La nuit de Stanislas Gros

19.10
2011

A voir la couv’, il s’agirait à première vue d’une histoire de chevalier, un rien mélancolique. Bingo ! Sauf qu’au coeur de cette nuit médiévale, ce chevalier de retour d’une bataille n’est pas le héros de l’histoire, bien loin de là, mais il partage la vedette avec un arbalétrier maladroit, son épouse et son amant fortuné, la mystérieuse sorcière surnommée Saturnia, et… des morts sortis de leur tombe. Mais cette nuit enseignera à tous ces personnages quel a été et quel est leur destin, ainsi que la nature des liens qui les réunissent…

Stanislas Gros s’est essayé pour ce troisième album, après les adaptations des grands classiques du Dernier jour d’un condamné et du Portrait de Dorian Gray, à l’écriture de l’ensemble, scénario et illustrations. On retrouve son coup de crayon assez naïf dans le traitement des personnages, auxquels il accorde une attention égale. Mais il innove réellement en réutilisant plusieurs fois la même case dans deux chapitres consécutifs pour montrer des points de vue différents de l’histoire. Par ailleurs, il sait alterner les passages graves à d’autres plus légers, comme il se garde bien de conclure par un happy end ou une fin moralisatrice et préfère nous offrir une histoire restée ouverte, en demi-teinte :
du coup,  pour ce premier album sorti complètement de son imaginaire, il réussit à nous faire entrer dans un univers assez sombre et fantastique doté d’un humour un peu décalé, sans tomber dans les poncifs du genre.

 

GROS, Stanislas. - La nuit. - Paris  : Gallimard : Bayou , 2011 .- 92 p.  : ill. en coul.  ; 25 cm .- (Bayou). - ISBN 978-2-07-062954-1 : 16 €.
Allez donc jeter un oeil sur le blog de Stanislas Gros, Le Ravi.
Du même auteur, chroniqués dans Carnets de SeL :
Partagez

Tags: , , ,

Laisser un commentaire