans un immense bâtiment, véritable labyrinthe peuplé de monstres, aux lois ressemblant à celles des jeux vidéos qu’elles ont l’habitude de tester…

Reika est l’archétype même du/ de la passionné/e de jeux vidéo : mal à l’aise dans le monde réel, ayant des difficultés à communiquer, surtout à l’oral et directement, elle révèle toute sa créativité et son intelligence dans les jeux vidéo qui possèdent leur propre logique. L’auteur réussit ainsi à nous communiquer à travers ce personnage féminin en quoi les jeux vidéo peuvent être passionnants.

Pour les amateurs/amatrices de Seinen, enfin un nouveau titre sympa ! J’en connais un qui a vraiment adoré !

Gai-Luron ou la joie de vivre… de Gotlib

14.09
2016

gai_luron_reed_t1

Gai-Luron est de retour, avec trois albums réédités en couleurs. Aussi flegmatique, imperturbable et paresseux que son auteur Gotlib peut être énervé, le personnage de Gai-Luron a été dessiné pour la première fois le 12 juillet 1964. Ce sont ses toutes premières planches, sur le principe du gaufrier, en compagnie de son acolyte Jujube le renard, que nous retrouvons ! A re-découvrir !

 

Gotlib

Gai-Luron ou la joie de vivre…

Fluide Glacial (2016), réédition, tome 1

47 p. : ill. en coul. ; 31*24 cm.

EAN13 9782352076858 : 10,95 €

 

Lus également :

Gai-Luron en écrase méchamment

Gai-Luron rit de se voir si beau en ce miroir