Métaphysique des tubes ** d’Amélie Nothomb (2002)

15.09
2005

cop. Albin Michel

C’est dans ce roman qu’Amélie Nothomb expose sa théorie : comme Dieu, comme l’univers, comme la carpe, l’être humain n’est qu’un tube. Et, jusqu’à l’âge de 2 ans 1/2, c’est ce qu’elle se contentera d’être, un tube. Manger, boire, digérer, déféquer, voilà à quoi se résume sa vie. Puis vient l’éveil, l’éveil aux mots qu’elle n’arrive pas encore à prononcer, puis au plaisir, grâce à la découverte du chocolat blanc qui, seul, n’est rien, mais dans la bouche, devient source de plaisir. Dès lors, et ce pendant une année, elle nous fait partager ses accidents, ses découvertes, ses convictions. Elle est Dieu, l’enfant-Dieu, adulée par sa gouvernante Nishio-san, par ses parents quand elle consent à leur dédier ses premiers mots « papa », « maman ». Et déjà par deux fois elle manquera de se noyer, la première fois par accident, voyant les japonais spectateurs impassibles de sa mort, la seconde par choix, en découvrant la métaphysique des tubes…

Un roman qui se dévore en une heure, drôle sans vouloir l’être, cynique, loquace, juste, limpide. Pour les fans de ses autobiographies fantasmées.

Partagez

Tags: , , ,

2 Reponses to “Métaphysique des tubes ** d’Amélie Nothomb (2002)”

  1. Safran dit :

    J’avais beaucoup aimé ce livre. Et pourtant, voilà un sujet de départ qui ne promettait pas forcément un petit livre aussi impertinent et drôle. La métaphysique des tubes, les catilinairs et stupeurs et tremblements sont mes préférés. Maintenant, j’avoue que je commence à beaucoup moins aimé ses livres.

  2. Marie dit :

    En effet, ça se lit très rapidemment. J’ai apprécié cette relecture parodique de la Genèse. Amusant.

Laisser un commentaire