Categorie ‘Littérature chinoise

Une canne à pêche pour mon grand-père ** à *** de Gao Xingjian (1989)

31.05
2011

Avant le succès de son roman La Montagne de l’âme, et son Prix Nobel de littérature en 2000, Gao Xingjian, romancier, dramaturge proche du théâtre de l’absurde, peintre et poète, n’a cessé de s’interroger sur le langage et l’écriture romanesque, et de publier des nouvelles et des romans dans lesquels il s’essaie à de nouveaux procédés littéraires.

Ce recueil en constitue un excellent exemple, en particulier avec sa dernière nouvelle, la plus récente, proche du Nouveau Roman.

« Une idée me traversa soudain l’esprit :

- Et si on allait y faire un tour ?

Fangfang était assise en face de moi, elle me regardait avec douceur. Elle hocha légèrement la tête. Elle parlait avec les yeux. Nos nerfs sympathiques vibraient à l’unisson. Sans un mot de plus, nous avons descendu subitement nos bagages des filets et nous avons couru vers la sortie du wagon. Une fois sur la quai, nous avons éclaté de rire (…) » (Le Temple, p. 11)

Sa première nouvelle, Le Temple **, parvient à appréhender ces instantanés de bonheur, ces pulsions de vie, qui peuplent simplement le quotidien. Ainsi deux jeunes mariés en voyage de noces sortent de leur train en arrêt pour y découvrir la ville. D’abord déçus, ils décident de poursuivre leur escapade en gagnant un temple en ruines en pleine campagne, celui de la Parfaite Bienveillance… Un pur moment de quiétude poétique.

Dans L’accident ***, l’événement est habilement retranscrit sous les regards et réactions des témoins de la scène. Un chauffeur de bus ne freine pas au passage d’un vieux cycliste tirant un petit garçon dans sa carriole, le renverse et le tue sur le coup dans un bain de sang.  Après l’effervescence des premières heures, le calme revient peu à peu… Cette scène de vie quotidienne dénonce la cruauté du progrès technologique et de l’avènement de la société moderne, notamment lors d’un accident de la circulation. Cette nouvelle n’est pas sans me rappeler la dangerosité de la circulation à Shanghaï, où les voitures et bus côtoient ou évitent sans cesse les deux roues qui survivent désormais sur une piste cyclable parallèle.

La crampe * met en scène un homme seul pris de l’envie de partir au loin nager en début de soirée. Quand il est saisi d’une crampe, il croit son heure arrivée et rejoint tant bien que mal la rive, sans que personne ne s’en soit aperçu.

Dans un parc *, un homme retrouve une femme dont il était amoureux enfant. Mais ces retrouvailles sont décevantes. La conversation reste superficielle en apparence, et tourne vers leur métier, leurs enfants, la jeune fille seule sur un banc à qui un garçon a dû poser un lapin,…

Dans Une canne à pêche pour mon grand-père ***, un homme achète une canne à pêche toute neuve pour son grand-père, se sentant toujours coupable de lui avoir casser la sienne, enfant, qu’il chérissait tant. Cet objet fétiche lui rappelle la maison de ses grands-parents, leur quartier, le pont, le lac de son enfance, tous ces lieux qui ont irrémédiablement disparu : le lac aux eaux pestilentielles a fini par être asséché, le pont détruit, d’autres maisons construites. La Chine moderne a effacé les traces de son enfance. Peu à peu les souvenirs se mêlent inextricablement à la réalité… Une nouvelle qui n’est pas sans rappeler, là encore, la triste destruction de leur patrimoine par les Chinois, peu soucieux de leur passé.

Instantanés, enfin, comme son nom l’indique, nous donne à lire des instants de vie capturés un peu au hasard des personnes et des lieux, sans ordre aucun. Alors que la nouvelle précédente conservait toute sa logique d’alternance entre le réel et le passé, celle-ci est déroutante, presque surréaliste ou Nouvelle Vague, telle la technique employée par Alain Resnais dans son film Je t’aime je t’aime.

Ces six nouvelles sans chute (même les témoins dans L’Accident si l’on peut dire), puisque les protagonistes poursuivent ensuite leur vie comme à l’ordinaire, décrivent des instantanés de la vie quotidienne, certains un doux moment de bonheur, d’autres le deuil d’un amour révolu, d’inconnus qu’on oublie, d’une ville, d’une société que l’on ne reconnaît plus… Admirable reflet de ce que j’ai pu vivre le mois dernier en Chine, ce recueil distille les regrets d’une société moderne prônant l’égoïsme issu du libéralisme, la destruction massive pour laisser place au neuf, et donc celle du passé pour faire le grand bond en avant vers le futur…

Vous pouvez aussi regarder une présentation vidéo de ce recueil ici.


XINGJIAN, Gao. – Une canne à pêche pour mon grand-père / trad. du chinois par Noël Dutrait. – Editions de l’aube, 2001. – 121 p.. – ISBN 2-87678-881-0.

Chroniques de l’étrange * de Pu Songling (1766)

22.05
2011

cop. Picquier

Titre original : Liaozhai zhiyi

Il ne s’agit là que du premier volume, faisant plus de 500 pages, des Chroniques de l’étrange, ces mille et une histoires peuplées de renards et de fantômes.

Ayant rassemblé non pas comme Charles Perrault ou les frères Grimm des contes merveilleux, mais indubitablement des contes fantastiques à l’instar d’un Hoffmann, ce lettré du XVIIè siècle use d’un chinois littéraire pour planter une atmosphère étrange propre à faire surgir le surnaturel, l’inexpliqué. Il s’agit bien souvent d’histoires d’amours contrariées ou impossibles entre des hommes et des femmes-renardes, ou d’amitiés. Ainsi, dans Wang, l’ami d’un humble pécheur, Xu se lie d’amitié avec un fantôme. Et dans La Fresque, la contemplation d’une fresque conduit son spectateur à y entrer pour y vivre une aventure amoureuse. Un dessin en noir et blanc illustre chacun de ces contes relativement brefs, introduits par une donnée géographique, que clot une réflexion en italique ajoutée par le « chroniqueur de l’étrange ».

Ces chroniques donnent un bon aperçu du folklore fantastique de la civilisation chinoise, mais finissent par sembler se répéter tant leur grand nombre se prête mal à une lecture continue de l’ensemble. Mieux vaut picorer, çà et là, quelques contes, plutôt qu’entreprendre une lecture intégrale.

 

traduit du chinois et présenté par André Lévy.
Arles  : P. Picquier , 2011 . - 563 p.  : ill., couv. ill. en coul.  ; 17 cm .- (Picquier poche). - ISBN 978-2-8097-0240-8 : 10,5 €.

 

 

Le pousse-pousse ** de LAO She (1936)

17.04
2011

 

Copyright Picquier

Pour réussir dans la vie, Siang-tse n’a qu’un but, celui d’économiser suffisamment pour pouvoir posséder un jour son propre pousse-pousse. Alors que ce jour tant attendu arrive, Siang-tse commet l’erreur d’accepter une course qui l’emmène en-dehors de l’enceinte de Pékin, alors en pleine guerre, et se retrouve sans rien. A son retour dans la ville, tout est pour lui à recommencer, un peu de santé, d’assurance et de fierté en moins. Hélas, ce n’est qu’un début, et il tombera de désillusion en désillusion…

« Dans son lit, il n’arrivait pas à fermer l’oeil. Les idées lui entraient et lui sortaient de la tête, comme des abeilles qui venaient une à une le piquer de leur dard.

En songeant aux paroles de Tigresse, il eut l’impression de tomber dans un piège et d’avoir bras et jambes pris dans un étau. Il ne parvenait pas à trouver la moindre faille à ses propos : ils formaient un véritable filet ; le plus petit poisson ne pouvait s’en échapper. Tous les événements se ressemblaient en un bloc compact qui l’écrasait de tout son poids. Il comprit enfin que le destin d’un tireur se résumait en un seul mot : déveine ! » (p. 87)

Difficile de s’identifier à Siang-tse, tant cet humble tireur de pousse-pousse semble bien un peu naïf, obstiné et asocial. Nonobstant, son honnêteté et sa persévérance le rendent sympathique, et le lecteur peut compatir à ses mauvais coups du sort et à sa détresse. C’est aussi le Pékin des années 20-30 que Lao She nous fait découvrir, celui de ces petites gens qui vivotent d’un bol de riz, ces colporteurs, prostituées et tireurs de pousse-pousse demeurant chez le loueur. Un petit monde où un dur labeur les laisse dans la misère, les vouant à une mort certaine au moindre problème de santé voire au suicide.

Le Pousse-Pousse, le plus célèbre roman de Lao She, constitue un véritable tournant aussi bien dans la carrière littéraire que dans la vie privée de Lao She, qui, par l’invasion japonaise, a été contraint de fuir et de s’orienter vers une littérature de résistance.

Le pousse-pousse /  Lao She  ; roman traduit du chinois par François Cheng et Anne Cheng. - Arles  : Philippe Picquier , DL 1995.- 220 p.  : couv. ill. en coul.  ; 17 cm .- (Picquier poche  ; 21). - Trad. de : « Luotuo xiangzi » . - ISBN 978-2-87730-211-1 : 7.50 €.

English ** de WANG Gang (2008)

21.02
2008

Titre original :  Ying ge li shi (Chine, 2004)

Je veux devenir un gentleman !

Il y avait sous Mao, dans les années 60-70, à Urumqi, aux confins de la Chine, aux abords des montagnes enneigées du Xinjiang, un jeune garçon, Liu Aï, « Aï » comme « Amour », qui regardait partir avec tristesse Hajitaï, une jeune femme blonde d’une grande beauté. En effet, leur professeur d’ouïghour vient d’être remplacée par un Shangaïen, parfumé et distingué, Wang Yajun, pour leur enseigner l’anglais. Aussitôt nouveau professeur a un ascendant sur Liu Aï, déçu par ses parents, deux intellectuels « rééduqués », qui trouve en lui un modèle.

« Je ne veux aucun traitement de faveur. La seule chose que je désire c’est qu’on me laisse travailler.«  (p. 135)

Mais c’est au tour de sa voisine d’être fascinée par cet homme élégant, toujours bien mis, et par son gros dictionnaire bleu sous le bras. Aussi commence-t-elle à laisser courir des rumeurs dangereuses sur le compte de ce nouvel ami de Liu Aï quand elle s’aperçoit que Wang Yajun en aime désespérément une autre : Hajitaï.

« La mère de Huang Xusheng a une drôle d’expression quand elle pleure. On dirait qu’elle rit. Et plus elle a de chagrin, plus elle semble rire de bon coeur. » (p. 169) De la même manière, les habitants de cette ville, faute de divertissements, se montrent particulièrement joyeux lorsqu’advient un événement tragique, tel qu’un suicide ou un jour d’exécution.

Se déroulant en pleine Révolution culturelle (ce que, même actuellement, l’auteur s’est gardé d’annoncer à sa sortie en Chine), ce roman d’apprentissage habilement mené est celui d’une génération, celle de Wang Gang, qui porte un regard lucide sur cette période de peurs et d’oppressions. Drôle, cruel et sensible, ce roman mêle les anecdotes les plus cocasses, les fameux coups de pied au train de son ami Li L’Ordure par exemple, et les plus surprenantes. Amitié avec un adulte, morts, emprisonnements, infidélités conjugales, voyeurisme et premier acte sexuel marquent ainsi le passage de ce garçon à l’adolescence. Gageons que vous aussi vous passerez un bon moment avec ce garçon apprenti-gentleman, qui paraît parfois bien lent à comprendre, comparé à sa voisine, qui, comme toutes les fillettes, pures et fraîches, sent selon lui « le pipi de chien » !

WANG, Gang. – English / trad. du chinois par Pascale Wei-Guinot et Emmanuelle Péchenart. – Picquier, 2008. – 462 p.. – ISBN 978-2-87730-998-1 : 22 €.
2 commentaires sur l’ancien blog.

Baguettes chinoises **de XINRAN (2008)

09.02
2008

Titre original : Kuaizi guniang (Chine, 2007)

Une fille vaut bien un garçon !

« Dans mon village, c’est comme ça qu’on appelle les filles, des baguettes. Les garçons, eux, ce sont des poutres. Ils disent que les filles ne servent à rien et que ce n’est pas avec des baguettes qu’on peut soutenir un toit. » (p. 22)

« Comment une simple baguette pouvait-elle nourrir l’espoir de devenir une poutre ? » (p. 30)

Trois, Cinq et Six n’ont pas fait d’études et n’ont d’autre avenir que celui d’épouser le mari que leur désignera leur père, humilié par la naissance de ces six filles auxquelles il a donné pour tout prénom le numéro correspondant à leur ordre d’arrivée au monde. Toutes trois partent chercher du travail à Nankin, et en trouvent le jour-même. Quand elles ramènent l’argent à flots et leur connaissance du monde moderne au village, il faut bien que leur père révise son jugement : finalement, ces « baguettes » sont bien aussi capables qu’une « poutre » !

Journaliste, Xinran a animé une émission radio où elle recueillait sans tabou les confidences des femmes, dont elle s’inspira pour écrire ses deux premiers romans. D’autres témoignages et expériences ont conduit à ce troisième roman, faisant l’éloge de ces trois sœurs ambitieuses et volontaires, voulant prouver leur valeur non seulement à leurs parents, mais aussi au milieu rural rempli de préjugés dont elles sont issues. Sans se distinguer par sa qualité littéraire, voici tout de même un roman enjoué et bien agréable à lire, qui nous initie aux moeurs et expressions chinoises, distinctes de celles des longs-nez, et dénonce les séquelles de la Révolution culturelle, au détour de sa démonstration d’un sexisme ancestral et de la dichotomie entre un milieu rural replié sur ses croyances et la ville ouverte sur la modernité.

XINRAN. – Baguettes chinoises / trad. du chinois par Prune Cornet. – Picquier, 2008. – 341 p.. – ISBN 978-2-87730-991-2 : 19 €.

5 commentaires sur l’ancien blog.

Contes chinois racontés à Helen ** de Jacques Pimpaneau (2007)

17.12
2007

Voici 50 contes chinois adressés à Helen, inconnus en France, aux thèmes variés, chacun d’entre eux nous adressant une leçon d’humanité… ou de réalité sociale.

Merveilleux, ces contes font intervenir tout le folklore auxquels nous ont habitué les contes occidentaux. Seulement, serpents et dragons y sont bienveillants, et la réincarnation omniprésente. Par ailleurs, ces contes fustigent le despotisme des rois, des juges et des gens riches, et les en punissent. De même, ils n’hésitent pas à conclure par quelque vérité plus prosaïque, plus parlante au quotidien. A découvrir, pour petits et grands.

PIMPANEAU, Jacques.- Contes chinois racontés à Helen. – Picquier, 2007. – 278 p.. – ISBN 978-2-87730-983-7 : 18,50 €.

5 commentaires sur l’ancien blog.

La joie * de MO YAN (2007)

27.11
2007

Traduit du chinois par Marie Laureillard

Fils de paysans pauvres, vivant avec sa mère dans la famille de son frère aîné qui pourvoit au financement de ses études, le héros, surnommé Yonglé, « Joie éternelle », tente chaque année l’examen d’entrée à l’université, qui lui assurerait un avenir prometteur. Mais, une fois de plus, il manque l’examen, aussi commence-t-on à l’envoyer passer des litres d’insecticides dans les champs, et envisager son mariage avec une boîteuse dont personne ne veut. Un jour, il surprend sa mère en train de mendier de maison en maison…

Voici un texte très poétique tout en décrivant de manière abrupte les dures réalités de la destinée d’un garçon dans la campagne chinoise, les manières expéditives et inhumaines employées par le Comité du village pour enrayer la natalité, des conditions de vie des paysans pauvres. Attention, la chute peut paraître à bien des égards ambigüe pour des adolescents, car le héros ne ressent enfin cette allégresse, cette joie promise par le titre, qu’en se sentant partir, qu’en se suicidant…

Lire aussi l’article de rue89 :
L’écrivain chinois Mo Yan, les examens et la « Joie éternelle » par Bertrand Mialaret (Consultant à Paris), le 21/11/2007 à 09H57.

MO YAN.- La joie / trad. du chinois par Marie Laureillard. – Picquier, 18 octobre 2007. – 180 p.. – ISBN : 978-2-87730-968-4 : 16,50 €.
Service de presse.