Chroniques de l’étrange * de Pu Songling (1766)

22.05
2011

cop. Picquier

Titre original : Liaozhai zhiyi

Il ne s’agit là que du premier volume, faisant plus de 500 pages, des Chroniques de l’étrange, ces mille et une histoires peuplées de renards et de fantômes.

Ayant rassemblé non pas comme Charles Perrault ou les frères Grimm des contes merveilleux, mais indubitablement des contes fantastiques à l’instar d’un Hoffmann, ce lettré du XVIIè siècle use d’un chinois littéraire pour planter une atmosphère étrange propre à faire surgir le surnaturel, l’inexpliqué. Il s’agit bien souvent d’histoires d’amours contrariées ou impossibles entre des hommes et des femmes-renardes, ou d’amitiés. Ainsi, dans Wang, l’ami d’un humble pécheur, Xu se lie d’amitié avec un fantôme. Et dans La Fresque, la contemplation d’une fresque conduit son spectateur à y entrer pour y vivre une aventure amoureuse. Un dessin en noir et blanc illustre chacun de ces contes relativement brefs, introduits par une donnée géographique, que clot une réflexion en italique ajoutée par le « chroniqueur de l’étrange ».

Ces chroniques donnent un bon aperçu du folklore fantastique de la civilisation chinoise, mais finissent par sembler se répéter tant leur grand nombre se prête mal à une lecture continue de l’ensemble. Mieux vaut picorer, çà et là, quelques contes, plutôt qu’entreprendre une lecture intégrale.

 

traduit du chinois et présenté par André Lévy.
Arles  : P. Picquier , 2011 . - 563 p.  : ill., couv. ill. en coul.  ; 17 cm .- (Picquier poche). - ISBN 978-2-8097-0240-8 : 10,5 €.

 

 

Partagez

Tags: , , , ,

Laisser un commentaire