Du contentement intérieur et autres textes d’Epictète

06.07
2015

cop. Folio

Epictète encourage son auditeur à « travailler à supprimer de sa vie les lamentations et les gémissements ».

« car la raison n’exige jamais que nous nous abaissions, que nous nous lamentions, que nous nous mettions sous la dépendance d’un autre, que nous accusions jamais ni Dieu ni un homme. »

« (…) Nous sommes riches en prétextes de tout ordre pour expliquer notre lâcheté : les uns, c’est à cause d’un enfant ; les autres, d’une mère ; d’autres encore, de frères. Or, personne ne doit causer notre infortune, mais tous notre bonheur, et Dieu surtout, qui nous a créés à cette fin. »

Pour ce faire, il l’exhorte à exercer sa patience et son calme quelles que soient les contingences, à devenir libre en se détournant des objets extérieurs, soit les autres – parents, proches, amis, réputation -, qui n’agissent toujours que pour leur propre intérêt, les lieux, les objets, la propriété.

« « Il m’a appris ce qui est à moi et ce qui n’est pas à moi. La propriété n’est pas à moi ; parents, proches, amis, réputation, lieux familiers, conversation avec les hommes, tout cela m’est étranger. » Qu’est-ce donc qui est à toi ? « L’usage des représentations. Il m’a montré que cet usage, je le possède inviolable et soustrait à toute contrainte. Personne ne peut me faire obstacle, personne ne peut me forcer à user de représentations autrement que je ne le veux. »"


Une lecture apaisante et régénérescente, qui peut permettre de garder le cap de ses principes, de ses objectifs personnels et professionnels, et son sang-froid devant l’adversité, c’est-à-dire de laisser couler lorsque l’on n’a pas l’heur de plaire à tout le monde :

« En règle générale – ne vous faites pas d’illusion – tout être vivant n’a rien qui lui soit plus cher que son propre intérêt. Dès lors, quoi que ce soit qui lui paraisse y faire obstacle, s’agirait-il d’un frère, ou d’un père, ou d’un enfant, ou d’un être aimé, ou d’un amant, il le hait, il le rejette, il le maudit. »

« Mon insulteur se fait mon entraineur : il exerce ma patience, mon calme, ma douceur. »

Bref, nous exhorte Epictète, le mieux est de rester STOÏQUE !

EPICTETE

Du contentement intérieur et autres textes

trad. du grec ancien par Joseph Souilhé

Gallimard (Folio sagesses, 5951 ; 2015)

p. ; 13 x 19 cm

EAN13 9782070463213 : 3,50 €

Partagez

Tags: ,

Laisser un commentaire