Nina Dipla : Rosa

15.06
2013

Hier soir, j’ai assisté à la première représentation publique de Rosa au Centre Chorégraphique National d’Orléans de Nina Dipla, danseuse-chorégraphe grecque, que j’ai eu la chance d’avoir comme professeure à l’une des sessions de danse contemporaine. J’avais adoré son spectacle précédent, qui tourne d’ailleurs toujours, Une attraction invisible, où deux moments très forts m’avaient marquée : la pluie de cannelle en suspension au-dessus et autour d’elle en mouvement, et sa prouesse technique de l’insecte s’agrippant au mur.

Rosa, comme le titre l’indique, est l’histoire d’une femme, de toutes les femmes… grecques. Au départ, Rosa est très sexy, les talons hauts, une robe blanche ultra courte, le regard dissimulé par une paire de lunettes de soleil. Elle perd l’argent qu’elle avait dans son bustier… symbolisant la Grèce, la pute qui a été dépouillée de toutes ses richesses… Se retrouvant quasi-nue à la fin de cette première scène, elle enchaîne sur une femme libérée à la plage. Elle va ainsi, avec ses accessoires – foulard, robes, pièces, billets, talons hauts – nous montrer les différentes facettes d’une femme au bord de la crise de nerfs. Pour revenir à la toute fin, après une danse avec un spectateur, à son état premier. Un spectacle de danse moins dynamique, moins fort que le précédent dans l’interprétation, plus puissant dans la symbolique.

Pour en savoir plus, allez donc voir sur son site, très chouette : http://www.ninadipla.com/.

Partagez

Tags: ,

Laisser un commentaire