Le tango du disparu * d’Annie Goetzinger & Pierre Christin (1988)

17.11
2008

A Buenos Aires, par un soir de grand vent, un inconnu attire l’attention de l’assistance en jouant Recuerdo dans une milonga, une boîte à tango. Un orchestre bientôt est formé de musiciens et d’un chanteur issus d’horizons différents et promis à un avenir peu rose, morose, on le sait déjà. Enrique Pracanico, joueur légendaire de bandonéon, rencontre Arnaldo Bähler, issu d’une prestigieuse famille militaire, qui va lui écrire des textes, avant de devenir « El Maestro », l’un des penseurs de l’Alianza Anticommunista Argentina, et surtout sa femme, dont il fera sa maîtresse, la sublime Elba Eva…

A l’image du tango, ce roman graphique exhale toute la nostalgie d’un temps révolu, celui du sang et de la passion, celui de l’amour et de la douleur, celui d’un bonheur trop fragile et de l’injustice. Envoûtant, il respire le parfum de la tragédie dès ses premières notes, laquelle adviendra, incontournable. Bel hommage donc que cette singulière  biographie, noire aux dessins gris, de ce bandonéoniste mort sous la dictature.

Cet ouvrage a été publié en 1988 chez Flammarion.

GOETZINGER, Annie, CHRISTIN, Pierre. - Le tango du disparu. – Métailié, 2008. – 154 p. : couv. ill. en coul. + ill. en n.b. – (Hors coll.). – ISBN 978-2-86424-668-8 : 18 €.

Voir les 2 commentaires sur l’ancien blog

Partagez

Tags: , , , , , ,

Laisser un commentaire