Les amis du crime parfait d’Andrés Trapiello

20.11
2011

cop. La Table ronde

Roman espagnol traduit en France en 2009

«Une femme, cuvée 1929 elle aussi, en tailleur noir à col blanc, leur ouvrit. C’était comme si elle les invitait à franchir le seuil du premier chapitre d’un roman gothique. En toute logique, vu l’aspect de la réceptionniste, ils n’en ressortiraient pas vivants. On les assassinerait avant d’aller vendre leurs dépouilles au factotum d’un médecin psychopathe et sans scrupules. » (p. 35)

En cette fin des années 80, à Madrid, Paco claque la porte de celui qui fut son éditeur durant 22 ans, et décide d’ouvrir une agence de détectives et de ne plus écrire. Désormais, le personnage principal, ce sera lui, celui qu’il veut être, celui qui s’invente lui-même ! Sa première enquête arrive plus vite qu’il ne l’aurait cru : son beau-père est retrouvé assassiné. Alors que le club des Amis du Crime Parfait, où chacun porte le nom de son héros préféré, édicte les règles du roman policier, Paco, alias Sam Spade, mène une enquête qui va le conduire à s’intéresser au passé politique du défunt…

Alors quelles sont les règles pour écrire un bon roman policier ? A en croire nos personnages, ce serait…
1- le lecteur doit avoir autant de chances que le détective de résoudre l’énigme,
2- l’auteur ne doit pas user de subterfuges autres que ceux employés par le criminel pour induire en erreur le détective,
3- pas d’intrigue amoureuse
4- le coupable ne peut être le détective ou un membre de la police,
5- le coupable doit être démasqué par des déductions, et non par hasard, par accident ou par un aveu.

Quelle jubilation cela doit être d’écrire un roman policier dans lequel les personnages qui ont choisi pour nom Poe, Marlowe, Sherlock ou Maigret, s’entendent sur les règles d’or du parfait roman policier, appellent l’héroïne de leur roman du nom de leur épouse, et laissent leur imagination prendre le pas sur la réalité. Malgré tout, l’histoire a dû mal à partir, le suspens semble secondaire, d’ailleurs l’auteur ne respecte pas vraiment ses propres règles (la 3e par exemple entre Hanna et Poe), et on en retient surtout les notes d’humour et les jeux littéraires plus que la résolution du crime, fondée sur la mémoire.

Apprécié

Faites-vous une opinion avec d’autres blogs qui s’en sont aussi fait l’écho, comme Bric à Book (qui a un avis positif) et Le grenier de choco (le sien l’est un peu moins).

TRAPIELLO, Andrés. – Les amis du crime parfait / trad. de l’espagnol par Caroline Lepage. – Paris : La Table ronde, 2009. – 363 p.. – (Quai Voltaire). – ISBN 978-2-82710-33149-0 : 21,50 €.
Partagez

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire