Découverte inopinée d’un vrai métier de Stefan Zweig

15.03
2015

cop. Folio

De retour un matin de printemps à Paris, en 1931, un écrivain étranger, qui pourrait être  Zweig lui-même, s’attable à la terrasse d’un café pour y assister au spectacle des allées et venues des passants, quand il distingue parmi eux un individu semblant n’avoir d’autre but que de se mêler à cette foule…

Dans une lettre qu’elle adresse à son amie d’enfance, une dame raconte comment elle a pu s’acquitter d’une dette de jeunesse alors qu’elle dînait seule dans une auberge, où elle comptait passer deux semaines pour se reposer : elle y apprend que le vieil homme un peu mondain que méprisent les paysans du coin n’est autre que  l’ancien acteur de théâtre dont elles étaient follement éprises…

Deux nouvelles pour découvrir la magnifique plume de Zweig, qui brosse ici avec tendresse le portrait de personnages originaux d’ordinaire parias de la société, que sa connaissance de la nature humaine rend extrêmement attachants.
A chaque fois le narrateur passe de spectateur à acteur, détenant entre ses mains le sort de ces personnages dont la vie peut basculer à cause de lui ou grâce à lui.

La chute de la première est aussi amusante que celle de la seconde est touchante par sa générosité. De quoi faire sourire et donner un peu de baume au coeur.

Un vrai coup de coeur.

ZWEIG, Stefan.

Découverte inopinée d’un vrai métier suivi de La vieille dette.

Trad. De l’allemand (Autriche) par Isabelle Kalinowski et Nicole Taubes, annoté par Jean-Pierre Lefebvre.

Gallimard (Folio 2€, 5905 ; 2015).

113 p.

EAN13 9782070462674 : 2 €.

 

Partagez

Tags: , ,

1 Reponse to “Découverte inopinée d’un vrai métier de Stefan Zweig”

  1. Estellecalim dit :

    Je ne connaissais pas mais je le note, il a l’air bien sympathique :)

Laisser un commentaire