Les murs de Kôbô Abe

15.09
2005

cop. Picquier

Six récits dont le premier et le dernier occupent une place de taille. Un univers fantastique, proche à la fois de celui de Kafka (Le procès) et de Gogol (Le Nez) pour Le crime de Monsieur E. Karma. Chacune de ces nouvelles fait froid dans le dos, à la frontière entre la folie, le rêve et la réalité. La carte de visite de M. E. Karma lui vole son nom et sa vie, un homme cherche un toit et se transforme en cocon, bien à l’abri, les hommes un jour se liquéfient sur toute la planète pour former un véritable déluge, un peintre sans le sou découvre que ses dessins sur les murs de son appartement deviennent réels dès le coucher du soleil, un homme d’affaires s’enrichit en vendant de la viande humaine à ses concitoyens, une créature dérobe l’ombre et la visibilité d’un poète, se réfugiant accompagné de celle-ci dans la Tour de Babel où il retrouve tous les grands songeurs.

Un recueil de nouvelles absurdes de haute volée, de la veine des maîtres russe et roumain du fantastique.

 

ABE, Kobo. – Les murs. – Editions Philippe Picquier, 2003. – 253 p. ; 17 cm. – ISBN 2-87730-193-1 : 8 €.
Partagez

Tags: , , ,

1 Reponse to “Les murs de Kôbô Abe”

  1. Côté romans, de ce même auteur, j’avais été conquise par La femme des sables que je recommande vivement – je retrouve bien son univers dans ta description de ses nouvelles, l’absurde et le fantastique, bien ancré toutefois dans une réalité identifiable, l’étrange qui ouvre la voie à l’inquiétant…

Laisser un commentaire