La reine des rêves ** de Chitra Banerjee Divakaruni (2006)

11.03
2006

« Mon travail consiste à rêver« , répond un jour la mère de Rakhi à sa fille, « Je rêve les rêves d’autres gens. Je peux ainsi les aider à vivre leurs vies. » Voilà tout ce que Rakhi apprendra jamais sur sa mère, si secrète, si silencieuse, qui n’a jamais voulu non plus raconté sa jeunesse en Inde, la privant d’une identité, de racines qui lui manquent sur ce sol californien où elle est née de parents indiens. Mère d’une petite Jona, séparée du père, Sonny, Rakhi vit avec Belle, sa meilleure amie, des revenus de leur salon de thé et parfois de sa peinture. Sa vie tout à coup bascule : un redoutable concurrent vient s’installer en face de leur petit commerce, une galerie expose les peintures de Rakhi, sa mère disparaît brutalement, laissant derrière son « Journal des rêves » aux siens…

Rakhi n’est pas une jeune femme heureuse au début du roman : elle ne connaît finalement que très peu ses propres parents, garde des rancunes auprès de son ex-mari, et perd peu à peu sa fille qui lui préfère son père. (Suite à lire après avoir lu le roman) La mort de sa mère va l’obliger à se rapprocher de son père et à retrouver avec lui les racines qui lui manquaient, par ses histoires, ses chansons, ses spécialités gastronomiques, tandis que les évènements de septembre 2001 vont la confronter à des réactions xénophobes brutales et à une révélation inattendue qui vont ressouder ses liens avec son ex-mari et sa fille. Un roman sur le déracinement, aux douces effluves fantastiques.

DIVAKARUNI, Chitra Banerjee. - La reine des rêves / trad. de l’anglais par Rani Mâjâ. – Picquier, 2006. – 348 p.. – ISBN 2-87730-841-3 : 15 €.
Service de presse
Partagez

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire