Kafka sur le rivage d’Haruki Murakami

16.07
2006

copyright Belfond

Année de parution : 2006

Haruki Murakami a ici dénoué le fil de deux histoires se construisant en parallèle. La première suit le parcours d’un garçon de quinze ans qui fugue de chez son père, s’y étant préparé depuis plusieurs années en suivant les conseils de Corbeau, un ami imaginaire. La seconde semble quasiment relever du traumatisme post-Hiroshima puis du merveilleux puisqu’elle relate la mission d’un vieillard, rendu à jamais débile par un événement surnaturel survenu dans son enfance, mais qui possède cette particularité de savoir parler aux chats et de faire pleuvoir tout ce qu’il souhaite. A partir du mythe d’Oedipe qu’il transpose dans le Japon contemporain et revisite avec les croyances d’un Japon ancestral, Murakami brode la trame tragique de ce jeune garçon qui se fait maintenant appeler Kafka Tamura, poursuivi par cette malédiction proférée par son propre père. Or une nuit il se réveille bel et bien couvert du sang de son père, qui réside pourtant à des centaines de kilomètres de l’île où il s’est réfugié…

Le traitement original du mythe d’Oedipe ne constitue absolument pas selon moi la grande réussite de ce roman. Ce qui m’a envoûtée, dans Kafka sur le rivage, c’est d’y retrouver un univers très proche, tout en demeurant différent, de celui de Paul Auster, où l’inexpliquable, l’absurde, le surnaturel parfois, intervient dans le quotidien de ses personnages quittant leur foyer, s’enfonçant au plus profond de leur dénuement et de leur solitude, pour se trouver eux-mêmes. C’est là la clé de ce roman d’apprentissage du fugueur qu’adolescent nous avons tous rêvé d’être, où la vie retourne à sa plus simple expression, où l’âme s’épure lentement, au contact du vieillard puis de la musique classique pour Hoshino, ou, pour le jeune héros, de l’intimité d’une bibliothèque puis de l’austérité d’un refuge de montagne, rythmée par ses fantasmes et ses besoins naturels. C’est un grand roman, où sont distillées tout à la fois les essences du merveilleux, de la tragédie, du roman d’initiation et du roman d’aventures. Autant dire que ses 619 pages se lisent d’une traite !

Kafka sur le rivage / Haruki Murakami ; traduit du japonais par Corinne Atlan. – Paris : Belfond, 2006. – 1 vol. (618 p.) : jaquette et couv. ill. en coul. ; 23 cm. – (Littérature étrangère). . – Trad. de : Umibe no Kafuka. - ISBN 2-7144-4041-X (br.).
Acheté
Voir les 3 commentaires sur l’ancien blog
Partagez

Tags: , , , ,

4 Reponses to “Kafka sur le rivage d’Haruki Murakami”

  1. Florence dit :

    Au début j’ai eu un peu peur de me lancer dans ce roman très étrange et puis je me suis laissée entraîner par l’histoire captivante de ces personnages dans leur quête sprirituelle.

  2. clochette dit :

    Je suis contente que ce livre t’ait plu, j’ai moi aussi adoré et fait un compte rendu sur mon blog.

    Je te conseille du même auteur « Les amants du spoutnik »

    Bonnes vacances !

  3. thierry dit :

    Je viens de le dévorer en deux jours… Que de rêves, que de références, que d’ouvertures sur tant d’introspections… quelle tristesse d’arriver à la dernière page ! j’écoute haydn et beethoven pour retenir l’ambiance… et je me prépare à le relire pour saisir ce qui est caché (ou visible) derrière l’intrigue qui m’a tenu en haleine…
    Un véritable bonheur !
    Thierry

Laisser un commentaire