La bande dessinée au tournant de Thierry Groensteen

29.12
2017
cop. éd. les impressions nouvelles

cop. éd. les impressions nouvelles

Dans le cadre des États généraux de la bande dessinée, lancés en janvier 2015, Thierry Groensteen brosse ici, dix ans après son premier point sur le statut de la bande dessinée, un état des lieux du neuvième art.

Sa situation semble à première vue s’être améliorée, en termes de visibilité, de reconnaissance culturelle et artistique, d’adaptation cinématographique, de parité auteurs/autrices, dessinateurs/dessinatrices, lecteurs/lectrices, de nombre d’éditeurs (de 60 en 1992 à 368 en 2015) et du nombre de titres publiés. Mais, à première vue seulement car désormais, la démultiplication des titres et des éditeurs rend l’exposition des BD en librairie plus éphémère, et son tirage chute. En outre, leurs marges baissent, entrainant avec elles les revenus des auteurs, qui se précarisent. Ainsi, les gros éditeurs, selon Thierry Groensteen, miseraient davantage sur les séries et les albums mainstream, que sur la créativité, produisant « des livres qui n’apportent rien mais qui encombrent les rayons et gonflent les catalogues. » (p. 14).

L’auteur s’interroge également sur les critères de sélection du comité de lecture du Festival d’Angoulême, même s’il se réfère sans cesse au blog du Neuvième Art, dont il se trouve être le rédacteur en chef.

Enfin, ce petit livre se félicite de l’essor de la non-fiction, sous la forme de BD-reportage dans la Revue dessinée par exemple, par le biais d’Etienne Davodeau ou sous la forme d’essais scientifiques, politiques, sociétaux, comme la collection la Petite Bédéthèque des savoirs du Lombard. Thierry Groensteen parle de la BD comme « investie d’une fonction didactique »(p. 35), mais cela n’a-t-il pas été le cas depuis toujours, en particulier dans les cathédrales ? Certes, il faut se réjouir de son décloisonnement dans toutes les disciplines, mais elle fait alors passer toute forme de créativité et d’expression artistique après l’efficacité de l’image.

Thierry Groensteen constate de même le succès des biopics, et l’évolution des supports, aussi bien dans la presse, que sous la forme de romans graphiques ou numérique, mais sans entrer dans le détail sur ce dernier point, hélas, mentionnant Thomas Cadène, Marc-Antoine Mathieu et Lewis Trondheim. Il est regrettable que le format planche reste dominant, même dans les créations numériques.

Il évoque aussi la lente et inexorable féminisation de la profession (21%), qui devrait inévitablement modifier les thèmes abordés par la BD et attirer un lectorat féminin intéressé par les sujets liés au corps, à la sexualité, à la vie intérieure, aux liens intergénérationnels, à la nature, au quotidien, en déconstruisant les stéréotypes.

Il défend les éditeurs alternatifs, confrontés au problème de la distribution/diffusion, souvent représentés par la société Belles Lettres Diffusion Distribution, et qui cherchent à s’affirmer parmi les arts visuels, tandis que les gros éditeurs misent sur la non-fiction.

La formation aussi évolue, multipliant les écoles privées et progressant jusqu’au doctorat à l’université, invitant de plus en plus les futurs auteurs à une véritable connaissance et réflexion sur la bande dessinée. En revanche, la bande dessinée s’invite encore peu dans les chroniques des magazines culturels. Thierry Groensteen signale tout de même le magazine spécialisé Kaboom.

Enfin une poignée de dessinateurs tirent leur épingle du jeu en proposant leurs planches originales dans les galeries et les ventes aux enchères, tel Joan Sfar.

A la fois Littérature et Art visuel, la bande dessinée se doit avant tout, pour s’affirmer, de rester exigeante.

 

Partagez

Tags: ,

Laisser un commentaire