Quiproquo et autres nouvelles de Philippe Delerm (2010)

27.09
2010


A la suite d’une rupture, un journaliste au Réveil Picard décide de profiter de la grosse BMW d’un collègue pour descendre un week-end dans le sud-ouest. Le fuyant lui et sa famille, qu’il juge imbuvables, il se retrouve par hasard dans un village agréable et tranquille, où se joue une pièce de théâtre. Il se sent tellement serein là-bas, dans cette quiétude des chaudes soirées d’été, qu’il décide d’y rester et de participer au bon fonctionnement de cette petite troupe du Quiproquo théâtre

« Cette certitude au réveil que la journée sera belle. La lumière entre les rais des volets bien sûr, mais surtout, les fenêtres une fois ouvertes, la fraîcheur si désirable dont on sent qu’elle va s’effacer. Et puis cette qualité de l’air où les sons ne se détachent pas : cet air presque compact, installé dans sa certitude. Je restai longtemps à ma fenêtre, qui donnait sur l’esplanade, déserte en ce dimanche matin. » (p. 28)

Nonobstant le plaisir que d’aucuns peuvent éprouver à la lecture de cet auteur consensuel, cette nouvelle ne m’a pas semblé relever d’un grand intérêt, si ce n’est la naïveté de son propos, exploitant le thème du changement de vie possible et de la douceur de vivre dans la campagne du sud-ouest, que l’on ne peut qu’approuver. Et c’est encore moins le cas pour les deux autres récits, très quelconques, Ils sont là et Le Train de 18h54, complétés par un dossier. Je n’y ai absolument pas retrouvé le premier émerveillement d’une Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules.

DELERM, Philippe. – Quiproquo et autres nouvelles. – Édition présentée, annotée et commentée par Evelyne Amon, certifiée de lettres modernes. – Paris : Larousse, 2010. – 92 p. : couv. ill. en coul. ; . – (Les Contemporains, classiques de demain). – ISBN 978-2-03-585080-5 : 3,95 €.
Partagez

Tags: , , ,

Laisser un commentaire