L’éclipse de Keiichirô Hirano

18.09
2005

 

cop. Picquier

A la fin du XVe siècle, un jeune dominicain du sud de la France se prend d’intérêt pour un manuscrit du Corpus hermeticum de Marsile Ficin. Sur la route de Florence, il s’arrête à un village rural, pour y rencontrer un homme de foi versé dans l’art de l’alchimie, Pierre Dufay, dont lui a parlé un évêque. Impressionné par cet ermite silencieux, attiré par sa bibliothèque, il prolonge son séjour, alors que Jacques Michaëlis, comme lui dominicain, fait la chasse aux hérétiques et assoit son emprise sur les villageois. Un soir, il suit en secret Pierre Dufay qui s’enfonce dans une grotte, y découvre un être singulier avec lequel ce dernier semble entretenir une relation sensuelle étrange. Bientôt, des événements incompréhensibles secouent les villageois…

 

Venant d’un jeune japonais âgé alors de 23 ans, cette histoire surprend d’autant plus, et ce sont certainement son érudition éblouissante mêlée au parfum exotique d’une Europe lointaine, encore empreinte de peurs et de mysticisme, qui lui ont valu l’obtention en 1999 du prestigieux prix Akutagawa, équivalent japonais du Goncourt. Dans le cachet ancien d’une langue comme on n’en écrit plus, Hirano s’inspire pour écrire ce premier roman, du Nom de la rose, émaillant son récit de références religieuses et philosophiques, puis de Mishima, mêlant son érotisme au surnaturel des romans gothiques anglo-saxons et de la littérature fantastique du 19e siècle, nous offrant ainsi un dénouement pour le moins déroutant.

 

HIRANO, Keiichirô. – L’éclipse. – Picquier, 2004. – 210 p.. – (Piquier poche ; 238). – ISBN : 2-87730-751-4 : 7 €.
Partagez

Tags: , , ,

3 Reponses to “L’éclipse de Keiichirô Hirano”

  1. Ah! voilà qui pourrait me plaire, moi qui suis toujours à la recherche d’originalité, et passionnée par les japonais. Dommage que ce ne soit qu’un **. :-) Je note quand même!

  2. Je viens de le terminer. Quel style éblouissant! Un roman déroutant! J’ai beaucoup aimé pour ma part.

Laisser un commentaire