Cacograph 18

Rédigé par S.L. le 05 octobre 2017 | Classé dans Littérature
Mots clés : aucun

aucun commentaire

Le Cacograph, publication textopicturale, est le fruit multisaveur de la réunion d'Orléanais producteurs de gribouilles.

Un regard erroné et décalé de l'actualité locale.

Cinéma - Caco 18

****************************

Je ne suis pas mauvais, je suis juste scénarisé comme ça.

Certains méchants ont la chance de traîner des fantômes de leur passé, dans une espèce de lanterne magique. Pas moi, trop jeune paraît-il, pour avoir droit aux flash-back.

Je ne fais pas mon cinéma, ce n'est pas ça, non… D'ailleurs, finalement, être l'adversaire, c'est souvent plus intéressant à jouer. Il révèle le protagoniste par ricochet, de nœud en nœud dramatique, avec quelques implants - je ne parle pas de cheveux, je n'en ai pas -, et prépare l'arène où le héros l'affronte, et avec lui, son spectre à lui et un sacré conflit moral dont il sort grandi, au moment où l'ouvreuse de la dernière séance arrête de proposer son fichu pop-corn qui colle entre les dents.

Moi, d’habitude, on me fait tourner dans une comédie romantique, pas dans un film d'horreur. Mais voilà, la dernière mode, c'est de surprendre, et pas en me fichant simplement un cigare au bec ou en retournant toute l’histoire en un twist, mais plutôt dans l'association des genres : plus besoin de tronçonneuse, c'est surfait, après avoir été contaminé par un chien enragé, je mords à mon tour d'autres bébés et m'élance avec eux à la poursuite de jeunes babysitters, en rampant, la bave aux lèvres. Zombaby, ça s'appelle.

SɘL

************************************

Au programme ce soir :

Amandine, la trentaine, répond toujours présente à chaque fois que son amie Léa, bien plus belle qu'elle, vit une déception amoureuse. Un jour, Léa, dans un sanglot, lui affirme au téléphone que cette fois, c'est la fois de trop, qu'elle préfère ne plus jamais avoir à vivre ça et qu'elle va sauter de la fenêtre de son immeuble. En larmes, Léa raccroche au nez de sa meilleure amie. Complètement paniquée, Amandine sort alors en courant de chez elle et se fait renverser par un bus. A l'hôpital, elle rencontre un chirurgien avec qui elle va connaître une magnifique histoire d'amour...

ou

Amandine, la trentaine, court après un bus qui vient de fermer ses portes et a démarré. A bout de souffle, elle se jette sur la chaussée devant un taxi. Elle saute sur la banquette arrière et s'écrie « Suivez ce bus ! » en tendant une liasse de billets. Le chauffeur obtempère, accélère, grille un feu rouge et rattrape le bus à l'arrêt suivant. Amandine descend du taxi. Les portes du car s'ouvrent. Elle rejoint son bébé resté dans sa poussette en haut des marches, sous les applaudissements des usagers...

ou

Amandine, la trentaine, amène son bébé malade à l'hôpital. Aux urgences pédiatriques, elle découvre une salle vitrée avec des bébés baveux comme enragés qui se jettent sur les visiteurs pour les mordre au sang, et percent leurs yeux avec leurs doigts. Ils sont mis en quarantaine. Effrayée, Amandine se dirige vers la sortie pour que son bébé ne connaisse pas le sort des autres enfants diagnostiqués. Mais ce dernier la mord. Elle choisit de se sacrifier pour lui et réussit à trouver une sortie non condamnée. Le zombaby escalade le corps de sa mère et s'échappe, la bave à la bouche...

 

SɘL

************************************

 

SɘL

Écrire un commentaire




Quelle est la dernière lettre du mot hnov ?

Tout l'art de raconter des histoires Partenaires

Mon blog littéraire

Festival XUL

Sylvain Blocquaux

La revue InterCDI

Cacograph