La cité fertile ** d’Andrée Chédid (1972)

28.08
2011

cop. J'ai Lu

 

« Au milieu d’un petit attroupement, Aléfa, la vieille, danse. (…)

Elle a déjà ses habitués auxquels se joignent, sans cesse, de nouveaux promeneurs. On lui lance :

- Fais l’arbre. Fais la pierre. Fais le silence !

Elle écoute. Elle n’écoute pas. Selon l’humeur.

- Fais l’air. Fais la ville. Fais les larmes !

Elle s’exécute. Elle ne s’exécute pas, selon l’instant. Elle interprète ce que son public réclame, ou bien ce qu’il ne demande pas ; pour faire plaisir, pour se faire plaisir. L’un ou l’autre. Elle passe ou ne passe pas à l’action.

Ses cheveux gris, ramassés dans un épais chignon, dégagent le front, la face. Une face craquelée, hâlée. Un visage de carte ancienne, ravivé par l’éclat bleu de l’oeil. » (p. 8-9)

La vieille Aléfa danse et déclame des poèmes sur les berges du fleuve. Les parents s’inquiètent de la mauvaise influence de cette folle sur leurs enfants qui l’adorent. Un jeune agent l’accompagne vérifier son identité. Il sortira de chez elle, désorienté, sans avoir vu ses papiers. Chez elle, c’est l’immeuble où habitent aussi Simon, Livie et leurs enfants. Après une énième tournée dans les villages, avec d’autres jeunes comédiens, Livie quitte Simon en emmenant les enfants chez Natia et Deric, le frère de Simon, celui « qui a réussi ». Mais est-ce cela la vie qu’elle attend ? Où est « la vraie vie » marginale à laquelle elle a pu goûter, comme Aléfa et Simon ?

Andrée Chédid s’étend avec tendresse sur le personnage d’Aléfa plus que sur celui du couple, Aléfa la marginale, l’illuminée, qui s’ouvre au monde toute entière. Elle nous offre là un bijou de prose poétique, véritable hymne à la vie, à l’humanité, à la poésie, à l’art, à la liberté, quel qu’en soit le coût, celui de s’inscrire en marge de la société, vivant de peu, mais vivant.

La cité fertile :  roman / Andrée Chedid. - Paris  : J’ai lu , 2000.- 150 p.  : couv. ill. en coul.  ; 18 cm .- (J’ai lu  ; 3319). – ISBN 2-290-30850-1 (Br.), Prix : 13 F

Partagez

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire