Categorie ‘Fictions

Les demeurées de Jeanne Benameur

07.10
2018
cop. Folio

cop. Folio

 

La Varienne, c’est l’abrutie du village, et la bonne de Madame. Elle attend toujours que sa petite Luce apprivoise chaque objet étranger avant de lui trouver une utilité, un usage. Un jour, l’école obligatoire lui prend Luce. Désormais, la maîtresse, Melle Solange, tente d’apprendre à lire et à écrire à Luce. Mais cette dernière refuse obstinément de faire le moindre effort en ce sens, comme si elle trompait sa mère en apprenant des choses étrangères à leur microcosme silencieux. Un jour, Mademoiselle Solange écrit le mon de Luce au tableau. Cette dernière s’enfuit et tombe malade…

Il s’agit d’une sorte de huis clos autour d’un trio : la Varienne, bourrue et demeurée, qui ne commence à montrer son affection à sa fille qu’une fois qu’elle tombe malade, Luce qui veut plaire à sa mère en refusant de progresser, dans un accord tacite, et Mademoiselle Solange qui culpabilise de ne pas avoir su comment éduquer cette sauvageonne. Un trio et un trésor : la connaissance, qui ne s’ouvre qu’à qui veut, qui désire. En ceci réside peut-être le secret de l’éducation : un lien affectif indissociable du désir d’apprendre.

 

Le monde des A d’A.E. Van Vogt

29.09
2018
cop. J'ai lu

cop. J’ai lu

 

XXVIe siècle. Difficile de se faire une identité dans l’Empire, surtout quand on est amnésique. Car en prenant part aux jeux de la machine, qui permettent aux gagnants de rejoindre la carte des nantis sur Vénus, Gilbert Gosseyn découvre qu’il n’est pas l’homme qu’il a cru être. Ses souvenirs ne sont pas les siens, sa femme qu’il croyait décédée est bien vivante, et n’a jamais été sienne, et surtout elle n’est autre que la fille de l’empereur. Il suscite l’intérêt de quelques hommes de pouvoir, et de toute la galaxie, quand il ressuscite dans un second corps sur Vénus…

 

Pour s’immerger dans le récit de base d’un homme qui cherche à savoir qui il est et en quoi il peut être important à la galaxie (pas moins !), il faut s’affranchir du verbiage intellectualisant de la philosophie non-aristotélicienne. Il existe une suite. Pourquoi pas…

Et pourtant, l’un des romans qui m’a le plus marquée, un été entre deux années de collège, c’est A la poursuite des Slans de AE Van Vogt, tellement marquée que je m’en souviens encore, soit à force de le relire encore et encore, soit par sa puissance évocatrice. Aussi, renouant avec ce souvenir vieux de quelques décennies, j’ai fait l’acquisition de ce roman à la librairie d’occasion « Mauvais genres » de Saint-Etienne.

 

VAN VOGT, A.E.. Le Monde des A / trad. de l’américain par Boris Vian. J’ai lu. 308 p.

Première publication en 1948

Acheté à la librairie d’occasion « Mauvais genres » de Saint-Etienne

Calpurnia de Daphné Collignon

26.09
2018
cop. Rue de Sèvres

cop. Rue de Sèvres

Par un bel été 1899 au Texas, Harry offre un carnet pour y noter ses observations scientifiques à la seule fille de sa fratrie de six garçons, Calpurnia Virginia Tate, que tout le monde appelle Callie. C’est décidé, avec l’aide de Bon-Papa, passionné de science, elle va devenir naturaliste…

Le dessin délicat de Daphné Collignon, aux tons beige et ocre, sert admirablement ce récit d’apprentissage d’une petite fille intelligente, observatrice et curieuse, que sa famille laisse s’épanouir librement.

Une délicieuse bande dessinée, à offrir dès l’âge de onze ans.

Une histoire en deux volumes, d’après Calpurnia, le roman de Jacqueline Kelly, publié à l’Ecole des Loisirs (2009).

COLLIGNON, Daphné. Calpurnia / D’après le roman de Jacqueline Kelly. Rue de Sèvres, 2018. 87 p. : ill. en coul.. EAN13 978-2-36981-377-4 : 14 €

Reçu en service de presse

Une étoile m’a dit de Frédric Brown

22.09
2018
cop. Denoël

cop. Denoël

Me souvenant de l’humour de Martiens go home !  du même auteur, je me suis décidée pour ce recueil en flânant dans cette librairie.

Composé de huit nouvelles absurdes, ce recueil datant de 1954 traite

- de la folie d’un Robinson Crusoë échoué sur une planète dans Quelque chose de vert,

- de la folie des grandeurs d’un chef d’entreprise visionnaire qui exploite les étoiles pour son intérêt commercial dans Anarchie dans le ciel,

- d’une possible exploitation de l’hypnose dans Tu n’as point tué,

- d’une divagation d’écrivain sur sa feuille blanche dans Les Myeups,

- d’une histoire pas si épouvantable imaginée à partir du pitch « Le dernier homme sur Terre était assis tout seul dans une pièce. Il y eut un coup à la porte… »

- d’une autre possible exploitation de l’hypnose dans Cauchemar

- d’une souris à qui les extra-terrestres donnent l’intelligence de l’humain dans Mitkey,

- d’un homme qui se prend pour Napoléon car il l’a été, et qui se retrouve à enquêter dans un hôpital psychiatrique dans Tu seras fou.

Il y a de l’idée, il y a de l’idée…. Et, finalement, plus de soixante ans après, c’est encore de la SF…

 

BROWN, Frédric. Une étoile m’a dit. Denoël, 1954.

Acheté à la librairie d’occasion « Mauvais genres » de Saint-Etienne

Godman de Jonathan Munoz

18.04
2018
cop. Fluide glacial

cop. Fluide glacial

 

Qui n’a pas rêvé d’être indestructible, immortel, capable de voler ? Pourtant cela n’a pas l’air du tout de plaire à Dieu, devenu adolescent sur Terre, qui se retrouve seul au monde, après qu’un allumé suicidaire a fait exploser une bombe le jour de son anniversaire. Sans famille, ni ami ni petite amie, blasé de tout, Dieu ne s’attache à personne, fuyant la foule qui l’idolâtre. Un jour, son chemin croise la fille de Cathy, une journaliste, que des malfrats pensent être sa fille et enlèvent…

Un album jeunesse qui critique avec humour le fanatisme de tout bord.

MUNOZ, Jonathan

Godman : Au nom de moi

Fluide glacial, 2018

47 p. : ill. en coul.

EAN 9782378780173 : 14,50 €

Malenfer : 1. La forêt des ténèbres

07.03
2018
cop. Flammarion jeunesse

cop. Flammarion jeunesse

 

Il y a un millénaire, le monde a été séparé entre les terres magiques et celles des humains. Pourchassées, certaines créatures surnaturelles, restées parmi ces derniers, dissimulent leur vraie identité et leurs pouvoirs. Parmi elles les professeurs de l’école de Zoé et Gabriel, restés seuls dans leur maison à l’orée de la forêt, Zoé qui a des visions, parmi lesquelles celle d’un monstre au fond du lac…

Difficile, adulte, de rentrer dans l’univers graphique de cette BD, très – trop – classique. Mais ce récit fantastique peut intéresser des enfants âgés entre 10 et 13 ans.

O’Donnell, Cassandra, Ménétrier/Sib/Vigneau

Malenfer : 1. La forêt des ténèbres

Flammarion jeunesse, 2018

48 p. : ill. en coul.

EAN13 9782081396630 : 11,50 €

Lumière pâle sur les collines de Kazuo Ishiguro

03.03
2018
cop. Gallimard

cop. Gallimard

 

Niki, la fille cadette d’Etsuko, délaisse Londres quelques jours pour venir passer quelques jours chez sa mère à la campagne. Elle s’éloigne de la chambre depuis longtemps déserte de Keiko, sa demi-soeur, qui, après avoir quitté la maison depuis plusieurs années, vient de se pendre dans son appartement. Ne la portant apparemment pas dans son coeur, elle n’a pas souhaité assister à son enterrement, tout comme Keiko n’est pas allée à celui de son beau-père. La vue d’une petite fille jouant à l’extérieur, alors qu’elles sont allées prendre un thé, rappelle à Etsuko une autre fillette, qu’elle a connu au Japon alors qu’elle était enceinte de Keiko, après la guerre. Une fillette souvent seule, révoltée et traumatisée par la vision d’une mère noyant son bébé après la guerre…

J’avoue avoir préféré me dispenser de lire ce roman jusqu’au bout. Déjà un peu refroidie par l’annonce du suicide de la fille aînée de la narratrice dès l’incipit, j’ai abdiqué lorsque les traumatismes de la fillette livrée à elle-même sur le terrain vague sont ressortis. Quand on est soi-même mère, il y a certaines histoires qu’on ne préfère plus lire ou regarder. Nonobstant on reconnait tout à fait le style et les non-dits qui caractérisent l’écriture d’Ishiguro, dont je viens de lire Auprès de moi toujours, qui m’a beaucoup plu. Mais alors que pour le précédent, horrible d’une toute autre manière, le suspens m’avait donné envie de le lire d’une traite, ici, je n’ai eu aucunement envie de connaitre le fin mot de ce drame.