Le crépuscule des clochards de Raymond Federman, George Chambers

23.09
2005

De l’absurde à la Beckett

Visiblement fort influencé par son ami Samuel Beckett, Raymond Federman met en scène deux clochards anonymes, minables, non pas dans une pièce de théâtre, mais dans des épisodes brefs émaillés de courts dialogues, tout aussi absurdes et provocateurs les uns que les autres.

Une « microfiction » expérimentale qui ne manque vraiment pas de sel.

FEDERMAN, Raymond, CHAMBERS, George. – Le crépuscule des clochards / trad. de l’américain par Nicole Mallet. – Marseille : Éd. le Mot et le reste, 2004. – 147 p. : couv. ill. en coul. ; 21 cm.
Titre original : The twilight of the bums. – ISBN 2-915378-07-X (br.) : 15 €.
Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire