De rouille et d’os (2012)

08.04
2014
mini_de-rouille-et-d-os-affiche-cannesScénario de Thomas Bidegain (avec Jacques Audiard), adapté du recueil de nouvelles Rust and Bone de l'écrivain canadien Craig Davidson

L'idée

Comment peut-on réapprendre à vivre, amputé de ses jambes ?

Le résumé

Ali, alors cerbère dans une boîte de nuit, ramène chez elle la jolie Stéphanie, dresseuse d'orques au parc aquatique d'Antibes, qui vit avec quelqu'un. Il est hébergé avec son fils âgé de 5 ans chez sa soeur et son beau-frère. Stéphanie est victime d'un terrible accident, une orque la privant de ses jambes. Au bout de quelques mois, vivant cloîtrée seule chez elle, elle décide de composer le numéro qu'Ali lui avait laissé. Ali arrive aussitôt, et l'oblige à sortir prendre le soleil et la mer, à vivre...

Ma critique

Le mentor ici, en la personne d'Ali, vient aider Stéphanie à prendre un nouveau départ, à réapprendre à s'aimer et à aimer la vie. Il prend lui-même beaucoup d'importance, dans la mesure où son personnage va lui aussi connaitre une métamorphose tout au long du film. Ce mentor faillible, intéressé, presque indifférent au sort des autres, quels qu'ils soient, rend particulièrement intéressante l'intrigue principale de cette jeune femme à qui tout a été retiré, qui aurait pu être larmoyante sans quoi. Il n'aurait peut-être pas fallu ajouter l'accident du fils qui, l'unique fois où il rend visite à son père qui s'est amendé, tombe sous la glace et manque de mourir, mais le remplacer par un élément moins mélodramatique et moins attendu. Un bon film, mais qui ne vaut pas Un Prophète, qu'il a également écrit.

Partagez

Tags: ,

Laisser un commentaire