Mon voisin de Milena Agus

25.10
2009

cop. Liana Levi

Qu’il serait doux d’échapper à cette vie dont elle n’espère plus aucun bonheur. Elle n’a qu’un souci : maquiller son suicide en accident pour ne pas le faire peser sur sa famille, qui s’occupera de son petit garçon de deux ans qui n’a jamais parlé. Oui, mais voilà, du mur du beau voisin à son balcon, il n’y a qu’un petit pas à franchir, un pas que le fils de ce dernier va faire chaque jour pour les rejoindre…

Une nouvelle douce-amère comme la vie, une vie que seul l’amour peut faire supporter, que seul l’amour entre deux êtres peut faire aimer. L’amour aussi d’enfants pour leurs parents qui ne peuvent plus les aimer, déchirés eux-mêmes de l’intérieur par la souffrance d’une séparation, d’une rupture de désir qui lui rappelle l’autre. Mais rien n’est dit, tout est suggéré. Ce sont ces petits riens de la vie banale d’une vie en Sardaigne, écrasée par un soleil toujours trop cuisant. Mais sous cette apparente légèreté du style de Milena Agus, auteur de Mal de pierres (2007) et de Battement d’ailes (2008), derrière ces actes anodins, c’est tout un monde de pensées intimes qu’elle révèle, ces peurs de la maladie, de la mort, ou au contraire ces envies de mourir plus fortes que tout, toutes naissant d’un manque d’amour et mourant lorsque renaît le désir. 

« Vivre était vraiment terrible. Bien sûr, pas toujours. Il y avait eu aussi pour elle des moments où elle avait désiré vivre. Par exemple quand le père du bébé lui parlait en enroulant autour de ses doigts ses cheveux qu’elle avait très longs, ou quand ils allaient manger des pizzas et qu’ils s’asseyaient l’un près de l’autre et les choisissaient différentes parce que, de toute façon, ce qui était dans l’assiette de l’un était aussi à l’autre, ou dans les excursions à la montagne, lui, attentif, derrière dans les montées, devant dans les descentes, ou bras dessus bras dessous en ville, parce que le père du bébé marchait vite et elle lentement, et alors elle s’accrochait et se laissait entraîner par ce doux courant, ou au lit : comme il lui plaisait, au lit. »  (p. 42).

Une petite nouvelle toute simple qui ne m’a pas tant conquise que cela, contrairement à d’autres critiques dithyrambiques dans la presse - Télérama – et dans la blogosphère - Des livres et des champsCulturofilBrik à book, etc…

 

AGUS, Milena. – Mon voisin / trad. de l’italien par Françoise Brun. – Editions Liana Levi, 2009. – 51 p.. – (Piccolo ; 60). – ISBN 978-2-86746-500-0 : 3 euros.

Partagez

Tags: , , ,

4 Reponses to “Mon voisin de Milena Agus”

  1. Marie dit :

    De Milena Agus, j’ai beaucoup aimé Mal de pierre mais par contre j’ai été déçue par Battements d’aile… Je crois que je vais zapper celui-ci !

  2. BelleSahi dit :

    Et oui j’ai beaucoup aimé.

  3. sylvie dit :

    J’ai bien aimé cette nouvelle. J’en ai même concocté un petit repas pour le challenge à lire et à manger…

Laisser un commentaire