Mémoire morte de Marc-Antoine Mathieu (2000)

17.09
2005

Firmin Ouf, moyen fonctionnaire, est chef de service à l’administration cadastrale. Or, depuis quelques temps, des phénomènes étranges se produisent à travers la cité, aux dimensions infinies : dès la tombée de la nuit, des murs s’érigent entre les quartiers, au milieu des routes, jusqu’à bientôt disséquer la ville de toutes parts. Ce n’est pas tout : les habitants commencent à chercher leurs mots, semblant oublier jusqu’à leur langue. Que fait donc ROM, l’ordinateur conçu pour décharger la population de ses souvenirs inutiles ? Firmin Ouf est le seul à réagir, à avoir l’idée de débrancher son portable, et une nuit d’aller trouver ROM…

Comme beaucoup, je suis certains auteurs, comme Paul Auster, certains scénaristes de BD, comme Benoit Peeters ou Marc-Antoine Mathieu. Dessins noir et blanc, petit fonctionnaire bedonnant à grosses lunettes ressemblant à Julius Corentin Acquefacques, ville tentaculaire, embouteillages humains, phénomènes absurdes,… voilà les points communs que cet album cumule avec la série de Julius Corentin. Toutefois le scénario n’est pas aussi génial…  Mais plus que les autres, on peut évidemment le rapprocher de l’univers kafakaïen et de La Fièvre d’Urbicande de Peeters et Schuiten, ce qui n’est vraiment pas si mal !

Voir aussi :

http://perso.wanadoo.fr/cicla/div/marc-antoine_mathieu.html

http://www.bdselection.com/php/?rub=page_dos&id_dossier=43

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire