Dead zone de Stephen King

03.08
2014

dead zoneCela faisait très longtemps que je n’avais pas acheté ni lu un Stephen King… Depuis le lycée où je les avalais, fascinée. Mais jamais encore je n’en avais lu un après avoir vu son adaptation au grand écran, ce que j’évite toujours de faire afin de ne pas brider l’imaginaire encore rendu possible par la lecture.

Tout petit, John Smith a eu un accident qui a failli lui coûter la vie, ignoré des parents, mais qui devait lui donner des cauchemars de « glace noire ». Devenu un enseignant très apprécié de ses élèves, John Smith entame une relation amoureuse avec l’une de ses collègues.
Greg Stillson, lui, est alors un voyageur de commerce de bibles, sans aucune morale, qui a violé une fille et tué un chien.
Un soir, après avoir gagné à tous les coups à la loterie foraine, John Smith a un terrible accident qui le laisse dans le coma durant 4 ans 1/2. A son réveil, sa fiancée s’est mariée avec un autre dont elle a eu un enfant. Mais surtout, son pouvoir, déjà latent au moment de la loterie, s’est intensifié. Rien qu’en touchant quelqu’un ou quelque chose, John Smith voit ce qu’il a vécu ou ce qu’il va vivre. Son médecin a peur qu’il ne devienne une attraction de music-hall dans le cirque médiatique. Pour sa mère, devenue avec son accident une mystique hystérique, il est un Elu, chargé d’une Mission. Chaque jour, des anonymes lui envoient lettres et colis. Mais « quel bien pourrait-il faire…. ? » et « En quoi cela l’aiderait-il à mieux vivre ? ». Lorsqu’il renvoie un journaliste, les médias se retournent contre lui : les anonymes cessent de le harceler, mais son établissement scolaire refuse de le reprendre. Un jour, le shérif lui demande de l’aider sur le serial killer qui vient de tuer la camarade de sa petite fille. John Smith sait très vite de qui il s’agit, au grand dam du shérif… Car, remarque John Smith, les gens même bien, même très gentils et amicaux, deviennent distants, méfiants lorsqu’ils ont la preuve de son pouvoir : « les gens se méfient de ceux qui peuvent tout connaître d’eux rien qu’en les touchant. » Il n’en est pas quitte de ses questionnements lorsque son destin croise celui de Greg Stillson, devenu un candidat politique très en vogue : « si vous pouviez utiliser la machine à remonter le temps et revenir en 1932, assassineriez-vous Hitler ? »

Terriblement efficace, ce roman de Stephen King est l’un de ceux qui utilisent le moins d’artifices imaginaires, ce qui ne le rend pas moins angoissant : comment vivre lorsqu’on est doté d’un pouvoir nous conférant de si grandes responsabilités ? Comment bien s’en servir ?

Partagez

Tags: , , ,

2 Reponses to “Dead zone de Stephen King”

  1. dasola dit :

    Bonsoir, je n ‘ai pas lu le roman mais j’ai vu le film réalisé par D. Cronenberg avec Christopher Walken (1983): très bien. J’avoue que je n’ai rien lu de Stephen King, pas tentée. Bonne fin d’après-midi.

Laisser un commentaire