Dheepan de Jacques Audiard (2015)

02.02
2016

Dheepan-O-Refúgio-posterAprès son magistral Un Prophète, Jacques Audiard s’est vu récompensé pour Dheepan en 2015 par la Palme d’or avec un jury présidé par les frères Coen.

L’histoire

Dheepan est un Tigre, un soldat de l’indépendance tamoule au Sri Lanka. Après avoir brûlé les cadavres de ses compagnons d’armes, il récupère les passeports d’une famille disparue pour laisser derrière lui cette vie sans avenir, seul désormais. Seul ? Non, pas vraiment, une jeune femme s’arrange pour le suivre, emmenant avec elle une fillette de neuf ans orpheline. Avec cette fausse épouse et cette fausse fille, Dheepan choisit la France comme terre d’accueil, au grand dam de la jeune femme qui a une cousine en Angleterre. Mais cette dernière obtempère : il a les passeports, ils forment une famille aux yeux de l’administration, ils auront bientôt des papiers. En attendant, Dheepan devient le gardien d’un immeuble HLM dans un no man’s land d’une banlieue parisienne, où de jeunes caïds font leur petit trafic…

Mon avis

Jacques Audiard nous surprend, une fois encore : d’abord en mettant en scène ces trois individus tellement isolés, qui semblent former une famille au regard de tous, et donc trouver un réconfort dans leur affection ; or la petite fille réclame en vain auprès de sa fausse mère un peu de tendresse, laquelle ne pense qu’à sauver sa propre peau. Ensuite en montrant que même si la France n’est pas en guerre, elle baigne dans la violence dans certaines banlieues que le gouvernement a abandonnées, une violence qui fascine Dheepan, et réveille en lui ses fantômes, alors qu’il l’observe la nuit depuis sa fenêtre. On tremble pour lui, pour elle, pour cette petite fille. Jusqu’au bout on appréhende, et non, Jacques Audiard n’a pas le glauque facile, et c’est tant mieux, mais le spectaculaire, si, caron n’a encore jamais vu autant de morts autour d’une barre d’immeubles. Un bon film, mais pas du niveau d’Un prophète, ça non.

Partagez

Tags: , ,

Laisser un commentaire