Faut être prudent au pays de la liberté de James Kelman

08.11
2006

cop. Métailié

Titre original : You have to be careful in the land of the free

Trad. de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller

Ce soir-là, Jeremiah Brown débarque dans un motel dans l’attente de son vol pour l’Ecosse le lendemain, son pays natal où il n’a pas mis les pieds depuis une bonne douzaine d’années. Il en ressort aussitôt pour se changer les idées dans les pubs de la ville, mais il ne fait que se confronter à la méfiance et à la susceptibilité des autres, et, au cours de longs monologues intérieurs, à sa vie  peuplée de petits boulots, des souvenirs de son ex, musicienne, et de leur fille.

James Kelman évoque dans ce roman le sentiment d’insignifiance d’un homme ordinaire, trop lucide, qui ne réussit pas grand’chose dans sa vie d’amayrikin (d’américain) sans en être un d’ailleurs, puisqu’il est ayksay (écossais) et qu’on le lui fait sans cesse remarquer, lui demandant sa fameuse Carte Rouge dans ce « pays de la liberté ». Le texte coule au rythme de la pensée de ce pauvre type, entrecoupée de jurons, allant et venant dans le temps, tournant autour de sa rupture encore fraîche d’avec Yasmin, son ex-amie, et de sa vision de sympathisant anarchiste de la société. Un roman sans intrigue, avec pour seul fil conducteur le chaos de ses pensées… si bien que je l’ai trouvé tout à la fois prenant mais lassant sur 400 pages.

KELMAN, James. – Il faut être prudent au pays de la liberté / trad. de l’anglais (Ecosse) par Céline Schwaller. – Métailié, 2006. – 405 p.. – (Bibliothèque écossaise). – ISBN : 2-86424-585-X : 23 €.

Lire également l’article de Lire.

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire