New thing de Wu Ming 1

14.09
2007

Titre original : New Thing (2004)

« Au milieu de tout ce bordel, à Brooklyn, le Fils de Whiteman tue les types du jazz d’avant-garde, une musique, quelle coïncidence, liée au radicalisme noir. » ( p. 43)

En 1967, des musiciens de l’avant-garde jazz new-yorkaise sont assassinés par l’énigmatique « Fils de Whiteman », derrière lequel les Noirs ont tôt fait de soupçonner un groupuscule du pouvoir blanc…

Sur toile de fond du free jazz et du Black Power, avec la création du Black Panther Party que le FBI se charge aussitôt d’infiltrer et de décrédibiliser, l’enquête nous fait croiser le célèbre John Coltrane comme l’ombre de Malcolm X. S’éloignant du narratif pour adopter la forme d’un faux documentaire à partir du kaléidoscope, quarante plus tard, des différents témoignages de musiciens, journalistes, militants politiques, parents des victimes, ce récit polyphonique, aux phrases syncopées, tente ainsi d’éclaircir le mystère du « Fils de Whiteman », brossant parallèlement le portrait de Sonia Langmut, cette jeune journaliste disparue après l’enquête. Entre fiction et documentaire, un roman reconstituant la période trouble de luttes et de révoltes des Noirs américains contre un racismeflagrant.

Qui est Wu Ming ? C’est sous ce pseudonyme, signifiant « sans nom » ou « cinq nom » en chinois, qu’écrivent depuis sept ans cinq jeunes auteurs italiens, brassant des personnages réels ou imaginaires, embrassant des époques charnières de l’histoire mondiale, et ouvrent ainsi une nouvelle voie pour la littérature engagée. Wu Ming 1 est l’un de ces membres, de son vrai nom Roberto Bui. Vous en saurez plus ici ou .

 

WU MING 1. - New thing / trad. de l’italien par Serge Quadruppani. - Métailié, 2007. – 216 p.. – (Bibliothèque italienne). – ISBN : 978-2-86424-618-3 : 18 €.
Partagez

Tags: , , ,

2 Reponses to “New thing de Wu Ming 1”

  1. J’ai également beaucoup aimé. Il y a aussi un Wu Ming II, totalement différent, tout aussi réussi. Une autre excellente source sur Wu Ming est la page de leur traducteur au français, Serge Quadruppani :

    http://serge.quadruppani.free.fr/article.php3?id_article=73

Laisser un commentaire